Facebook

 

Paroles de la chanson «Just Like After The Ribote Blues» (avec traduction) par William Dunker

William Dunker
0 0
Chanteurs : William Dunker
Albums : Trop Tchaud

Paroles et traduction de «Just Like After The Ribote Blues»

Just Like After The Ribote Blues (Just Like After The Ribote Blues)

C'asteut-a l'pikète du djoû,
C'était au point du jour,
El gnût n'asteut né t'a fét-oute,
La nuit n'était pas tout à fait finie,
C'asteut-a l'pikète du djoû,
C'était au point du jour,
Dins l'gare, gn'aveut mès-omes ki boute-
Dans la gare, il y avait ceux-là qui travaillent
Nut yè mi ki n'fout maye rén,
Et moi, qui ne fous jamais rien
Is ratindît l'preumî vagon,
Ils attendaient le premier wagon,
Yè mi, l'rouleû, l'vagabond
Et moi, le bourlinguer, le vagabond,
L'soûléye, dji n'ratindeu pus rén...
L'ivrogne, je n'attendais plus rien...
I brouzineut dins mes-îs,
Il bruinait dans mes yeux,
D'j'asteu come in vî tchén frèchi...
J'étais comme un vieux chien trempé
Pièrdu... au trô du cu dèl gnût,
Perdu... au trou du cul de la nuit.
Dès ardiès, i n'd'a pus nu...
Il n'y a plus d'arcs-en-ciel...

C'asteut-a l'pikète du djoû,
C'était au point du jour,
Dji n'asteu né drwèt dins mès botes,
Je n'étais pas droit dans mes bottes,
C'asteut-a l'pikète du djoû,
C'étais au point du jour,
Ewaré dins l'breune dèl ribote,
Égaré dans la brume de la ribote,
Dji buveu pou m'dèsrostér
Je buvais pour me dégriser
Ene djate di cafeu dins l'bufèt,
Une tasse de café au buffet,
Pinsant-a lèye k'aveut dit :
Pensant à elle qui avait dit :
"Dji vo wé pus-invi k'voltî ! "
"Je te hais plus que je t'aime ! "
Lès-amoûrs parféts sont râles
Les amours parfaites sont rares,
Yè mi, kand-on m'èvoye au diâle,
Et moi, quand on m'envoie au diable,
Dji m'éva toudi z-au démon,
Je m'en vais toujours au démon,
C'est co bén deûs-eûres pus lon...
C'est encore deux heures plus loin...

Dji m'souvén, yêr a l'swèréye,
Je me souviens, hier dans la soirée,
Il a tcheûd come ène lavèrdéye,
Il est tombé une sorte d'averse,
Ele m'a dit arvouye, adon
Elle m'a dit adieu, alors
Dj'a bu la mèr èt les pèchons...
J'ai bu la mer et les poissons...
Asteûr, ça aroke dins m'tièsse,
Maintenant, ça cogne dans ma tête
Ca n'pout né toudi yèsse ène fièsse
Ca ne peut pas toujours être la fête
Et su lès tch'mwins foûrmouyîs,
Et sur les chemins détrempés,
Dji seû z-in marin naufradjî,
Je suis un marin naufragé
Les "sirènes" sont dès-ûlôs
Les sirènes sont celles des usines
Gueûlant l'muzike du poûve, lauvau !
Hurlant la musique du pauvre au-loin !
Sins èspwêr, a l'pikète du djoû,
Sans espoir, au point du jour,
Dji n'bré né t'ostant ki plout...
Je ne pleure pas autant qu'il pleut.

Asteur èl djoû va s'luvér,
Maintenant le jour va se lever,
Gn'âra pon d'soya, pon d'soya...
Il n'y aura pas de soleil,
Eyè l'blanc tchén n'vénra né,
Et le chien blanc ne viendra pas,
I ploût a sayas, a sayas...
Il pleut à seaux, à seaux...
Sins èspwêr, a l'pikète du djoû,
Sans espoir, au point du jour,
Dji n'bré né t'ostant ki plout...
Je ne pleure pas autant qu'il pleut
Asteur, c'èst timps d'èralér,
Maintenant, il est temps de m'en retourner
Yè r'trouvér s'bèdèr, ès'bèdèr
Et retrouver mon matelas
Asteur, c'èst timps d'èralér,
Maintenant, il est temps de m'en retourner
Yè dôrmu come in nwêr, in nwêr...
Et dormir comme un loir,
Pièrdu... au trô du cu dèl gnût,
Perdu... au trou du cul de la nuit.
Dès ardiès, i n'da pus nu...
Il n'y a plus d'arcs-en-ciel...

 
Publié par 6031 5 3 2 le 17 janvier 2005, 20:12.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000