Facebook

 

Paroles de la chanson «Conçu Pour Durer» (avec traduction) par La Cliqua

0 0
Chanteurs : La Cliqua

Paroles et traduction de «Conçu Pour Durer»

Conçu Pour Durer ()

Clarck claque le clap que j'entame bien mon intro.
Les mots coulent à flots comme le flot de mes années coule,
Quand le flow coule en toi et qu'il t'ensorcèle.
Sache que parmi les gueux sont les grands dont toi, dont moi,
Conçu pour durer, toujours pour durer.
Purs dans l'esprit, purs comme le rubis,
5 facettes du hip hop brillent dans le feu de l'ouïe.
Du blues au bee bop, du jazz au hip hop,
Une croissance intense d'harmonie rythmique se développe,
Se développent, dans l'obscurité de la ville,
Autant de deals que de styles mettant en servils
Mc's en péril je suis la tuile,
Le poil à gratter, la corde qui sert ton cou,
L'homme qui te mène à bout.
Le clou qui s'enfonce dans le temps, martyrise ton cerveau,
L'avant gout du tombeau, l'échaffaud des jaloux.
Quelque soit le type de musique, y'a pas plus physique,
L'excellent méthodique gicle un lyric qui te constipe.
Les cons s'tatent, puis constatent, mâtent le niveau,
Démontrer à tous ces veaux ce que l'on vaut.
La rage au ventre, paré prêt pour la rencontre,
Toi, lui, eux, seul contre tous je vous affronte.
Compte, énumère, dénombre le nombre des hématomes,
Quand je brise la surface des mollécules de tes atomes.
Ça fonctionne, quand Jelahee aux platines perfectionnent,
La mélo avec le zèle lequel dessus tu t'amuses.
Chimiste s'y emploie pour la rendre un peu moins confuse,
Lumumba à la rescousse, tu kiffes si je ne m'abuse.

Encore plus guerrier, je me déchire sur la rythmique comme du papier,
En restant aussi violent que du perrier.
Mon style t'accroche comme une molaire,
Encore plus vert qu'un molard, tu es victime de ma mode comme Sollar.
Pas de solutions, je m'abats sur la ville,
Comme une orage en gage de passage pour les navets,
Ma voix monte en octave te gave de langage. Suave brave,
Sous le joug de ta pénitence j'abrège ta sentence,
Pour mon posse, prépare ta potence
Offre moi un stylo que je fasse ma poésie,
Si ma rime a du kilo, mon style efface tous les sosies
Saisis mon langage sans frénesie,
Sinon pour la Cliqua tu demandes l'euthanasie.
Easy, aise, je me pose en prose, ruse,
Je le souffle comme une alizée,
Aussi loin que mon flow peut te projeter
Je remets de l'ordre ici, apprécie le retour du messie
Pour ton autopsie, autopsie

Refrain
Bad boy, conçu pour durer,
La Cliqua est née, man
Conçue pour durer.

Le stylo est mon ustensile, donc mon style est indélébile,
Quand sur le vinyl je te plante comme un couteau.
Je pèse en oral sur l'instrumental,
Quand ma voix s'étale en rafales.
Quand sur mon récital je frappe comme des cymbals tes oreilles,
Conseil, surveille tes arrières, j'arrive dans ta face comme un crachat.
La Calcha, épaulé par le trèfle mène le jeu, large comme un pacha,
Pas de chance quand pour le coup d'état ma rime vole cadence.
Éclate ta figure comme un coup de poing,
Un poit un trait, je suis concu pour durer.
Duro como la voca, puro como la coca cuando,
Abro la boca, mi gente se vuelva loca
Rocca, le colombien qui sait parler francais,
Oiga mire vea, ye fe parti de la Cliqua.
La Sqaudra, le coup d'état phonique étale son arsenal
Régale, le B-boy en manque de son hexagonal.
C'est derrière la brume que je me cache, travaille,
Caches ta maille où que tu ailles, parfumes toi d'ail,
Désagréable, comme un bouton qui pousse, un clou dans ta shoes,
Une barette coupée ou de l'aine dans ton douze.
Je loose, stress le mc qui me jalouse,
Ne fais pas de bizness ou le colombien te blouse.
Je suis comme une leçon que tu n'arrives pas à apprendre,
Une prise de têtes continuelle, conçu pour te fendre.

Tout comme Raphael, j'ai grandi dans les décibels,
Parcelles d'El Dorardo tombées du ciel.
Le territoire musical est mon domaine,
Aligné dans la zone d'un éxécuteur armé.
Qui piétine mes terres, fini dans le cendrier,
Conçu pour durer mes richesses j'exporte, écoute donc,
Car aujourd'hui frappe à ta porte.
Les mots que je cultive, non pas pour des endives,
Ni pour des prunes, pour des pias mon cerveau s'active.
Mon système est réglée comme une bonne horloge,
Je suis conçu pour durer, concu pour les éloges.
Paris, mon quartier, sa banlieue, ses environs,
Tentent de se débarasser, quand bien même ils essaieront
Tous ces moyens sont bons mais je possède bien plus d'une feinte,
Chaque mur, chaque rue respire mon tag, ma griffe, mon empreinte.
Une femme enceinte, au lait lourd, riche généreux,
Autant mon style corrosif, nocif aux merdeux
Qui se moque, qui se fâche, qui part à l'aventure
Qui défie la Cliqua se dresse contre nature

Refrain

Clarck claque le clap que j'entame bien mon intro.

