Facebook

 

Paroles de la chanson «Come In Solia Padri Les Breunes...» (avec traduction) par William Dunker

William Dunker
0 0
Chanteurs : William Dunker
Albums : Trop Tchaud

Paroles et traduction de «Come In Solia Padri Les Breunes...»

Come In Solia Padri Les Breunes... (Comme Un Soleil Derrière La Brume)

Dji n'vos tchantré né des trissès tchansons
Je ne vous chanterai pas de tristes chansons
Adon k'èm keûr èst skèté t'a boukès...
Alors que mon coeur est brisé en morceaux
L'èspwêr n'èst né moûrt èyè l'bèle sézon
L'espoir n'est pas mort et la belle saison
N'èst né t'a fét-oute avou lès-èrgrèts
N'est pas tout à fait finie avec les regrets
Ki sont co dins m'tièsse come lès fouyes
Qui sont encore dans ma tête, comme les feuilles
Su lès couches.
Sur les branches
Dimwin, èles tchéront come mès rèfes a l'disblouke.
Demain, elles tomberont comme mes rêves en débâcle.
El solia lût co dins mès-îs
Le soleil luit encore dans mes yeux
Paskè mi, dji l'wé co voltî...
Parce que je l'aime encore...
Come in sot, dji pinse a sès mwins
Comme un sot, je pense à ses mains
Ki m'ont doné yè pri tèl'mint
Qui m'ont donné et pris tellement
Di tinrûlisté yè d'amoûr,
De tendresse et d'amour
Les plus bèlès pîres d'ès trézoûr...
Les plus belles pierres de son trésor
Pou çoula, dji n'pol'ré l'rouvî
Pour cela, je ne pourrai l'oublier
Et toudi, dj'èl viré voltî...
Et toujours je l'aimerai...

Sâra-t-èle trisse ou bén gueye, èm tchanson ?
Sera-t-elle triste ou bien gaie, ma chanson ?
Ele s'éva l'campagne avou les mouchons
L'été s'en va avec les oiseaux,
Et lès fouyes bréy'nut kand dji rote dissu
Et les feuilles mortes pleurent quand je marche dessus
Dins lès pîssintes ki nos-avît vèyu
Dans les sentiers qui nous avaient vus
Tous lès deûs-èchène au timps des tabaréyes
Ensemble au temps des jonquilles,
Et ki m'viront miérseû sakantès-anéyes...
Et qui me verront seul ces quelques années...
Di rouzèye, mes-îs sont frèchis,
Mes yeux sont embrumés de rosée,
Dji seû z-èwaré dins l'brouyârd,
Je suis égaré dans le brouillard,
L'èspèsse breune muchant lès pachis...
L'épaisse brume qui cache les prés.

El blanc tchén vénra-t-i, azârd,
Le soleil levant viendra-t-il, par hasard,
Tchèssi les tinres bédots du cièl
Chasser les tendres moutons du ciel
Pou rglati su'l têre refrèdîye,
Pour briller sur la terre refroidie,
Et vos, bèle di laume, leune di mièl,
Et vous, belle de miel, lune de miel,
Viré-dje co vo biaté chérîye ?
Verrai-je encore votre beauté chérie ?

Adon, dji voureu k'èm tchanson fuche guéye,
Alors, je voudrais que ma chanson soit gaie,
K'èl tristèsse s'édaliche avou l'brouyârd...
Que la tristesse s'en aille avec le brouillard...
Min, sins lèye, pus rén n'èrtchaufra m'vikrèye...
Mais sans elle, plus rien ne réchauffera mon existence...
L'iviêr arrif èt mi, come in bauyârd...
L'hiver arrive et moi, comme un idiot,
Dji d'meure sins sawè comin dji' pou co vikî,
Je reste sans savoir comment je peux encore vivre
Asteur k'èle n'èst pus rôci pou m'vîr voltî...
Maintenant qu'elle n'est plus ici pour m'aimer.
Achîd sins djwè su l'âbe djondu,
Assis sans joie sur l'arbre foudroyé,
Dji pinse tout sèrant mes deûs-îs
Je pense en fermant les yeux
Et dins m'tièsse, l'amoûr n'èst né dju...
Et dans ma tête, l'amour n'est pas mort...
Rola, èle mè wèt co voltî...
Là, elle m'aime encore
Dins l'grand bos tout blanc d'rèle, dji tûze
Dans le grand bois tout blanc de gel
Et dji n'vou né k'çoula finiche...
Je pense et je ne veux pas que cela finisse
Lèyèz m'vèrzinér mès babûzes...
Laissez moi ruminer mes sornettes...
A l'awète, dji ratin l'blanke biche
Aux aguets, j'attends la blanche biche

Adon, dji l'wè t'au d'bout du tch'mwin
Et je la vois au bout du chemin
Et aviè lèye, dji tins mès mwins...
Et vers elle, je tends les mains...

 
Publié par 6031 5 3 2 le 11 janvier 2005, 18:34.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000