Facebook

 

Paroles de la chanson «Varsovie» (avec traduction) par Saez

Varsovie (2008)
0 0
Chanteurs : Saez
Albums : Varsovie

Paroles et traduction de «Varsovie»

Varsovie ()

"Varsovie" est la première piste du triple album (Varsovie/L'Alhambra/Paris) de Saez, cette chanson est extraite du premier volume, Varsovie.

Warsawa désigne Varsovie en Polonais.

Zakopane est une ville de Pologne située dans la voïvodie de Petite-Pologne.

"Le Docteur Jivago" est un roman de Boris Pasternak (poète et écrivain russe). Cette oeuvre, à été publiée la première fois en 1957. Ce livre brosse un tableau du passage de la Russie tsariste à l'URSS communiste avec la guerre civile terrible qui martyrisa sa population, ceux qui y croyaient comme ceux qui n'y croyaient pas. Le héros du roman, le docteur Jivago (mais aussi poète), est enrôlé de force dans l'armée au début de la révolution d'octobre. (Il comprend, accepte la révolution, mais ne s'implique pas. ) Commence un long exode qui le sépare de la femme qu'il aime. Il n'est pas spécialement attachant, par certains aspects il parait lâche, seul le fait survivre un instinct animal d'attachement à la vie.

Pas grand chose à dire de plus, je pense que le texte parle déjà assez de lui même ;).

Toutes les paroles de l'album sont dispos ici : http : //www. jemarchenu. com/
Trois titres du nouvel album sont désormais en écoute sur le myspace de Saez : http : //www. myspace. com/saez

Quand j'y suis arrivé la gare était déserte.

Varsovie au matin c'est un peu triste à voir, c'est vrai;

Capitaliste oblige je tire un peu de cash pour Kasia,

Un gamin au café lui vient de planter son nez dans un bol de soupe froide;

Sac à dos accosté sur un quai solitaire

J'envoie par téléphone quelques photos loufoques, un peu de mon histoire

Aux amis parisiens qui me disent : allez reviens c'est pas pour toi là-bas.

Tout seul dans le wagon mon regard qui se jette par la fenêtre,

Je regarde Warsawa* loin de moi qui s'en va.

Nous fendons l'horizon direction Zakopa(g)ne**...

La neige tient le siège de la vieille Pologne,

J'imagine soudain oui qu'un jour d'autres trains ont du passer par là.

Vieille dame sans dents tire vieille charrette;

Telle vague céleste vole un oiseau sans tête.

Le jour se lève

Sur la campagne,

Un vieux cheval fou

Me tiens tête de loin,

Parfois je rêve que je suis Jivago

Et qu'elle m'attend là-bas

Sous le vol du corbeau,

Et qu'elle m'attend là-bas

Sous le vol du corbeau.

Toujours dans le couloir une autre silhouette

Vient joindre sa fumée,

Sa fumée de cigarette.

Non je ne suis plus seul et d'un oeil Polonais

Il me dit quelques mots, dans un silence slave

Je le trouve beau.

Au wagon restaurant sur vieille gazinière

On me cuisine un steak qui saigne la vodka, il est beau l'ancien temps !

Bientôt tout ça sera sous plastique à la morgue

Et ce sera comme ailleurs,

Un croque-monsieur sans vie, dans un wagon sans bruit.

Mon ami du couloir me rejoint sans surprise

Et me tend sans rien dire un thé à l'eau-de-vie;

Sans comprendre un seul mot de l'autre nous parlons de nos femmes de nos vies,

Voyageurs nous refaisons nos mondes,

Et des gamins surgissent...

Il ont l'oeil du futur

Et le coeur des étoiles !

Ici on sourit pas ou seulement quand on boit !

Y'a Bartek, y'a Ianek, y'a Vojtek et y'a moi !

Allez chante gamin que demain sera mieux

Et laisse la vodka faire s'effacer la peine.

Ami toi d'un autre pays,

Je te suis amoureux.

Le jour se lève

Sur la campagne morte,

Un vieux cheval fou

Me parle un peu de loin;

Parfois je rêve que je suis Jivago

Et qu'elle m'attends là-bas

Sous le vol des corbeaux.

 
Publié par 8057 6 3 3 le 3 mai 2008, 23:50.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000