Facebook

 

Paroles de la chanson «12 Septembre 2001» (avec traduction) par Abd Al Malik

Gibraltar (2006)
0 0
Chanteurs : Abd Al Malik
Albums : Gibraltar
Voir tous les clips Abd Al Malik

Paroles et traduction de «12 Septembre 2001»

12 Septembre 2001

Cette chanson revient sur les attentats du 11/09/2001 à New York et sur l'amalgame qui a eu lieu par la suite, en Occident, entre musulman et terroriste. Abd Al Malik, "mouslim", nous rappelle qu'il ne faut pas "mélanger la politique avec la foi".
NB : Pour l'anecdote, il fait une petite allusion à son épouse, la chanteuse "Wallen" : "l'premier classique de Wallen : A force de vivre, avec celle qui a dit non. " => un de ses tubes.

Ok, un peu plus de son dans l'casque ! Ouai comme ça c'est bon.

(Refrain)

J'avais déjà un flow de tarés lorsque les tours jumelles se sont effondrées,

J'avais déjà un flow de dingues lorsque les tours jumelles se sont éteintes.

Je fus choqué dans mon intime et je vous jure,

Que si j'n'avais pas eu la foi j'aurais eu honte d'être mouslim.

Après ça fallait qu'on montre aux yeux du monde,

Que nous aussi nous n'étions que des hommes,

Que s'il y avait des fous, la majorité d'entre nous ne mélangeait pas, la politique avec la foi.

(Refrain)

Après cela on a tous été pointés du doigt,

Ils se sont demandés ptètre qu'ils sont tous comme ça.

Des canons s'mirent à bombarder Bagdad et des corps s'effondrèrent en Espagne.

Nos leaders se mirent à geindre et la Suisse sur un plateau d'télé face à un homme d'état mélangea, la politique avec la foi.

(Refrain)

Je découvris la suspicion, c'est quand un homme àapeur et que l'autre en face ne le rassure pas.

C'est quand celui qu'on croyait connaître devient soudain,

Celui qu'on n'connait pas.

Les Pays-Bas assassinèrent le descendant d'un peintre de renom,

La France continua à dire non.

L'Europe se scinda en deux, les uns et les autres qui n'voulaient pas qu'on confonde, la politique avec la foi.

(Refrain)

J'avais la conviction intime ce septembre 2001 que,

Comme avant il n'y aurait plus rien,

Et en un sens c'était sublime, le grain disait à Dieu à livrer,

Alors une parole de paix et j'allais pouvoir délivrer.

Ainsi tous se reconnaîtraient dans la grande famille de l'humanité qui, naturellement, vicéralement ne confondrait pas,

La politique avec la foi.

(Refrain)

On allait tout déconstruire, déconstruire avec trois D comme, Deleuze, Darrida et Debré.

Ni fondamentalistes ni extrémistes de l'islam ou d'l'a laïcité,

Mais là : ça d'vient lourd j'crois.

Trop compliqué en tout cas, et puis moi, je n'mélange pas,

La politique avec la foi.

Et au fait, ce mois là et l'mois qui a suivi, y a eu l'album de Jay-Z : Blueprint, une leçon, et l'premier classique de Wallen : A force de vivre, avec celle qui a dit non,

Et l'bouquin d'Jonathan Franzen : Les Corrections,

Et moi, moi qui ne f'sais rien qui, qui galerais à la maison, ah si : je changeais les couches de mon fiston.

(Ahahahah)

 
Publié par 11618 6 4 4 le 24 mars 2007, 20:25.
 

Vos commentaires

Akura Il y a 9 an(s) 3 mois à 18:52
11671 6 4 4 Akura Une chanson réfléchie et très bien... je love 8-D
boubs Il y a 9 an(s) 2 mois à 21:09
10758 6 4 3 boubs jm bien cte zik
elles mfont délirer les deux dernières frases de la song! :-P
Moni-Chan Il y a 7 an(s) 2 mois à 01:33
8666 5 3 3 Moni-Chan Un très bon son !!
Moi aussi j'aime beaucoup les deux dernières phrases de la chanson !! C'est vraiment un véritable artiste =D
Caractères restants : 1000