Facebook

 

Paroles de la chanson «Le Bleu Du Miroir» (avec traduction) par Debout Sur Le Zinc

Des Singes Et Des Moutons (2006)
0 0
Chanteurs : Debout Sur Le Zinc
Voir tous les clips Debout Sur Le Zinc

Paroles et traduction de «Le Bleu Du Miroir»

Le Bleu Du Miroir

Il y a tant de choses à vivre,
Il y a tant de choses à faire,
Aller venir, parcourir,
Prendre chaque route à l'envers.
Jouer de tout comme autrefois,
Comme en apprenant la parole,
Parler beaucoup, autour de soi,
Tout se dessine ou se dérobe,
Se poser là sur le silence,
Le faire frémir, le faire vibrer,
Et bien s'aiguiser les défenses,
Au cas où, on ne sait jamais...

Entendrai-je encore une fois le goutte-à-goutte,
De ces pensées, triste passé, si loin ? J'en doute.
Oublierai-je encore une fois que la mémoire
Aime tant se regarder dans le bleu du miroir ?

Il y a tant de petits riens
Qui se faufilent entre nous,
Des petits plaisirs sans lendemain,
Petits mais qui marchent à tous les coups,
Ne pourrions nous pas les toucher,
Une seule fois, juste pour voir,
La peur est un brin éméchée,
L'oeil est lassé de la nuit noire,
C'est le moment ou jamais,
Sauter avant que le vent tourne,
Et ne pas perdre cette idée :
C'est dans la paix que la guerre couve.

Il y a tant de choses à vivre,

Il y a tant de choses à faire,

Aller venir, parcourir,

Prendre chaque route à l'envers.

Jouer de tout comme autrefois,

Comme en apprenant la parole,

Parler beaucoup, autour de soi,

Tout se dessine ou se dérobe,

Se poser là sur le silence,

Le faire frémir, le faire vibrer,

Et bien s'aiguiser les défenses,

Au cas où, on ne sait jamais...

Entendrai-je encore une fois le goutte-à-goutte,

De ces pensées, triste passé, si loin ? J'en doute.

Oublierai-je encore une fois que la mémoire

Aime tant se regarder dans le bleu du miroir ?

Il y a tant de petits riens

Qui se faufilent entre nous,

Des petits plaisirs sans lendemain,

Petits mais qui marchent à tous les coups,

Ne pourrions nous pas les toucher,

Une seule fois, juste pour voir,

La peur est un brin éméchée,

L'oeil est lassé de la nuit noire,

C'est le moment ou jamais,

Sauter avant que le vent tourne,

Et ne pas perdre cette idée :

C'est dans la paix que la guerre couve.

 
Publié par 5374 5 2 2 le 25 juin 2007, 13:58.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000