Les mots coulent à flots comme le flot de mes années coule,

Quand le flow coule en toi et qu'il t'ensorcèle.

Sache que parmi les gueux sont les grands dont toi, dont moi,

Conçu pour durer, toujours pour durer.

Purs dans l'esprit, purs comme le rubis,

5 facettes du hip hop brillent dans le feu de l'ouïe.

Du blues au bee bop, du jazz au hip hop,

Une croissance intense d'harmonie rythmique se développe,

Se développent, dans l'obscurité de la ville,

Autant de deals que de styles mettant en servils

Mc's en péril je suis la tuile,

Le poil à gratter, la corde qui sert ton cou,

L'homme qui te mène à bout.

Le clou qui s'enfonce dans le temps, martyrise ton cerveau,

L'avant gout du tombeau, l'échaffaud des jaloux.

Quelque soit le type de musique, y'a pas plus physique,

L'excellent méthodique gicle un lyric qui te constipe.

Les cons s'tatent, puis constatent, mâtent le niveau,

Démontrer à tous ces veaux ce que l'on vaut.

La rage au ventre, paré prêt pour la rencontre,

Toi, lui, eux, seul contre tous je vous affronte.

Compte, énumère, dénombre le nombre des hématomes,

Quand je brise la surface des mollécules de tes atomes.

Ça fonctionne, quand Jelahee aux platines perfectionnent,

La mélo avec le zèle lequel dessus tu t'amuses.

Chimiste s'y emploie pour la rendre un peu moins confuse,

Lumumba à la rescousse, tu kiffes si je ne m'abuse.

Encore plus guerrier, je me déchire sur la rythmique comme du papier,

En restant aussi violent que du perrier.

Mon style t'accroche comme une molaire,

Encore plus vert qu'un molard, tu es victime de ma mode comme Sollar.

Pas de solutions, je m'abats sur la ville,

Comme une orage en gage de passage pour les navets,

Ma voix monte en octave te gave de langage. Suave brave,

Sous le joug de ta pénitence j'abrège ta sentence,

Pour mon posse, prépare ta potence

Offre moi un stylo que je fasse ma poésie,

Si ma rime a du kilo, mon style efface tous les sosies

Saisis mon langage sans frénesie,

Sinon pour la Cliqua tu demandes l'euthanasie.

Easy, aise, je me pose en prose, ruse,

Je le souffle comme une alizée,

Aussi loin que mon flow peut te projeter

Je remets de l'ordre ici, apprécie le retour du messie

Pour ton autopsie, autopsie

Refrain

Bad boy, conçu pour durer,

La Cliqua est née, man

Conçue pour durer.

Le stylo est mon ustensile, donc mon style est indélébile,

Quand sur le vinyl je te plante comme un couteau.

Je pèse en oral sur l'instrumental,

Quand ma voix s'étale en rafales.

Quand sur mon récital je frappe comme des cymbals tes oreilles,

Conseil, surveille tes arrières, j'arrive dans ta face comme un crachat.

La Calcha, épaulé par le trèfle mène le jeu, large comme un pacha,

Pas de chance quand pour le coup d'état ma rime vole cadence.

Éclate ta figure comme un coup de poing,

Un poit un trait, je suis concu pour durer.

Duro como la voca, puro como la coca cuando,

Abro la boca, mi gente se vuelva loca

Rocca, le colombien qui sait parler francais,

Oiga mire vea, ye fe parti de la Cliqua.

La Sqaudra, le coup d'état phonique étale son arsenal

Régale, le B-boy en manque de son hexagonal.

C'est derrière la brume que je me cache, travaille,

Caches ta maille où que tu ailles, parfumes toi d'ail,

Désagréable, comme un bouton qui pousse, un clou dans ta shoes,

Une barette coupée ou de l'aine dans ton douze.

Je loose, stress le mc qui me jalouse,

Ne fais pas de bizness ou le colombien te blouse.

Je suis comme une leçon que tu n'arrives pas à apprendre,

Une prise de têtes continuelle, conçu pour te fendre.

Tout comme Raphael, j'ai grandi dans les décibels,

Parcelles d'El Dorardo tombées du ciel.

Le territoire musical est mon domaine,

Aligné dans la zone d'un éxécuteur armé.

Qui piétine mes terres, fini dans le cendrier,

Conçu pour durer mes richesses j'exporte, écoute donc,

Car aujourd'hui frappe à ta porte.

Les mots que je cultive, non pas pour des endives,

Ni pour des prunes, pour des pias mon cerveau s'active.

Mon système est réglée comme une bonne horloge,

Je suis conçu pour durer, concu pour les éloges.

Paris, mon quartier, sa banlieue, ses environs,

Tentent de se débarasser, quand bien même ils essaieront

Tous ces moyens sont bons mais je possède bien plus d'une feinte,

Chaque mur, chaque rue respire mon tag, ma griffe, mon empreinte.

Une femme enceinte, au lait lourd, riche généreux,

Autant mon style corrosif, nocif aux merdeux

Qui se moque, qui se fâche, qui part à l'aventure ?

Qui défie la Cliqua se dresse contre nature ?

Refrain

 
Publié par 9556 6 4 3 le 3 septembre 2008, 13:50.
 

Chansons similaires

Aucun résultat

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000