Facebook

 

Paroles de la chanson «Les Copains D'abord» (avec traduction) par Georges Brassens

Les Copains D'abord (1996)
0 0
Chanteurs : Georges Brassens
Voir tous les clips Georges Brassens

Paroles et traduction de «Les Copains D'abord»

Les Copains D'abord (< ! --Y< ! --W)

Tout d'abord, le titre comporte un jeu de mots que tout le monde avait sans doutes remarqué :
Les Copains D'Abord, Les Copains d'A Bord. Ce jeu de mot annonce le contenu de la chanson, c'est à dire L'Amitié à Bord d'un Bâteau &#8722; il ne faut pas oublier que Brassens adorait partir en mer seul ou avec des amis. En effet, Brassens étant né à Sète, il a vécu au bord de mer qui l'a donc bercé pendant toute sa vie.

Non, ce n'était pas le radeau
De la Méduse, ce bateau
Référence à la très célèbre toile romantique de Gericault où l'on voit le désespoir d'un naufrage, l'amoncellement des corps, et entre autres joyeusetés, le cannibalisme forcé du fait du manque de nourriture des naufragés (http : //fr. wikipedia. org/wiki/Le_Radeau_de_la_M%C3%A9duse)

Il naviguait en père peinard
Peut-être n'est-ce qu'un hasard &#8722; sans doute que non&#8722;, mais Le Père Peinard était le nom d'un journal anarchiste créé en 1889.

Sur la grand-mare des canards
Plusieurs explications sont possibles :
Brassens et sa bande de copains naviguent paisiblement, sans y prêter attention, sur un océan de bruits, bobards, mensonges, rumeurs dont l'odeur n'est pas très agréable. Ils se tiennent à distance ("peinards") du raffut parisien, de la mode, des médias (et peut-être que là, on revient au sens de canards = journaux).
Ou bien
Cette mare aux canards serait l'étang de Thau où Brassens et ses amis faisaient trempette les jours d'été ; ils naviguaient à bord du bateau de Brassens qui s'appelait : "Les Copains d'Abord".

Ses fluctuat nec mergitur
Du latin : "Il est battu par les flots mais ne sombre pas. "
L'amitié qui unit l'équipage du navire est donc mouvementée, à cause des disputes par exemple, mais celle-ci n'en est jamais anéantie pour autant.

C'était pas d'la littérature
L'amitié de Brassens et ses amis, ce n'était pas que des mots, c'était réel.

Aux jeteurs de sort
Aux mauvaises langues

Mais des amis franco de port
"Payer franco" signifie "Payer le prix de l'objet sans les frais de port". Franco évoque l'aspect franc du collier, qualité requise aux amis. Franco de port au sens postal symboliserait les amis qui se déplacent sans hésiter. Enfin, port est évidemment un jeu de mots de plus dans cette ambiance maritime.

C'était pas des amis de luxe
Des petits Castor et Pollux
Jumeaux mythologiques, fils de Zeus (c'est pourquoi on les appelle aussi les Dioscures) et de Léda, ce n'étaient pas n'importe qui en effet. Ils ont donné leur nom à la constellation des Gémeaux.
Selon une autre légende, qui colle mieux avec le thème de la chanson, ils n'étaient pas jumeaux (Si Pollux était bien fils de Zeus, Castor n'était que le fils du roi de Sparte), mais amis inséparables. Brassens exprime ici sa modestie et celle de ses amis, qui ne se prenaient pas pour ce qu'ils n'étaient pas, c'est-à-dire des gens importants.

Sur le ventre ils se tapaient fort
"Se taper sur le ventre" signifie être avec quelqu'un en termes de familiarités, "bien rigoler"

L'Évangile, ils l'avaient pas lu
Mais ils s'aimaient toutes voiles dehors
L'Evangile prêchant l'amour véritable, n'a pu influencer l'amitié des compagnons. Leur amitié n'est le fruit d'aucune influence, elle est tout simplement authentique parce qu'elle est ressentie.

C'était leur seule litanie
Leur credo, leur confiteor
Prières de l'office catholique.
La litanie est souvent une énumération (par exemple des vertus de la Vierge) à laquelle la congrégation répond par des formules (par ex. ora pro nobis = priez pour nous).
Le Credo est une profession de foi qui se récite (récitait ? ) à chaque messe. "Je crois en Dieu le Père Tout Puissant, Créateur du Ciel et de la Terre etc. "
Le Confiteor (Je confesse = j'avoue mes péchés et mes faiblesses) est dit au début de la messe, c'est une prière de purification, un peu comme on se lave les mains avant de passer à table.

Au moindre coup de Trafalgar
Célèbre défaite du 21 octobre 1805, de la marine de Napoléon devant la marine anglaise commandée par l'Amiral Horatio Nelson (qui y trouvera la mort).
Un coup de Trafalgar, c'est une catastrophe inattendue, un coup du sort particulièrement tordu.

C'est l'amitié qui prenait l'quart
Sur un bateau, prendre le quart c'est prendre son tour à la barre, et donc prendre la situation en main.

On aurait dit des sémaphores
Les bras qui font le sémaphore, ancien sytème de communication à distance où des fanions tenus à bout de bras dans des positions variées servaient à envoyer une à une les lettres de l'alphabet. Chacun savaient être là dans le malheur, encore un très beau symbole d'amitié.

