Facebook

 

Paroles de la chanson «Makhabeleni» (avec traduction) par Johnny Clegg

One Life (2006)
0 0
Chanteurs : Johnny Clegg
Albums : One Life
Voir tous les clips Johnny Clegg

Paroles et traduction de «Makhabeleni»

Makhabeleni (Makhabeleni)

Cette chanson mélancolique raconte la première rencontre en territoire zoulou de Johnny. Il y est allé pour la première fois à l'âge de 17 ans, il avait alors fui de sa maison de Johannesburg, des quartiers blancs, pour se rendre dans ce milieu qu'il avait appris à découvrir petit à petit au fil de ses rencontres avec différents personnages comme Sipho Mchunu. C'est d'ailleurs à Makhabeleni que se trouvaient la famille de Sipho, l'éternel compère musical et frère de sang zoulou de Johnny.

Il y est resté une semaine, une semaine qui fut à magique à ses dires : le zoulou blanc fut étonné pat l'intérêt que portaient les aïeux du clan envers les jeunes, ils se sentaient très concernés par ce que vivaient les jeunes hommes et les jeunes filles de la communauté.

Mais une note triste pigmente la chanson :
Ikhaya lami lisele
Ma maison est maintenant partie, loin derrière moi
Ikhaya lami lingekho
Ma maison n'est plus ici à présent

Il avoue qu'il est absent du territoire zoulou, de cette communauté, car rappelons que c'est une chanson écrite en 2006, donc cela fait longtemps que Johny n'y est plus retourné même s'il y est revenu depuis sa première visite, c'est un témoignage poignant.

Il dédie cette chanson à tous les parents du monde.

Ngikhumbula ngisakhula ngikhul'ekhay
Je me souviens des jours passés à la maison
Baba nomama, nobaba, nomame
Les pères et les mères, les pères et les mères
Basithanda thina emakhabeleni
Ils se sont souciés de nous et nous ont aimé à Makhabeleni, un jour

Chorus :
Refrain :
Hawu, sasikhula emakhabeleni
Oh, nous avons grandi à Makhabeleni
Hawu, babesithanda emakhabeleni
Oh, ils ont pris soin de nous et nous ont aimé à Makhabeleni

Ngikhumbula ngisakhula ngikhul'ekhay
Je me souviens des jours passés à la maison
Baba nomama, nobaba, nomame
Les pères et les mères, les pères et les mères
Basithanda thina emakhabeleni
Ils se sont souciés de nous et nous ont aimés à Makhabeleni, un jour

Ikhaya lami lisele
Ma maison est maintenant partie, loin derrière moi
Ikhaya lami lingekho
Ma maison n'est plus ici à présent

Chorus
Refrain

 
Publié par 12238 6 4 4 le 6 février 2007, 20:21.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000