Facebook

 

Paroles de la chanson «La Moue des Morts (Ft. S-Crew)» par Nekfeu

Feu
0 0
Chanteurs : Nekfeu
Albums : Feu

Paroles de la chanson «La Moue des Morts (Ft. S-Crew)»

La Moue des Morts

C'est quand il y a danger qu'tu vois la vraie nature de l'Homme
Ça fait la pute dehors, t'sais, ce n'est pas dur de s'pendre
J'kiffe tout c'qui vient d'ailleurs, rappeur à plein temps
Ça chante, mon équipe s'élève très vite, on marche à l'instinct
À tout moment, la BAC peut surgir
On survit, on surine, on subit le supplice
Mais bon, c'est l'mektoub qui nous l'dira
Mecton, j'suis peut-être fou comme les bougs d'Irak
On connaît pas nos voisins, on connaît pas nos potes
Toujours dans l'vrai, dans l'droit chemin, on reconnaît pas nos torts
À quoi ça sert d'monter, hein ?
À baiser toutes ces petites putes qui sont assermentées
J'ai vu la mort sur un lit d'hôpital, y'a plus d'pitié
Poto, j'te fais mon speech sur un beat offical
Y'a plus d'ficha, on a l'affiche
Les fachos sont fâchés, on vivra

Ici, survivre est un exploit, faut pas lâcher
Leur modèle, c'est le travail à la chaîne, moi, j'suis pas un esclave
Ils sont déjà malheureux, les jeunes, alors les vieux...
On a le relais, je ne rejette pas le religieux, nan
J'ai des yeux meilleurs, tout m'perturbe
J'ai vu des jeunes voyous perdus devenir des mecs de ur' jnounés
Loin de ces frayeurs, j'recouvre d'une couverture
Ma deuxième mère qui dort sur le canapé après une dure journée
Un jour, elle m'a dit : "je t'aime" et mes yeux scintillèrent
J'me sens apaisé par sa voix pendant les cinq prières
Pourtant, j'suis loin d'être un modèle de vertu, bordel de merde
Dure vie moderne, faut qu'je modère la verdure
Pendant qu'le Diable embrouille encore une âme, la mort arrive
Muette comme une tombe, bruyante comme une arme

Pendant qu'le Diable embrouille encore une âme, la mort arrive
Muette comme une tombe, bruyante comme une arme

J'ai pas encore atteint le quart de siècle alors laisse-moi rapper
Avec l'intellect, un car de CRS, là, brûlé
Comme les feux rouges, les keufs commencent leur ronde
T'entends qu'le moteur ronfle mais crois pas qu'le CLS dort

J'ai pas encore atteint le quart de siècle alors laisse-moi rapper
Avec l'intellect, un car de CRS, là, brûlé
Comme les feux rouges, les keufs commencent leur ronde
T'entends qu'le moteur ronfle mais crois pas qu'le CLS dort

On m'annonce ta mort au téléphone alors qu'j'étais dans le métro
C'est pas comme si j'étais sé-po, peinard auprès de mes potes
Mon cœur perd son tempo, le malheur du monde sur mes épaules
J'me rappelle de tous nos jets-pro et de la belle époque
Étant bébé, on se lavait dans la même bassine
Mal dans ma peau, ta gentillesse était ma terre d'asile
À quoi ça sert la vie ? A voir ses frères partir ? Mais on m'a dit
Que Dieu cueille les plus belles fleurs qui prennent racine
Parfois, j'ai l'impression de t'apercevoir dans la pénombre
Quand ça ? Quand j'galère le soir
Tu sais ici, on est tous tes frères
Ta mort me pousse au bout de mes nerfs
Tellement pleuré que la coupe est pleine
T'aurais voulu que j'épouse mes rêves
Donc j'écris des couplets, j'me force à faire des concerts
Une minute de silence, s'il vous plaît
C'est pour mon zin décédé qu'on s'lève
Tout le monde disait qu'on se ressemblait
Le même sang coulait dans nos veines
On s'racontait nos cauchemars
Maintenant t'apparais dans mes rêves

Un vrai repère le rap, y'a trop de faux-amis
Peu de perles rares, instinct de volatile
Hors-la-loi, postiché comme le Corbeau Noir
Même si la vie ne vaut rien, rien ne vaut la vie
À toutes les heures, la mort peut te heurter
Si eux, ils sont pas des hommes, c'est parce qu'ils ont peur d'l'être
Y'a pas d'issues pour s'échapper
Le sang versé ne sèche jamais
Y'a des au-delà quand un proche va dans l'au-delà
Ils sont là pour de l'or, c'qu'on aime, au fond, c'est l'âme
C'est pas la peau de l'homme, révolté comme Mandela
Entre parenthèses, toujours là quand ça part en guerre
Mes tortionnaires se mettent torse-nu comme la race des Saiyen
On attend son heure à part entière
On était forcés d'être forcenés
Forcément, fallait qu'ça brille tah les phares xénon
Faudrait qu'j'pense à faire des mômes
Il faut rendre fier les nôtres avant qu'on enterre mes côtes
J'veux qu'ils écoutent mes derniers mots

Jette tes billets en l'air
Comme si tu pouvais te payer le Paradis
Jette tes billets en l'air
Comme si tu pouvais te payer le Paradis
Jette tes billets en l'air
Comme si tu pouvais te payer le Paradis
Jette tes billets en l'air
Comme si tu pouvais te payer le Paradis

 
Publié par 17281 7 5 2 le 14 septembre 2015, 17:55.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000