Y avait pas souvent de lapins
Poser un lapin, c'est ne pas aller à un rendez-vous.
Intéressant de noter que, traditionnellement, le mot lapin était tabou dans la marine et l'animal lui-même interdit de séjour sur les bateaux, sans doute parce que ce rongeur, qui ne déteste pas grignoter le bois, pouvait représenter un danger pour l'étanchéité des coques. Le lapin également est considéré comme un "porte-malheur" sur les bateaux. Avoir une patte de lapin dans un bateau était un mauvais présage.

C'est qu'il était mort
Brassens rompt ici la structure de la chanson. Dans toutes les autres strophes, il y a une répétition à cet endroit. C'est ainsi que la mort suvient de façon inattendue, non seulement par le texte proprement dit, mais aussi par la structure...

Son trou dans l'eau n'se refermait
Comme une plaie ouverte, dont on ne guérit pas ; les copains n'oublieront jamais celui qui disparaît.

Il manquait encore
Jamais celui qui manque ne sera remplacé.

Des bateaux j'en ai pris beaucoup
Brassens n'a pas "trouvé" ses vrais amis du premier coup.

Mais le seul qui ait tenu le coup
Qui n'ait jamais viré de bord
Mais viré de bord
Il faut sans doute entendre ici que le bateau tenait son cap, et ne faisait jamais demi-tour, c'est à dire que la première vertu des copains était leur fidélité mutuelle.

N. B. : Quelques vers auraient une connotation homophobe...

J'ai fait cette explication en recherchant des informations sur d'autres sites, l'explication de certains vers étant entièrement reprise de ceux-ci.

Non, ce n'était pas le radeau
De la Méduse, ce bateau
Qu'on se le dise au fond des ports
Dise au fond des ports
Il naviguait en père peinard
Sur la grand-mare des canards
Et s'app'lait les Copains d'abord
Les Copains d'abord
Ses fluctuat nec mergitur
C'était pas d'la littérature
N'en déplaise aux jeteurs de sort
Aux jeteurs de sort
Son capitaine et ses mat'lots
N'étaient pas des enfants d'salauds
Mais des amis franco de port
Des copains d'abord
C'étaient pas des amis de luxe
Des petits Castor et Pollux
Des gens de Sodome et Gomorrhe
Sodome et Gomorrhe
C'étaient pas des amis choisis
Par Montaigne et La Boétie
Sur le ventre ils se tapaient fort
Les copains d'abord
C'étaient pas des anges non plus
L'Évangile, ils l'avaient pas lu
Mais ils s'aimaient toutes voiles dehors
Toutes voiles dehors
Jean, Pierre, Paul et compagnie
C'était leur seule litanie
Leur credo, leur confiteor
Aux copains d'abord
Au moindre coup de Trafalgar
C'est l'amitié qui prenait l'quart
C'est elle qui leur montrait le nord
Leur montrait le nord
Et quand ils étaient en détresse
Qu'leurs bras lançaient des S. O. S.
On aurait dit des sémaphores
Les copains d'abord
Au rendez-vous des bons copains
Y avait pas souvent de lapins
Quand l'un d'entre eux manquait à bord
C'est qu'il était mort
Oui, mais jamais, au grand jamais
Son trou dans l'eau n'se refermait
Cent ans après, coquin de sort
Il manquait encore
Des bateaux j'en ai pris beaucoup
Mais le seul qui ait tenu le coup
Qui n'ait jamais viré de bord
Mais viré de bord
Naviguait en père peinard
Sur la grand-mare des canards
Et s'app'lait les Copains d'abord
Les Copains d'abord

 
Publié par 5453 6 2 2 le 10 octobre 2008, 20:56.
 

Vos commentaires

Soenix Il y a 8 an(s) 3 mois à 21:01
5453 6 2 2 Soenix Tout comme la mysoginie de Brassens n'est qu'une incompréhension des mauvaises langues, je doute fortement de la véracité des "accusations" de certains à propos de la connotation homophobe de quelques vers.
A mes yeux, ce n'est qu'une mauvaise interprétation de plus au palmarès du grand Georges.

Une chanson magnifique, caractérisant bien l'amitié de Brassens envers ses amis, et réciproquement.
:-/
Tchoubibada Il y a 1 an(s) 10 mois à 16:13
157 3 Tchoubibada Certaines chansons de Brassens sont bien misogynes. Celle-ci semble avoir une connotation homophobe.
Si lui ne voulait pas heurter ni les femmes ni les personnes homosexuelles, le fait est que sa priorité était de ne pas complètement se mettre à dos la société hétéro-sexiste.
Ce que je veux dire par là c'est que le personnage me plaît (il s'est beaucoup moqué des rôles genrés), mais ses textes sont parfois franchement limite et d'ailleurs lui-même le reconnaissait. Il disait parfois préférer le verbe au sens.

De nos jours avec l'éclairage féministe que nous avons, il est certain que Brassens n'écrirait plus ça. Je l'imaginerais même écrire des odes à l'homosexualité...
Mais bon il est pas trop tard, Brassens n'est pas sacré, on peut toujours changer quelques vers !
Caractères restants : 1000