Facebook

 

Paroles de la chanson «Salir» (avec traduction) par Extremoduro

Canciones Prohibidas (1998)
0 0
Chanteurs : Extremoduro
Voir tous les clips Extremoduro

Paroles et traduction de «Salir»

Salir (Sortir)

Cette chanson raconte l'histoire d'un homme qui, apparemment, a été quitté par sa petite amie.
Il essaye donc d'oublier son chagrin en sortant, en buvant, en se défoncant à la cocaïne ("meterme mil rayas"), mais quand il se retrouve tout seul dans son lit il se rend compte qu'elle lui manque terriblement.
Le groupe Extremoduro fait souvent des chansons très imagées, avec un sens qu'on n'arrive pas toujours à cerner facilement, donc si vous avez des objections n'hésitez-pas !

Tú, harta de tanta duda,
Toi, fatiguée de tant de doute,
Yo,
Moi,
De preguntarle al viento,
De le demander au vent,

Toi,
¿Qué dónde conocí a la luna ?
Où ai-je connu la lune ?
¿Yo ?
Moi ?
¿Que en qué coños ocupo el tiempo ?
Comment bordel j'arrive à passer le temps ?

- En Salir, beber, el rollo de siempre,
- En sortant, buvant, la routine de toujours,
Meterme mil rayas, hablar con la gente,
Me faire mille lignes, parler avec les gens,
Llegar a la cama y, joder, ¡que guarrada sin ti !
Arriver au lit, et... putain, quelle porcherie sans toi !

Voy que ni toco el suelo y espanto hasta las nubes,
Ca fait que je ne touche même pas le sol et j'effraye jusqu'aux nuages,
No sé si son tus besos o este tripi que me sube.
Je ne sais pas si ce sont mes baisers ou ce trip# qui monte.
Ya no me acuerdo de ná, que todo era de colores.
Je ne me rappelle plus de rien, tout était en couleurs.
¿Dónde estarán los besos ? Se los han quedado las flores.
Où peuvent bien être les baisers ? Les fleurs se les ont gardés.

Salir, beber, el rollo de siempre,
Sortir, boire, la routine de toujours,
Meterme mil rayas, hablar con la gente,
Me faire mille lignes, parler avec les gens,
Llegar a la cama y, joder, ¡que guarrada sin ti !
Arriver au lit et, putain, quelle porcherie sans toi !
Y al día siguiente...
Et le jour suivant...

Y al llegar a casa, me saludan :
Et en arrivant à la maison, ils me saluent :
- ¡Oye ! ¿Dónde vas, cabrón ? ¿Dónde te has metido ?
- Eh ! où tu vas, connard ? Où tu t'es fourré ?
- Te aseguro que no he estado de más, que no he perdido el tiempo,
- Je t'assure que je n'ai pas été de trop, que je n'ai pas perdu mon temps,
Que lo he gastado en :
Que je l'ai dépensé en :

Salir, beber, el rollo de siempre,
Sortant, buvant, la routine de toujours,
Meterme mil rayas, hablar con la gente,
Me faire mille lignes, parler avec les gens,
Llegar a la cama y, joder, ¡que guarrada sin ti !
Arriver au lit, et, putain, quelle porcherie sans toi !
Y al día siguiente...
Et le jour suivant...

Para algunos, vivir es galopar
Pour certains, vivre c'est galoper
Un camino empedrado de horas,
Dans un chemin rempli d'heures,
Minutos y segundos.
Minutes et secondes.
Yo más humilde soy,
Moi je suis plus plus humble
Y sólo quiero que la ola que surge
Et je veux juste que la vague qui surgit
Del último suspiro de un segundo,
Du dernier soupir d'une seconde,
Me transporte mecido hasta el siguiente. *
Me transporte bercé jusqu'au suivant.

Extraido del libro de poemas
Extrait du livre de poèmes
"La mala gana" de Santos Isidro Seseña.
"La mauvaise envie" de Santos Isidro Seseña

# C'est-à-dire du LSD (merci au membre Extremoz)

 
Publié par 6766 6 4 2 le 28 octobre 2007, 22:59.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000