Facebook

 

Paroles de la chanson «Y'a Bon La Mine» (avec traduction) par La Tordue

Le Vent T'Invite (2000)
0 0
Chanteurs : La Tordue

Paroles et traduction de «Y'a Bon La Mine»

Y'a Bon La Mine ()

Petite dénonciation poétique d'un monde dont le fonctionnement touche les masses d'"anonymes", sans qu'on leur demande leur avis : dans les deux premiers couplets, c'est la société sécuritaire qui est visée. Les gens paieraient leurs impôts pour se faire surveiller, emprisonner ? Cela semble être la thèse de La Tordue : "payer pour être libre d'avoir les keufs aux fesses". Puis dans les deux derniers couplets, c'est l'ensemble du système économique qui se voit remis en cause : les foules en sont les éternelles victimes. Les jeux de mots sont très fins, notamment les 4 dernières lignes : la gabelle est l'impôt sur le sel payé au Moyen-Age. Le chanteur est donc bien d'accord pour payer des impôts, à condition que leur usage se fasse en fonction des inérêts du plus grand nombre, et pas de quelques privilégiés.

Y a bon la mine

Antipersonnelle

Dans tous les styles

Y a même celle

Qui a des ailes

De papillon

Pour que les enfants

Sautent tous en rond

Bravo les savants

Quelle imagination

Merci les marchands

Pour vos jolis canons

Nous les anonymes

On n'paye pas de mine

Oui mais des impôts

à tire-larigot

Pas d'accord pour que ma cotise

Nourrisse le feu des armes

Que tout ce fric attise

Le business des larmes

Un car de bourres

à chaque carrefour

Un flic par habitant

C'est très rassurant

On est bien trop poli-cé

Pour être honnête

C'est Métropolis

C'est la peur aux fenêtres

On ne vit plus

On vidéo

Jusque dans la rue

On nous vide et au poste

Fissa illico !

Nous les anonymes

On ne paye pas de mine

Oui mais des impôts

à tire-larigot

Payer pour être libre

D'avoir les keufs aux fesses

Non merci quand leurs calibres

S'appuient sur le faciès

Les patrons s'en font pas

Ils en ont plein les pognes

S'en font pas les tronpas

Z'ont avec eux les cognes

Pour planter leurs choux gras

Ils ont besoin de toi

Et un jour ils te renvoient

Les marchés sont ingrats

Payé trois francs six sous

Faut se serrer la ceinture

à la bourse on s'en fout

Plein les poches et ça dure

Nous les anonymes

On n'paye pas de mine

Oui mais des impôts

à tire-larigot

J'veux bien mett'mon grain d'sel

Dans un grand pot-au-feu

OK pour la gabelle

Si la recette nous rend heureux

 
Publié par 10366 6 4 3 le 16 mai 2007, 17:35.
 

Chansons similaires

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000