Facebook

 

Paroles de la chanson «La Rue Nous Appartient» (avec traduction) par Keny Arkana

Désobéissance (2008)
0 0
Chanteurs : Keny Arkana

Paroles et traduction de «La Rue Nous Appartient»

La Rue Nous Appartient

"Crie leur qu'on est le monde
Que le peuple finira par vaincre
Qu'ils ont le chiffre, qu'on a le nombre
Et que la rue nous appartient"

Expulsés de nos centres-villes, expropriés de nos droits
Colonisation trop subtile, pour que vraiment le peuple voit
Divisés dans la peur, trop renfermés sur nos merdes
Celles qu'ils sèment et dont les fruits nous arrivent en pleine gueule
C'est le même bourreau qui vient taper sur nos crânes
Et entre nous on se déverse tout le poison de nos drames
Ça dort dans la rue, supporte tous les malheurs
Pendant que des bâtiments sont vides, dorment pour prendre de la valeur
Ça expulse des familles, des vieux, des enfants
Entre cars de CRS et caméras de surveillance
Quelques années ont suffi pour aseptiser nos ruelles
Apartheid social et culturel
Aujourd'hui les fachos s'affirment, aiment nous humilier
La ville n'est plus au peuple mais aux marchands d'immobilier
Fonds spéculatifs, les appétits deviennent tarés
Depuis que la guerre aux pauvres est déclarée

[Refrain]
Expulsés de nos villes, comme expulsés de nos vies
On ira occuper la rue, comme tous les immeubles vides
On ira affronter l'abus qui sévit et va trop loin
On se laissera pas voler la rue, car la rue nous appartient
Ils veulent dessiner l'apartheid, on dessinera le maquis
On ira se ré approprier tout ce qu'ils ont pris pour acquis
Sans logis, sans papiers, sans rêves et sans droits
Solidarité, on est ensemble, c'est le front des sans voix

Virés de nos quartiers populaires, c'est les banques qui poussent à la place
Nous ghétoïsent, nous font la guerre, pour nous envoyer à la casse
Les cowboys sont armés, prennent goût à tabasse
Veulent faire déborder le vase, pour mieux nous voir boire la tasse
C'est le nouvel ordre qui tape jusqu'à nos quartiers
Police featuring AirFrance si jamais t'as pas de papiers
Babylone construit son empire sur nos misères
Depuis que les Droits De l'Homme sont morts lors d'une bavure policière
Génération bouc-émissaire, mégots de jeunes sous le préau
Ecrasés mais qui n'a pas dit son dernier mot
2008, injustices, y'a que des murs et des tensions
Des familles, même des enfants enfermés en rétention
Survivre dans ce merdier est devenu un mode de vie
Des SDF qui crèvent dans le froid devant des immeubles vides
La guerre aux pauvres est officielle, dîtes-leurs que ça va trop loin
Pas d'apartheid, non, la rue nous appartient

[Refrain]
Expulsés de nos villes, comme expulsés de nos vies
On ira occuper la rue, comme tous les immeubles vides
On ira affronter l'abus qui sévit et va trop loin
On se laissera pas voler la rue, car la rue nous appartient
Ils veulent dessiner l'apartheid, on dessinera le maquis
On ira se ré approprier tout ce qu'ils ont pris pour acquis
Sans logis, sans papiers, sans rêves et sans droits
Solidarité, on est ensemble, c'est le front des sans voix

"Crie leur qu'on est le monde
Que le peuple finira par vaincre
Qu'ils ont le chiffre, qu'on a le nombre
Et que la rue nous appartient"

Mesure européenne, réhabilitation
Synonyme d'expulsion et d'aseptisation
Syndicats collabos qui jouent le jeu de la drague
Pendant que le chaos social est étouffé à coup de matraque
Une populace qui se voile la face, mais jusqu'à quand ?
Et ces putains de médias vendus qui ne connaissent que la propagande
Des flics violents qui aiment provoquer les jeunes
Gouvernement fasciste qui nous en met plein la gueule
Des fonds de pensions privés qui rachètent des quartiers entiers
Qui virent ses habitants sans prendre la peine de les reloger
Sans papiers humiliés par les gardiens du chaos
Compagnies aériennes complices de la nouvelle gestapo
Trop de collabos pour les charters de la honte
Fichage ADN, coups et blessures, et déportations
J'appelle à la résistance, mobilisée sur le terrain
Désobéissance car la rue nous appartient !

