Facebook

 

Paroles de la chanson «Welcome In Macabria» (avec traduction) par Theatres Des Vampires

Theatres Des Vampires
0 0
Chanteurs : Theatres Des Vampires

Paroles et traduction de «Welcome In Macabria»

Welcome In Macabria (Bienvenue à Macabria)

[Musique : Fabiano Varesi (aka Necros)
Paroles : R. Sciamanna]

"Welcome In Macabria" est l'introduction de l'album Nightbreed Of Macabria, sorti en Mai 2004. La musique étant de Necros, le "choeur" et claviériste du CD, nous pouvons lui faire confiance, c'est d'ailleurs à lui que l'on doit l'omniprésence de l'ambiance noire durant le CD, car n'oublions pas, Nightbreed Of Macabria est le premier album de TdV qui touche plus au Deathrock/Gothic Metal qu'au Black Metal Melodique.

Paroles d'Origines :

The thoughts,
They slide hanging between the past,
That has coiled my body with long heavy chains,
And the future that doesn't belong to me
And that sinks more and more into oblivion.

Flashes of certainties rip from the sky of non-existence
While tall flames burn down my sighs.

I'm lost in the madness of this darkness...
Of this perversion.
A sharp dream that makes my soul bleed...

Aux allures philosophiques, cette chanson annonce le départ vers Macabria. L'album en lui-même, reste très introspectif, et donc, très difficile d'accès, voilà pourquoi il est essentiel de l'écouter, et d'en lire les mots, petit à petit, mais surtout, dans le bon ordre. Le narrateur nous raconte le tourment dans lequel il vit, notamment, ses pensées, qui se partage entre le passé et l'avenir, qu'il définit d'ailleurs à sa propre subjectivité :

"[... ] le passé -
Qui embobina mon corps de longues et lourdes chaînes -"
Son passé est lourd et difficile à supporter, il y'est pourtant enchaîné (d'où le symbole des chaînes)

"Et le future - qui ne m'appartient pas
Et qui coule de plus en plus dans l'oubli -"
Quant à son future, le narrateur en a une vision plutôt nihiliste ("coule de plus en plus dans l'oubli"), et fataliste ("qui ne m'appartient pas").

Nous ne pouvons pas vraiment voir la mort du narrateur à travers les mots, mais plutôt une mort morale, psychique, métaphysique. La chanson prend une apparence plus psychadélique à partir du second couplet, avec des échos, des mots phasés (qui partent dans tous les sens). Une sorte de retranscription de la folie en musique. A cela, se rajoute des soupirs, des bruits bizarres, des aboiements de loups (du moins, on dirait). On pourrait d'ailleurs assimiler une des phrases à cette sordide musique :

"Je suis perdu dans la folie de cette obscurité... "
L'obscurité ferait-elle allusion à l'Ignorance ? au Mal-Être ?

Il est possible que cela renvoit aux deux mondes de Platon, le monde sensible et le monde des illusions, que le philosophe a expliqué à travers le Mythe de la Caverne. Cela consiste à montrer des hommes enchaînés au fond du cavernes, qui regardent des ombres contre un mur : ils sont dans leur propres vérités, c'est-à-dire que les ombres leur paraissent tout à fait réelle. Un homme se détache, et découvre le monde sensible, en quittant la caverne. Platon explique à travers un dialogue avec lui-même que si cet homme avait détaché ses compagnons, ces derniers l'auraient achevés parcequ'ils le prendraient pour un fou. Bien sûr, cette relation n'est qu'une hypothèse. Pourtant, on retient aussi cette phrase de la chanson de Theatres des Vampires :

"Les éclats d'incertitudes déchire le ciel de l'inexistance"
L'incertitude, le doute est le premier pas vers la Philosophie. Pour philosopher, il faut subir l'étonnement.
Quant à l'inexistance, cela renvoit à l'inextance d'une réalité : ce que je vois, est-il vraiment réel ?

Cela renforce la relation avec le Mythe de la Caverne, n'est-ce pas ?
Il est maintenant tant de rentrer dans Macabria, découvrons les personnages principaux...

The thoughts,
Les pensées,
They slide hanging between the past,
Elles glissent la tenture entre le passé -
That has coiled my body with long heavy chains,
Qui embobina mon corps de longues et lourdes chaînes -
And the future that doesn't belong to me
Et le future - qui ne m'appartient pas
And that sinks more and more into oblivion.
Et qui coule de plus en plus dans l'oubli -

Flashes of certainties rip from the sky of non-existence
Les éclats d'incertitudes déchire le ciel de l'inexistance
While tall flames burn down my sighs.
Alors que de grandes flammes consumment mes soupirs.

I'm lost in the madness of this darkness...
Je suis perdu dans la folie de cette obscurité...
Of this perversion.
De cette perversion.
A sharp dream that makes my soul bleed...
Un rêve tranchant qui fait saigner mon âme...

 
Publié par 9826 6 4 3 le 1 février 2008, 19:07.
 

Chansons similaires

Aucun résultat

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000