Facebook

 

Paroles de la chanson «Ausencia» (avec traduction) par Orishas

Emigrante (2002)
0 0
Chanteurs : Orishas
Albums : Emigrante

Paroles et traduction de «Ausencia»

Ausencia (Absence)

[Estribillo]
[Refrain]
Paso las noches enteras rezando implorandole a Dios
Des nuits entières passèrent en priant, l'implorant a dieu
Que cuide y vele por ti, que esté contigo cuando no estoy
Que je veille et m'occupe de toi, que je suis avec toi quand je ne le suis pas.

Dame la B (B)
Donnes-moi le B (B)
Sin tu voz el destino parece rendirse como ves
Sans ta voix le destin parait achevé comme tu vois
Dame la A (A)
Donnes-moi le A (A)
A mis oidos llegó la noticia triste de que de aquí te nos fuiste men
A mes oreilles est arrivé la triste nouvelle que tu nous a quitté d'ici men
Dame la R (R)
Donnes-moi le R (R)
Perdónanos my lord si no llegué a tiempo de despedirnos de este bro
Excusez-nous mon seigneur si je n'arrive pas à oublier cette blague à temps
Dame la P (P)
Donnes-moi le P (P)
Recorriendo la duda y al final no se lo que coño fue lo que pasó
Se rappeler du doute et finalement je ne sais pas ce qui s'est passé
Dame la I (I)
Donnes-moi le I (I)
Y recuerdo aquello coño que decia asi
Et je me rappelle de ce con qui disait ainsi
¡Que bola ! bueno que ¡Que bola ! ¡Que vuelta !
Qu'est-ce qu'il se passe ? bien que qu'est-ce qu'il se passe ? ¡Que vuelta !
En parte el corazon se nos queda
Ca nous reste dans une partie du coeur.

[Estribillo]x2
[Refrain]x2

Cada segundo que pasa, cada espacio en que no estas
Chaque seconde qui passe, dans chaque endroit ou tu n'es pas
Tu ausencia perfora mi alma, me asesina sin piedad
Ton absence perfore mon âme, elle m'assassine sans pitié
Intento pensar, pretendo olvidar pero me atrapa la realidad
J'essaye de penser, j'essaye d'oublier mais la realité m'attrape
Una verdad que me ataca y me pone a suplicar
Une vérité qui m'attaque et qui me pousse à prier.

Ca s'est passé ça fait des années, mais ça passe pas
Ca s'est passé ça fait des années, mais ça passe pas
Pas facile d'effacer, toutes celles passées à tes côtés
Pas facile d'effacer, toutes celles passées à tes côtés
On était deux gamins, frangin, et déjà ça castagnait
On était deux gamins, frangin, et déjà ça castagnait
On jouait les durs, mais l'un sur l'autre tu sais qu'on pouvait compter
On jouait les durs, mais l'un sur l'autre tu sais qu'on pouvait compter
La vie nous a séparés, chacun son taff, chacun son quartier
La vie nous a séparés, chacun son taff, chacun son quartier
Fallait pas se perdre de vue, on s'voyait aux fêtes de fin d'année
Fallait pas se perdre de vue, on s'voyait aux fêtes de fin d'année
J'aurais voulu t'en dire des choses, te dire combien tu comptais
J'aurais voulu t'en dire des choses, te dire combien tu comptais
Mais c'était sans compter sur la mer agitée
Mais c'était sans compter sur la mer agitée
Tragédie pour ma mère atristée ; des pleures, des larmes
Tragédie pour ma mère atristée ; des pleures, des larmes
Et des coeurs brisés, tu me manques frèro
Et des coeurs brisés, tu me manques frèro
Pas un jour sans y penser, comment c'est là haut, j'y crois
Pas un jour sans y penser, comment c'est là haut, j'y crois
Un jour toi et moi, te dire combien je t'aime Lolo,
Un jour toi et moi, te dire combien je t'aime Lolo,
Te serrer fort dans mes bras
Te serrer fort dans mes bras

[Estribillo]x2
[Refrain]x2

Ave María
Ave María
Cruces flores lápidas ? ? ? ?
Des croix, des fleurs, des tombes ? ? ? ?
Recuerdos tristes llegan
Les tristes souvenirs reviennent
Del venado barrio que juntos nos vio crecer
Du cher quartier qui nous a vu grandir ensemble
Admiti tu muerte, trabajo me ha costado lo se
J'ai accepter ta mort, ça m'en a pris du travail je le sais
Adios no dije, hoy te los mando uno dos tres
Je ne t'ai pas dit adieu, aujourd'hui je te demande un deux trois
Un millón de besos, pido que me perdones sin brazos
Million de baisers, je te demande de me pardonner sans les bras (1)
Con dios te ibas, mi ausencia en el peloton deambulaba
Tu est parti avec dieu, mn absence deambule dans le peloton
Heridas que no cierran, infancias que perduran
Les blessures qui ne se referment pas, les enfances qui persistent
Momentos tristes viejos no llegan a veces vivir cuesta duda sin duda
Les vieux moments tristes n'arrivent pas à vivre parfois, sans doute

[Estribillo]x2
[Refrain]x2

(1) je comprend pas... . ça n'a pas de sens ? si ?

 
Publié par 5347 4 2 2 le 26 octobre 2004, 11:20.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000