Facebook

 

Paroles de la chanson «Dégradation» par Hugo TSR

Fenêtre sur rue
2 0
Chanteurs : Hugo TSR

Paroles de la chanson «Dégradation»

(Intro)
On les appelle les tagueurs, la nuit ils rasent les murs équipés de feutres ou de bombes à peintures, ils affectionnent les wagons du métro
Ce ne sont plus des graffitis disent les amateurs, c’est de l’art brut
Brut peut-être mais cher pour la RATP...

(Couplet 1)
Ils disent que l’rap c’est pas pour toi, les écoute pas, c’est pas si dur d’en faire
Sinon t’as l’graffiti, sors le Baranne et la teinture française
Malgré les grosses descentes, on reste posé du côté sombre
Mon son s’écoute avec un pét’ et des lunettes de protections
Ton œil va prendre un coquard, y’a du panel, du whole car
Le métro mange des grosses claque, j’suis speed même sous Zubrowka
Paris sent l’crack, ma ville rend barge, là j’vis en marge
Ca crie scandale, ça vient en masse, TSR Crew : l’art de la rime vandale
J’frappe pile au mille, j’aime le bordel, foncedé à priori
J’suis l’nouveau reporter sur le ter ter, meilleur qu’April O’Neil
On éclate tout, pas d’temps pour les timiniks
Fat Décapfour sur des cartouches de 400 mL
Quand les bouffons bouffonnent, même acquitté on m’soupçonne
Et j’garde la tête dans les nuages même sans quitter mon sous-sol
J’fais les mêmes plans en innovant, j’rentre dans l’dépôt en bricolant
J’évite le 3ème rail, j’fais pas confiance à mes semelles isolantes

(Refrain x2)
Dégradation, c’est les délires d’un grand mégalomane
On encule les notables et on revient même quand t’efface nos tags
Alerte à la bombe, cavalcade dans un vacarme
Normal le son fracasse sur mon micro y’a un FatCap

(Couplet 2)
Ca qué-bra, ça ckette-ra, on fait nos bails mais t’inquiète pas
Les marques de luxe, j’les aime pas sauf tamponner sur les quettes-pla
Le barème est simple : pour une injure, on t’met deux coups
Paris est tatoué, pas b’soin d’shit pour avoir les yeux rouges
En immersion comme la Calypso, un vandale parmi d’autres
Si on s’fait prendre, on r’viendra avec des blazes mito
Fonce-dé au Clan dans un mouvement affaiblissant
Tant pis, j’reviens demain, le maître-chien a fait nuit blanche
J’ai mis l’paquet, neutraliser l’alarme, éclater les barrières
Fais un panel et tu r’verras jamais Paris pareil
Dans l’rap c’est la même : vandale style
Ca sent l’traquenard, des sensors dans la stat'
Dans mon crew, pas d’fonblard car la rage m’accompagne
J’m’en fous d’marquer l’histoire mais tant qu’j’suis là, j’marque mon blaze
Squatteur de dépôt, j’suis un vandale pas un b-boy
En plein dans mes contours, j’suis alerté par un bruit d’porte
Tant pis, y'aura pas d'light, pour finir y’a pas l’time
J’veux retrouver mon mat’las, j’suis dans l’faisceau d’une Maglite
Cellule anti-tag, t’attends l’amende et puis tu serres les fesses
J’fais partie d’ceux interrogés par l’commissaire Etienne
Jamais balancé, j’étais seul, j’ai pas tagué
J’suis juste parti pissé, seconde après j’suis matraqué
Voilà ma version des faits, on baise les trom' comme des salopes
Bousiller c’est mon travail, j’repeins Paris, j’mériterais les alloc’

(Refrain x2)

(Outro)
Le graffiti a pris 10 ans de ma vie, moi j'ai fait ça de manière méticuleuse, sérieuse, comme un travail
Maintenant je réalise que j'ai fait tout ça... pour pas grand chose, uniquement pour le kif
Et si il fallait le refaire je le referais direct!

 
Publié par 862 4 1 le 24 février 2016, 09:08.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000