Facebook

 

Paroles de la chanson «Big Pimpin 2 (Feat. Big Pimpin' Delemond And Dr. Dre)» (avec traduction) par Tha Dogg Pound

Dogg Food (1995)
0 0
Chanteurs : Tha Dogg Pound
Albums : Dogg Food

Paroles et traduction de «Big Pimpin 2 (Feat. Big Pimpin' Delemond And Dr. Dre)»

Big Pimpin 2 (Feat. Big Pimpin' Delemond And Dr. Dre) (Grand Racolage 2)

A player, only plays for so long, then he's played out
Un manipulateur, manipule pendant longtemps, ensuite il arrête
A hustler, only hustles for so long, then he's hustled out
Un trafiquant, trafique pendant longtemps, ensuite il arrête
A pimp only pimps for so long, and that's for life
Un mac, fait du racolage pendant longtemps, mais ça c'est pour la vie
For all the pimps I've known, it's been pimp or die
Pour tout les macs, je savais que c'était faire ça ou mourir
A whore, a whore only whores for so long, before she's whored out
Une pute, c'est une pute pendant longtemps, avant ça n'en était pas une
Put that on this life
Fait ça toute ta vie
To play these games on the field of life
Jouer à ces jeux dans le domaine de la vie
Is a very hard game to play on
Ce ne sont pas des jeux facile et faut pas s'amuser avec
Yeah put that on somethin
Yeah mets le sur quelque chose
That's so damn flossy like a trip to the tailor, and the parlor
C'est tellement merdique...
Don't even matter about the dollar
Ça ne fait rien encore pour les dollars
When I hit the streets the whores gon' holler
Quand je débarque dans la rue les putes me font signe
If dripping wool is gonna shine to blind
Si...
Hypnotically to the flow of my pen
Hypnotiquement sur le rythme de mon stylo
It's gonna let you know, that I come to peel with my whore
Ce qui va te permettre de savoir, que je viens dévêtir ma putain
But somebody's gotta do it, somebody's gotta win at it
Mais quelqu'un doit bien le faire*, quelqu'un doit bien en gagner* (*sous entendu faire ce métier et gagner de l'argent)
Because the game's never gonna stop
Parce que ce traffic ne s'arrêtera jamais
Champagne bottles still gonna be popped
Les bouteilles de Champagne vont encore être éclater
Like the players at the top, of their game
Comme un escroc au top de sa forme
Like Daz, Kurupt, the Pound
Comme Daz, Kurupt, les Dogg Pound
Put that on this life
Mets le sur la vie
Yeah, and a girl, can give up that ass for free, for only so long
Yeah, et une fille peut renoncer à ça pour quedal, pendant longtemps
Then she's labelled a whore, might as well get paid
Alors elle a l'étiquette d'une pute en elle, qui pourrait aussi bien la payer
Cause treasure, is the pleasure that the girl sells all day
Parce que le trésor du corps devient un plaisir qu'une fille vend tous les jours
Better hit the corner, let's get La-Di-Da-Di
Tu ferais mieux d'atteindre le coin,
Pay me enough money so I can share it with everybody
Donne moi assez d'argent pour que je puisse en donner à tout le monde
Like La-Di-Da-Di, let's go and have this party
Comme. . , allons ensemble à cette soirée et éclatons nous
Like the Megatron Mack from the year two thousand
Comme le Megatron Mack de l'année deux mille
Yeah we bringin it back, we bringin it back
Yeah on le rapporte, on le rapporte
Cool we
Cool on
[Dre] Geyeah, kick some smooth shit
Yeah, lache quelques bons sons trop cool

Présentation de l'album :

