Facebook

 

Paroles de la chanson «La Danse Finie, Les Masques Tombent» (avec traduction) par Belle Epoque

Belle Epoque
0 0
Chanteurs : Belle Epoque
Albums : A La Dérive

Paroles et traduction de «La Danse Finie, Les Masques Tombent»

La Danse Finie, Les Masques Tombent (La Danse Finie, Les Masques Tombent)

"A l'apogée de la bêtise humaine et d'une hypocrisie bien mal dissimulée, on nous vend, sans gène aucune, des images d'acceptation et de tolérance derrière lesquelles je ne vois qu'un grand malaise. Nos vies sexuelles sont encore loin d'être défaites de ces siècles d'histoire durant lesquels on a cultivé le rejet des sexualités "déviantes" de l'hétérosexualité dominante, faisant ainsi des homosexuelLEs, bisexuelLEs, transsexuelLEs et transgenres des hérétiques, des marginales / -aux pour qui l'amour n'est pas permis. Leur existence même est prohibée (les degrés d'acceptation sont relatifs à l'époque, bien entendu). Alors on pourra créer toutes les chaînes de télévision et les émissions de radio possibles, faire autant de défilés et de manifestations que l'on voudra, lancer des milliers de modes et écrire encore tant de lois sur les discriminations sexuelles, cela ne suffira pas à panser ce malaise. Bien trop de maux à guérir, bien trop de règles à bannir et d'instincts à étouffer pour que respire pleinement cette liberté sexuelle en laquelle j'aimerais tant croire. Ce ne sont pas ces artifices oiseux qui effaceront dans chacune de nos têtes l'omniprésence de cette homophobie latente qui chaque jour ronge cette tolérance dont tout le monde parle sans que je n'aperçoive, ne serait-ce que l'ombre. Alors cessez de vous retourner la bouche pleine de "souilles l'amour", les oreilles gorgées de messes basses et les yeux pleurant de frustration face à ces humains qui vivent au grand jour cet amour depuis si longtemps ombragé. Le seul progrès possible passe par notre comportement quotidien et non par une pseudo prise de conscience annuelle, estampillée d'un arc-en-ciel et de musique techno pour officialiser notre engagement et crédibiliser notre bonne conscience. Tout ça, c'est du folklore comparé aux réactions stériles et primitives que l'on peut observer durant tout le reste de l'année. Les moeurs changent, mais pas seules. "
- Morgan

"Difficile de s'imaginer à quel point l'homophobie est présente dans nos vies. Nos rapports ? qu'ils soient avec une fille ou un garçon ? en sont imprégnés. Et bien souvent, plus difficiles à déceler qu'on peut le croire. Comment, par exemple, être accepté en tant qu'" homme " si l'on ne met pas en avant notre virilité ? Ou comment être perçue comme " femme " si l'on n'est pas immédiatement séduisante et disponible ? Bien sûr, ce ne sont que deux exemples parmi des centaines, des milliers... Pourtant, ils nous enferment de plus en plus chaque jour dans notre rôle d'homme ou de femme. Ce ne serait pas un problème si tout le monde s'accommodait de cette vision bipolaire des sexes. Mais il suffit d'être un minimum observateur / -trice pour se rendre compte que personne n'est fondamentalement " homme " ou " femme ". L'être humain est bien plus complexe que cela. Tout le monde peut ressentir des envies que l'on attribue à un genre ou à un autre. Mais trop souvent, il faut les cacher, enfouir ses désirs au plus profond de soi-même de peur d'être rejeté, de se retrouver seulE, isoléE, d'être considéréE comme marginalE... Et de cette peur naît la souffrance. Que l'on tente de nier ses désirs ou au contraire de les assumer et de les vivre au grand jour, cette souffrance restera la même... A cause de ces regards méprisants. A cause de ce cloisonnement de la pensée. Déconstruire les rôles qui nous ont été attribués n'est pas chose facile, je suis bien d'accord. Mais pourtant nous serions tellement plus heureuses / -x et épanouiES si nous pouvions vivre librement et dans le respect d'autrui nos désirs, nos amours, notre sexualité. "
- Hervé

"Les politiques assimilationnistes promues par une partie relativement importante des homoEs mainstream en France vont dans le sens d'une égalité en droits. Les diversités des sexualités et la multiplicité des parcours sont niées pour mieux laisser la place à une tolérance institutionnalisée, où chacunE d'entre nous est un citoyen comme les autres, sans histoires ni spécificités. Les critiques de l'hétérosexualité comme système politique et les questionnements sur le patriarcat ne peuvent pas trouver d'échos dans ce cadre, allant à l'encontre du modèle capitaliste. Le droit à la représentation a eu un écho dans les médias. Si la place consacrée dans les programmes télévisuels aux homosexuelLEs est plus importante, elle reste focalisée sur les gays blancs, friqués et virils ? invisibilisant les autres ? minorités' et empêchant une remise en question de fond sur les genres. Les représentations médiatiques de la communauté gay sont assez explicites sur sa modélisation en cible marketing à part entière. Tant que nous n'aurons pas procédé à la critique de cette société et que nous ne percevrons pas les genres, le sexe ou l'amour ? ainsi que les classes et les races - comme des productions culturelles à part entière, la justice sociale et l'équité resteront des buts. "
- Gaël

Resté cloîtré en moi, croiser l'espoir en toi Dans mon coin à susurrer un amour conditionné
Resté cloîtré en moi, croiser l'espoir en toi Dans mon coin à susurrer un amour conditionné
C'est ça mon brin d'espoir, c'est ce en quoi je veux croire
C'est ça mon brin d'espoir, c'est ce en quoi je veux croire
Amour trop cloisonné, qui attend pour respirer
Amour trop cloisonné, qui attend pour respirer
Ne pouvoir cesser de psalmodier tant d'envies,
Ne pouvoir cesser de psalmodier tant d'envies,
Si c'est ça la chance, c'est pas de la chance
Si c'est ça la chance, c'est pas de la chance
On en est encore à supporter des regards profonds, des regards gênés
On en est encore à supporter des regards profonds, des regards gênés
Mais pas moins vides d'arrière-pensées
Mais pas moins vides d'arrière-pensées
Et pas plus près de l'accepter
Et pas plus près de l'accepter
Pour satisfaire les " bien placés "
Pour satisfaire les " bien placés "
On réduit (ce droit d'aimer) à des corps huilés
On réduit (ce droit d'aimer) à des corps huilés
Une fois dans l'an c'est la débauche
Une fois dans l'an c'est la débauche
Des chars de chair qui roulent à gauche
Des chars de chair qui roulent à gauche
On sort nos anormaux en fringues fluo
On sort nos anormaux en fringues fluo
Et dès demain, écoute le Père
Et dès demain, écoute le Père
Aime ton prochain, mais choisi le bien
Aime ton prochain, mais choisi le bien
... oui, choisi le bien...
... oui, choisi le bien...

 
Publié par 14632 6 3 3 le 23 décembre 2006, 19:46.
 

Chansons similaires

Aucun résultat

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000