Facebook

 

Paroles de la chanson «Le Speen Des Petits» par Stupeflip

The Hypnoflip Invasion
0 0
Chanteurs : Stupeflip

Paroles de la chanson «Le Speen Des Petits»

(Refrain)
Le spleen des petits des petits à l'école, ça les rend marteau
Peu d'chances de s'en sortir, s'ils en ont marre tôt
Déjà en CP ils s'écrasaient devant les costaux
Et dans c'panier d'crabes les plus forts seront des tourteaux
Le spleen des petits des petits à l'école, ça les rend marteau
Peu d'chances de s'en sortir, s'ils en ont marre tôt
Dure sera la chute, attention passage à niveau
C'est chaud, quand il voit qu'papa sera pas au niveau

(Couplet 1)
Les feuilles mortes sont tombées, couleur ocre-orange
Absorbé par cette image, le petit marche dans les peaux d'oranges
Sa cagoule gondole, sous la pluie toute trempée
Dans sa poche des billes et quelques kiris écrasés
Il en a ras-le-bol de ras-le-bol, il est frigorifié
L'odeur humide des feuilles mortes, qui lui chatouillent le nez
Il est tout p'tit, pourtant le spleen a fait son entrée
Sombre après-midi et dans sa tête, tout s'est embrouillé
Il sait pas si maman c'est à quatre heures ou à cinq heures et demi
Il sait pas pourquoi la dame est méchante à la garderie
Il emporte avec lui quelques bombecs et des chocorêves
L'écorce des arbres est trop dure pour faire couler la sève

(Refrain)

(Couplet 2)
Le ciel s'obscurcit, il croque dans un pépito
Il fait presque nuit une lumière glauque dans le préau
Ça souffle, alors il s'emmitoufle
Il sent même plus le vent qui siffle, les poings serrés dans ses moufles
Il morfle, pense un peu à Goldorak
Des miettes de pain au chocolat durcies, dans son anorak
Il veut s'échapper, voudrait qu'maman vienne le chercher
Il cherche l'entrée, prions qu'elle n'l'ait pas oublié
Dans la cour c'est crade, odeur d'orange et de pourriture
Les feuilles mortes glissantes, gluantes sous ses chaussures
Les cris des autres l'agressent, serre les dents et snobe les costaux
Il est sept heures et demi toujours personne dans le préau

(Refrain)

(Couplet 3)
Il a triste mine quand il déboule à la cantine
Les autres petits font des batailles avec des clémentines
Le chef de table, c'est un grand blond qui l'embête
Celui qui dans les arbres lui avait perché sa casquette
Il s'acharne sur le p'tit qui lui a jamais rien fait
À la récré c'est moqueries, même à la balle aux prisonniers
C'est la tête de turc, le genre qu'on course dans le parc
Avec un pull trop grand qu'a tellement peur des clowns au cirque
À l'école, pour lui c'est l'humiliation
En sixième ce sera The Wall et commencera la sélection
Il serre encore les dents mais tiendra pas dans cette violence
Son petit cœur était pur mais maintenant il crie vengeance

 
Publié par 862 4 1 le 22 février 2016, 16:27.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000