[Refrain]
Expulsés de nos villes, comme expulsés de nos vies
On ira occuper la rue, comme tous les immeubles vides
On ira affronter l'abus qui sévit et va trop loin
On se laissera pas voler la rue, car la rue nous appartient
Ils veulent dessiner l'apartheid, on dessinera le maquis
On ira se ré approprier tout ce qu'ils ont pris pour acquis
Sans logis, sans papiers, sans rêves et sans droits
Solidarité, on est ensemble, c'est le front des sans voix

"Crie leur qu'on est le monde

Que le peuple finira par vaincre

Qu'ils ont le chiffre, qu'on a le nombre

Et que la rue nous appartient"

Expulsés de nos centres-villes, expropriés de nos droits

Colonisation trop subtile, pour que vraiment le peuple voit

Divisés dans la peur, trop renfermés sur nos merdes

Celles qu'ils sèment et dont les fruits nous arrivent en pleine gueule

C'est le même bourreau qui vient taper sur nos crânes

Et entre nous on se déverse tout le poison de nos drames

Ça dort dans la rue, supporte tous les malheurs

Pendant que des bâtiments sont vides, dorment pour prendre de la valeur

Ça expulse des familles, des vieux, des enfants

Entre cars de CRS et caméras de surveillance

Quelques années ont suffi pour aseptiser nos ruelles

Apartheid social et culturel

Aujourd'hui les fachos s'affirment, aiment nous humilier

La ville n'est plus au peuple mais aux marchands d'immobilier

Fonds spéculatifs, les appétits deviennent tarés

Depuis que la guerre aux pauvres est déclarée

[Refrain]

Expulsés de nos villes, comme expulsés de nos vies

On ira occuper la rue, comme tous les immeubles vides

On ira affronter l'abus qui sévit et va trop loin

On se laissera pas voler la rue, car la rue nous appartient

Ils veulent dessiner l'apartheid, on dessinera le maquis

On ira se ré approprier tout ce qu'ils ont pris pour acquis

Sans logis, sans papiers, sans rêves et sans droits

Solidarité, on est ensemble, c'est le front des sans voix

Virés de nos quartiers populaires, c'est les banques qui poussent à la place

Nous ghétoïsent, nous font la guerre, pour nous envoyer à la casse

Les cowboys sont armés, prennent goût à tabasse

Veulent faire déborder le vase, pour mieux nous voir boire la tasse

C'est le nouvel ordre qui tape jusqu'à nos quartiers

Police featuring AirFrance si jamais t'as pas de papiers

Babylone construit son empire sur nos misères

Depuis que les Droits De l'Homme sont morts lors d'une bavure policière

Génération bouc-émissaire, mégots de jeunes sous le préau

Ecrasés mais qui n'a pas dit son dernier mot

2008, injustices, y'a que des murs et des tensions

Des familles, même des enfants enfermés en rétention

Survivre dans ce merdier est devenu un mode de vie

Des SDF qui crèvent dans le froid devant des immeubles vides

La guerre aux pauvres est officielle, dîtes-leurs que ça va trop loin

Pas d'apartheid, non, la rue nous appartient

[Refrain]

Expulsés de nos villes, comme expulsés de nos vies

On ira occuper la rue, comme tous les immeubles vides

On ira affronter l'abus qui sévit et va trop loin

On se laissera pas voler la rue, car la rue nous appartient

Ils veulent dessiner l'apartheid, on dessinera le maquis

On ira se ré approprier tout ce qu'ils ont pris pour acquis

Sans logis, sans papiers, sans rêves et sans droits

Solidarité, on est ensemble, c'est le front des sans voix

"Crie leur qu'on est le monde

Que le peuple finira par vaincre

Qu'ils ont le chiffre, qu'on a le nombre

Et que la rue nous appartient"

Mesure européenne, réhabilitation

Synonyme d'expulsion et d'aseptisation

Syndicats collabos qui jouent le jeu de la drague

Pendant que le chaos social est étouffé à coup de matraque

Une populace qui se voile la face, mais jusqu'à quand ?

Et ces putains de médias vendus qui ne connaissent que la propagande

Des flics violents qui aiment provoquer les jeunes

Gouvernement fasciste qui nous en met plein la gueule

Des fonds de pensions privés qui rachètent des quartiers entiers

Qui virent ses habitants sans prendre la peine de les reloger

Sans papiers humiliés par les gardiens du chaos

Compagnies aériennes complices de la nouvelle gestapo

Trop de collabos pour les charters de la honte

Fichage ADN, coups et blessures, et déportations

J'appelle à la résistance, mobilisée sur le terrain

Désobéissance car la rue nous appartient !

[Refrain]

Expulsés de nos villes, comme expulsés de nos vies

On ira occuper la rue, comme tous les immeubles vides

On ira affronter l'abus qui sévit et va trop loin

On se laissera pas voler la rue, car la rue nous appartient

Ils veulent dessiner l'apartheid, on dessinera le maquis

On ira se ré approprier tout ce qu'ils ont pris pour acquis

Sans logis, sans papiers, sans rêves et sans droits

Solidarité, on est ensemble, c'est le front des sans voix

 
Publié par 9110 6 4 3 le 13 mai 2008, 20:18.
 

Chansons similaires

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000