Facebook

 

Paroles de la chanson «Cop Killer» (avec traduction) par Body Count

Body Count
0 0
Chanteurs : Body Count
Albums : Body Count
Voir tous les clips Body Count

Paroles et traduction de «Cop Killer»

Cop Killer
(Tueur De Flics)

Cop killer ! yeah !
Tueur de flics !

I got my black shirt on.
J'ai mis ma veste noire
I got my black gloves on.
J'ai mis mes gants noirs
I got my ski mask on.
J'ai mis mon masque de ski
This shits been too long.
Ce merdier dure depuis trop longtemps
I got my twelve gauge sawed off.
Mon fusil à pompes est chargé
I got my headlights turned off.
Mes phares sont éteints
Im bout to bust some shots off.
Je vais démolir quelques flics
Im bout to dust some cops off.
Je vais réduire quelques flics en poussière

Im a cop killer, better you than me.
Je suis un tueur de flics, plutôt toi que moi
Cop killer, fuck police brutality !
Tueur de flics, j'emmerde les brutalités policières !
Cop killer, I know your familys grieving,
Tueur de flics, je sais que ta famille en souffre
(fuck em ! )
(Qu'ils aillent se faire foutre ! )
Cop killer, but tonight we get even, ha ha.
Tueur de flics, ce soir je règle mes comptes

I got my brain on hype.
Mon cerveau est hyperactif
Tonightll be your night.
Ce soir c'est ta fête
I got this long-assed knife.
J'ai ce putain d'énorme couteau
And your neck looks just right.
Et ton cou à l'air de lui plaire
My adrenalines pumpin.
L’adrénaline bat dans mes veines
I got my stereo bumpin.
Ma stéréo est à fond
Im bout to kill me somethin.
Je vais buter quelque chose
A pig stopped me for nuthin !
Un porc m'a arrêté sans raison !

Cop killer, better you than me.
Tueur de flics, plutôt moi que toi
Cop killer, fuck police brutality !
Tueur de flics, j'emmerde les brutalités policières
Cop killer, I know your mommas grieving,
Tueur de flics, je sais que ta maman en souffre
(fuck her ! )
(Qu'elle aille se faire foutre)
Cop killer, but tonight we get even, yeah !
Tueur de flics, ce soir je règle mes comptes

Die, die, die pig, die !
Crève, crève, crève porc, crève

Fuck the police !
J'emmerde la police !
Fuck the police !
J'emmerde la police !
Fuck the police !
J'emmerde la police !
Fuck the police !
J'emmerde la police !

Fuck the police !
J'emmerde la police !
Fuck the police !
J'emmerde la police !
Fuck the police !
J'emmerde la police !
Fuck the police !
J'emmerde la police !
Yeah !
Yeah !

Cop killer, better you than me.
Tueur de flics, plutôt toi que moi
Im a cop killer, fuck police brutality !
Je suis un tueur de flics, j'emmerde les brutalités policières
Cop killer, I know your familys grieving,
Tueur de flics, je sais que ta famille en souffre
(fuck em ! )
(Qu'ils aillent se faire foutre ! )
Cop killer, but tonight we get even, ha ha ha ha, yeah !
Tueur de flics, ce soir je règle mes comptes

Fuck the police !
J'emmerde la police !
Fuck the police !
J'emmerde la police !
Fuck the police !
J'emmerde la police !
Fuck the police !
J'emmerde la police !

Fuck the police !
J'emmerde la police !
Fuck the police !
J'emmerde la police !
Fuck the police !
J'emmerde la police !
Fuck the police !
J'emmerde la police !
Break it down.
Fais péter

Fuck the police, yeah !
J'emmerde la police ! Ouais
Fuck the police, for darryl gates.
J'emmerde la police, pour Darryl Gates
Fuck the police, for rodney king.
J'emmerde la police, pour Rodney King
Fuck the police, for my dead homies.
J'emmerde la police, pour mes potes qui sont morts
Fuck the police, for your freedom.
J'emmerde la police, pour ta liberté
Fuck the police, dont be a pussy.
J'emmerde la police, fais pas ta couille molle
Fuck the police, have some muthafuckin courage.
J'emmerde la police, aie un peu de courage
Fuck the police, sing along.
J'emmerde la police, chante avec moi

Cop killer !
Tueur de flics !
Cop killer !
Tueur de flics !
Cop killer !
Tueur de flics !
Cop killer !
Tueur de flics !

Cop killer ! whaddyou wanna be when you grow up ?
Tueur de flics ! Tu veux faire quoi quand tu seras grand ?
Cop killer ! good choice.
Tueur de flics ! Bon choix
Cop killer ! Im a muthafuckin
Tueur de flics ! Je suis un putain de
Cop killer !
Tueur de flics !

Cop killer, better you than me.
Tueur de flics, mieux vaux toi que moi
Cop killer, fuck police brutality !
Tueur de flics, j'emmerde les brutalités policières
Cop killer, I know your mommas grieving,
Tueur de flics, je sais que ta maman en souffre
(fuck her ! )
(Qu'elle aille se faire foutre)
Cop killer, but tonight we get even !
Tueur de flics, ce soir je règle mes comptes

__________
CONTEXTE
31/03/91, Los Angeles : Quatre policiers arrêtent Rodney King, petit délinquant afro-américain pour excès de vitesse et conduite en état d'ébriété. King, du fait de son état, commence à se débattre. Les quatre policiers, réagissant de façon excessive, le rouent de coup dans un matraquage d'une grande violence.

