Facebook

 

Paroles de la chanson «Off To Tijuana (feat. Eminem, Kuniva, Swifty McVay)» (avec traduction) par Hush

Bulletproof (2005)
0 0
Chanteurs : Hush
Albums : Bulletproof

Paroles et traduction de «Off To Tijuana (feat. Eminem, Kuniva, Swifty McVay)»

Off To Tijuana (feat. Eminem, Kuniva, Swifty McVay) ()

"Off To Tijuana" signifie "Direction Tijuana" une ville située dans le sud de la Californie non loin du Mexique, où réside tous les gens ne pouvant accéder aux grandes villes telles que Mexico City et Cancun. C'est une partie qui n'appartient pas aux Etats-Unis et où règne pas mal de propagande.

Le début reprend un sample de "Criminal" sur "The Marshall Mathers" d'Eminem. Il rentre dans une banque en sifflotant et demande gentillement pour un retrait d'argent. Puis menace d'un seul coup la guichetière à glisser l'argent dans le sac sans broncher si elle ne veut pas mourir. Il part ensuite en tirant finalement puis s'échappe.

C'est là que débute la chanson avec Hush qui lâche son 1er couplet. L'histoire parle également d'un bracage d'une banque mais n'est pas liée à l'extrait de départ. Hush attend dans sa voiture Swifty (qui se charge de récupérer l'argent en vol à main armée) et commence à trouver le temps long.
What the fuck is taking so long ? Pourquoi est-il si long bordel ?
But I can't leave my homey / Mais je ne peux pas abandonner mon pote

Il raconte qu'au travers de son pare-brise dégueulasse il aperçoit un visage et se demande ce qui se passe quand il se rend compte que c'est un laveur de pare-brise (que l'on croise généralement quand on attend à un feu rouge) et qui risque d'attirer les regards envers cette voiture qui attend devant la banque avec le moteur allumé et son conducteur impatient. Il lui donne un billet pour qu'il dégage.
Swift arrive enfin et la voiture déboule à toute allure. Hush espère qu'il aura bien la part du butin qu'il s'était promis au départ car il prévoit de s'attacher les services d'une demoiselle...

Pour le refrain, Eminem parle super vite, à la manière d'un braqueur préssé de partir avant l'arrivée des flics.
Put the money in the bag bitch, this is a stickup
Met le fric dans le sac conasse, c'est un hold-up

Il évoque l'éventualité de s'en tirer mais aussi de se faire pinçer.
We get caught, I'm peeling off, the deal is off
On se fait chopper, je lâche l'affaire, le deal est mort
Then I'm going, off to Tijuana, come on, I'm ready if you are
Alors je vais, direction Tijana, ramenez vous, je suis prêt si vous l'êtes

Deuxième couplet Swifty explique comment c'était à l'intérieur. Il menace les gens de les réduire en bouillie si ils bougent ou tentent quoi que ce soit et finit par tirer sur un client. Il obtient ensuite le code du coffre par la banquier et qu'elle ne fut par sa surpirse quand il a ouvert celui ci :
And there was nothing but Benjamins !
Et il n'y avait rien d'autre que des Benjamins ! ( billets de 100$)
Il parle ensuite de son échappatoire rugueuse avant de plonger dans la voiture avec le sac rempli de billets. L'agent de sécurité la poursuivi et attrapé par le pied. Il lui a tiré dessus pour s'échapper.

Pour le dernier couplet, Kuniva parle de la fois où il s'était rendu dans une épicerie de quartier une matinée. Il dit avoir les manches remplies de billets et commence à acoster un "Aviv" qui correspond en gros à un beau gosse, un flambeur. Il le menace et celui-ci commence à l'enerver sérieux.

Mister, please don't hurt me ! Here, have a Slurpee !
Monsieur s'il vous plaît ne me faîtes pas de mal ! ! Allez plutôt là il y a un Slurpee (boisson fraîche qu'on trouve généralement dans un distributeur et qui se boit le matin)
Oh my God, Aviv, shut the fuck up, your voice irks me
Oh mon dieu Aviv ferme ta putain de gueule, ta voix me casse les oreilles.

Il se demande finalement pourquoi il a racketté ce guignol car il ne récupéra que 376 dollars et 8 cents !
Il se rabat sur un mec qui se prend pour un boss en lui demandant son fric, ses bijoux et tout ce qui va avec.

Pour finir il raconte la devise qui unit Hush, Swift et lui même.
C'est comme ça que ça se passe d'où on vient, moi
C'est comme ça que ça se passe d'où on vient, moi, Swift et Hush

L'idée c'est qu'il se font de l"argent facile, en dépouillant des "pigeons', des gens plus faible qu'eux

Le refrain une dernière fois suivi de sirènes de police.

 
Publié par 14581 6 4 4 le 1 mai 2006, 15:54.
 

Chansons similaires

Aucun résultat

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000