*Les Cabots : (Pour Dogg)
-Nombreuses sont les personnes ayant contribué à l'achèvement de cet opus, tout d'abord les principaux sont bien évidemment Daz Dillinger et Kurupt Young Gotti. Kurupt qui par son timbre de voix si particulier, inimitable, dévoile un flow fluide et précis, et des lyrics bien gangsta avec des rimes géniales qui font toute l'originalité de ses couplets. Il démontre aussi sa rage sur certaines tracks comme sur " Dogg Pound Gangstaz " où il y diss les Bone Thugs tout en lachant à la fin un DJ Eazy Dick. Daz a les crocs, producteur et rappeur à la fois, artiste complet introduit dans le rap game par l'intermédiaire de Warren G, a notamment produit quelques tracks sur l'album de Tupac " All Eyez On Me " ; et il démontre une fois de plus tout son talent de producteur avec "Dogg Food" mais également de rappeur avec des couplets puissants aussi impressionant les uns que les autres comme sur " Let's Play House " où il lache sans doute son meilleur couplet, dans une chanson plus que misogyne sur un doux fond de G-Funk.
-Snoop Dogg, cousin de Daz, y est plus que jamais présent sur cet opus, puisqu'il pose sur les 3/4 de l'album et confirme ce qu'il avait prouvé sur son propre solo : à savoir des lyrics gangsta, un flow saccadé pouvant à la fois rapper ou chanter sur des refrains. Un bon exemple serait le morceau " Some Bomb Azz Pussy " en featuring avec Big C Style et Joe Cool. Mais il sait changer parfois son style comme sur " Smooth " dans un style assez différent. Sur "New York, New York", Snoop est au refrain et Kurupt balance la sauce avec un rap percant, démontrant ainsi que les MC de la Westcoast sont plus que jamais présent dans le Rap Game.
-Un autre artiste important, Nate Dogg, LE crooner de la Westcoast. Depuis sa participation et ses excellentes prestations vocales sur Doggystyle et Dogg Food, il est très demandé notamment pour faire des refrains comme il le fait ici; ce qui permet de mettre une touche plus calme, plus posée à certains morceaux : " Let's Play House ", " I Don't Like A Dream About Gettin' Paid ", " Dog'z Day Afternoon ", cette dernière sort du lot car lyriquement elle semble être la meilleur track.
-S'ensuit d'autres artistes lâchant quelques couplets. D'abord, Nancy Fletcher, son nom ne vous dit surement rien et pourtant vous l'avez déjà entendu plus d'une fois comme par exemple en 95 sur le morceau de Dr Dre " Keep Their Heads Ringin' ", sur quelques morceaux de Doggystyle, ou encore en collaboration avec Nate Dogg sur " Ghetto Preacher ". On la retrouve ici avec sa voix chaleureuse pour le morceau " Respect " sur un beat lent, hypnotique. Egalement présent sur ce morceaux Big Pimpin' Delemond qui avait déjà collaboré avec Daz sur " Retaliation, Revenge And Get Back " tout comme Prince Ital Joe, artiste variant reggae et rap contribue au succès de cette chanson.
-Néanmoins des morceaux sortent du lot comme " Cyco- Lic- No " (comprendre "psycho- like –no") en collaboration avec Mr Malik, qui au passage sort un couplet magnifique, chanson plus dynamique avec des lyrics crus, purement gangstas, avec un Daz crachant un excellent couplet, plus un refrain de Snoop Dogg.
-Sur " Reality ", track retracant la réalité quotidienne des personnes vivant dans le ghetto, on retrouve Tray Deee (membre des Eastsidaz) qui sort un texte bien 'dark' comme à son habitude, avec un flow qui se distingue par sa hargne et la puissance de sa voix.
-Egalement présent, bien qu'elle ai une toute petite participation, The Lady Of Rage vient confirmer tout son potentiel avec un paragraphe aggressif sur " Do What I Feel ".
-Pour clore l'album, un son et des lyrics plutôt laid-back pour " Sooo Much Style ", tout le monde aura compris le sujet de cette chanson, en effet Tha Dogg Pound, Lady Of Rage et tout les autres artistes Death Row ont trop la classe et ça se ressent sur chaque piste de Dogg Food. On en rate pas une miette, c'est la Westcoast comme on l'aime.

*La pâtée : (Pour Food)
-La quasi intégralité des morceaux sont produits par Dat Nigga Daz lui même, a l'exception de " New York, New York " et " Smooth " produit par DJ Pooh, qui a entre autre travaillé avec Ice Cube sur " The Predator " et plus recemment avec le titre " Groupie Love " sur l'album du 213. Le tout est mixé par Dr Dre, qui a la base devait produire l'intégralité de l'album, ce qui nous donne des mélodies veloutés, puissantes, solides qui frôlent la perfection.
-Une autre particularité, c'est que cet album n'utilise que peu de sample d'autres artistes, ce qui pourtant se fait couramment dans le hip hop de la Westcoast en reprenant par exemple les mélodies funk de George Clinton, ou encore les l'électro-funk de Zapp ; Seul ici " New York, New York " qui reprend un single du même nom de Grandmaster Flash sortie en 1983, et "I Don't Like to Dream about Gettin Paid", samplé d'un vieux tube de Lionel Richie lorsqu'il était chez la Motown en 1983, sont utilisés.
-Ce peu de samples permet ici de mieux savourer le fruit naturel des instruments de musique qui vous bercent les tympans. Les rythmes des guitares (Ricardo Rouse), le résonnement des percussions (Carl "Butch" Small), des pianos (Priest "Superfly" Brooks), des bass et choristes (Kevin "K. V. " Varnado, Nancy Fletcher) sont tous la pour faire un son frais, original.
-Tout un chenil d'artistes, des talents, des bons sons, font de cet album l'un des meilleurs de la Cote Ouest.
-C'est en plein conflit entre West Coast et East Coast que l'album est produit par Dre et Suge Knight. Les Dogg Pound dissent logiquement la côte Est notamment sur la chanson "New York, New York" avec la complicité de Snoop Dogg, le clip est marrant et la chanson est une moquerie ouverte destinée à New York City. "Big Pimpin' 2" est aussi une chanson qui fit entendre parler d'elle. Un grand album, leur meilleur.

Finalisation très bientôt !

 
Publié par 9002 6 3 3 le 19 octobre 2008, 21:27.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000