Une scène banale, comme il s'en produisait (et comme il s'en produit encore) tous les jours aux Etats-Unis. La particularité de ce cas est qu'il a été filmé par un particulier puis diffusé par toutes les chaînes de télévision du pays. Le cas isolée de Rodney King devient alors le centre de l'attention du grand public américain, et plus particulièrement celui de la communauté afro-américaine.

22/04/92 : Les quatre policiers sont jugés, et acquittés par le jury (aucune condamnation).
Détail intéressant : Le jury était entièrement composé de blancs ?
En communiquant cette décision à la population, les médias mettront le feu aux poudres et ce sera le début des émeutes de Los Angeles, qui comptent parmi les plus grandes de l'histoire de l'Amérique.
Elles dureront 6 jours et déploreront une cinquantaine de morts, deux mille blessés.
L'année suivante, les policiers sont rejugés et condamnés à 30 mois de prison.

(informations tirées de l'article wikipedia sur Rodney King)

GROUPE
Body Count, groupe méconnu du grand public de nos jours, est un des précurseurs du genre rap-metal.
Le beat et les paroles du rappeur Ice T alliés à la guitare électrique, au style et aux compos d'Ernie C, donnent naissance à un style musical alors nouveau (ou presque) en 1992.
Officiellement parlant, le premier album de Body Count n'a pas de nom.
Si on s'intéresse à ce groupe et à son histoire, on découvre assez rapidement qu'en réalité la toute première version de cet album s'appelait ? Cop Killer' (tueur de flics) et comportait un morceau du même nom, véritable bombe underground considérée aujourd'hui pat les initiés comme culte, il s'agit d'un incontournable classique.
Evidemment, avec un titre comme ça, l'album ne pouvait pas faire long feu aux States, et, quelque temps après sa sorti, il fut censuré, pour être réédité après avoir été allégé de deux éléments : son nom et le morceau ? cop killer'.

MORCEAU
C'est donc à ce morceau que nous allons ici nous intéresser.
Ice T (qui est noir, pour ceux qui auraient des doutes) a écrit ce morceau en pleine affaire Rodney King, pour protester à sa manière à la fois contre le racisme et les brutalités policières, qui, pour lui, vont bien souvent de pair.
Ice T, cependant, se dégage dans une certaine mesure des responsabilités que pourraient engager les paroles :
? Je chante à la première personne en me mettant dans la peau de quelqu'un qui en a marre de la brutalité policière. J'ai jamais tué de flic. J'ai souvent eu envie. Mais je suis jamais passé à l'acte. '
Le morceau débute par une introduction de Ice T, qui exprime ses pensées et annonce directement la couleur de son morceau.
Il commence par dédier cette chanson à ses ? amis personnels', à savoir la police de Los Angeles (la même police qui fut à l'origine de l'affaire Rodney King), et à chaque policier qui a déjà frappé quelqu'un juste parce qu'il avait les cheveux longs, qu'il n'écoutait pas la ? bonne' musique ou qu'il n'était pas né avec la ? bonne' couleur de peau.
En conclusion, il dit que son rêve serait de rencontrer chacun de ces flics dans un parking et de les flinguer.

Le morceau commence par une description du Cop Killer : Veste noire, gants noirs, masque de ski (noir ? ), un pistolet, un grand couteau et une stéréo (sans doute pour mettre du Body Count à fond et attirer l'attention des policiers).
Le Cop Killer est de sortie pour vider son chargeur et pour ? tuer quelques flics'.

A chaque refrain, Ice T balance des ? fuck police brutality', au cas où certains auditeurs distraits n'auraient pas compris de quoi il était question), puis, dans la deuxième moitié du morceau, les chœurs s'en donnent à cœur joie (jeu de mots) et scandant à plusieurs reprises (23 fois dans tout le morceau) un ? fuck the police' (Ice T est bel est bien un rappeur) qui reste facilement dans la tête et qui a sans doute pour but d'inciter les auditeurs les plus influençables à suivre le mouvement.
Ice T s'impose alors comme un maître de la propagande avec ses petites remarques après chaque ? fuck the police' :
? Pour Darryl Gates (chef de la police de Los Angeles), pour Rodney King, pour mes potes morts, pour la liberté, montre que t'as des couilles, aie un peu de courage, chante avec nous'.
Si le morceau a été censuré, c'est sans nul doute à cause de formules comme celles-ci, qui risquaient de toucher une bonne partie des populations minoritaires qui avaient de la haine à revendre mais qui se cherchaient encore une cause.
Les chœurs changent encore de formule, passant de ? fuck the police ! ' à ? cop killer ! ', avec Ice T qui en remet une couche, s'adressant cette fois-ci à la jeunesse :
? Qu'est ce que tu voudras faire quand tu seras grand ? /Tueur de flics ! / Bonne idée ! '

CONCLUSION
Voilà cette explication, ou plutôt ce dossier, vu sa taille, est terminé, mon seul problème c'est que je ne sais pas comment le terminer, j'ai toujours été nul pour faire des conclusions donc ça va c'est fini vous pouvez arrêter de lire.

 
Publié par 16505 6 4 4 le 19 août 2006, 13:39.
 

Vos commentaires

Niko Poignet Il y a 1 an(s) 1 mois à 21:38
155 3 Niko Poignet Die, die, die pig, die ! Crève, crève, crève poulet, crève pig c est plus porc que poulet
Caractères restants : 1000