Facebook

 

Paroles de la chanson «Bouche à Lèvres» par Odezenne

Dolziger Str. 2
0 0
Chanteurs : Odezenne

Paroles de la chanson «Bouche à Lèvres»

Bouche à Lèvres

Souvent la tête dans la cantine, je dessine, je dessine
Le goût amer de ta cuisine, mes babines, mes babines

Et je finis par voir des gens, des grands avec des gants
Le visage gris des jours semblant, des gens avec des chiens
Je les vois creuser des enfants, avec du cran avec les mains
Mélange le noir avec le blanc, jeu de reins, jeu de vilains
Ils ont des laisses autour des gants, des fesses, des seins
Redonne-moi l’heureuse d’avant, je peins, je peins
On oublie tout on oublie rien, je crains, je crains
Que mon reflet dans ta rétine me dédessine, me dédessine
Vivre avec un corps, c’est comme vivre avec un mort
Alors je ferme les yeux quand j’dors, et j’attend qu’elle dise encore
Mais qu’il est faux ce bel accord, il grince avec nos dents
Mais qu’il est fourbe ce corps à corps, il m’a pincé jusqu’au sang

Souvent la tête dans la cantine, je dessine, je dessine
Le gout amer de ta cuisine, mes babines, mes babines
Et je finis par voir des gens

Souvent la tête dans la cantine, je dessine, je dessine
Le gout amer de ta cuisine, mes babines, mes babines
Et je finis par voir des gens

Souvent la tête dans la cantine, je dessine, je dessine
Le goût amer de ta cuisine, mes babines, mes babines
Souvent la tête dans la cantine, je dessine, je dessine
Le goût amer de ta cuisine, mes babines, mes babines
Souvent la tête dans la cantine, je dessine, je dessine
Le goût amer de ta cyprine, mes babines, mes babines
Et je finis par voir des gens, encore, encore
Et je finis par voir des gens, encore, encore
Et je finis par voir des gens, encore, encore
Encore, encore, encore, encore
Et je finis par voir des gens, encore, encore, encore

__________________________________________________

On peut comprendre dans le refrain que le chanteur parle de sexe. Dans le dernier notamment, le mot "cyprine" qui est le liquide sécrété par le vagin de la femme, confirme que le chanteur décris un cunnilingus. La cantine étant l'entre-jambes de la femme, ces babines étant ses lèvres et le gout amer étant celui de la cyprine.

On peut également y comprendre une relation ambiguë, entre des craintes et le sexe, l'homme, la femme et un nouveau né (dans le premier couplet).

 
Publié par 17301 7 5 2 le 26 novembre 2015, 01:13.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000