Facebook

 

Paroles de la chanson «Fairy Tale» (avec traduction) par Omnia

Alive ! (2007)
0 0
Chanteurs : Omnia
Albums : Alive !

Paroles et traduction de «Fairy Tale»

Fairy Tale
Conte de fées

Child of the pure unclouded brow
Enfant au front aussi pur qu'un ciel sans nuages,
And dreaming eyes of wonder !
Et les yeux songeant émerveillés,
Though time be fleet, and I and thou
Bien que le temps nous place, toi et moi,
Are half a life asunder,
A une moitié de vie d'écart

Thy loving smile will surely hail
Ton sourire tant aimé accueillera sûrement
The love-gift of a fairy-tale. (x2)
L'affectueux présent d'un conte de fée (x2)

I have not seen thy sunny face,
Je ne vois plus ton radieux visage,
Nor heard thy silver laughter :
Pas plus que ton rire argentin;
No thought of me shall find a place
Bien que nulle image de moi ne doive demeurer
In thy young life's hereafter
Dans ta vie après l'enfance

Enough that now thou wilt not fail
Il suffit que tu daignes accepter
To listen to my fairy-tale. (x2)
D'écouter mon conte de fée (x2)

A tale begun in other days,
Un conte commencé un de ces jours
When summer suns were glowing-
Quand les soleils d'été rayonnaient
A simple chime, that served to time
Un simple chant, qui servit à rythmer
The rhythm of our rowing-
Le rythme de nos rames

Whose echoes live in memory yet,
Et donc en moi l'écho encore retentit
Though envious years would say 'forget. ' (x2)
Bien que les années jalouses me disent "Oublie" (x2)

Come, hearken then, ere voice of dread,
Viens, écoute-moi, la voix de l'horreur
With bitter tidings laden,
Et des chagrins amers
Shall summon to unwelcome bed
T'invitent à prendre place dans un lit repoussant
A melancholy maiden !
Une mélancolique jeune fille

We are but older children, dear,
Nous ne sommes que des enfants plus vieux, ma chérie
Who fret to find our bedtime near. (x2)
Qui se lamentent, qu'il faille bientôt aller dormir (x2)

Without, the frost, the blinding snow,
Dehors, Le gel, la neige aveuglante,
The storm-wind's moody madness-
Le sifflement rageur et fou du vent
Within, the firelight's ruddy glow,
A l'intérieur, la lueur du foyer rougeoyant
And childhood's nest of gladness.
Et le nid joyeux de l'enfance.

The magic words shall hold thee fast :
Les mots magiques devraient t'enchanter
Thou shalt not heed the raving blast. (x2)
Tu ne prendras plus garde au fracas du vent (x2)

And, though the shadow of a sigh
Et bien que l'ombre d'un regret
May tremble through the story,
Transparaisse à travers l'histoire
For 'happy summer days' gone by,
Pour "Les heureux jours estivaux" enfuis
And vanish'd summer glory-
Et la gloire de l'été envolée.

It shall not touch, with breath of bale,
Cette ombre ne viendra pas troubler
The pleasance, of our fairy-tale. (x2)
L'agrément de notre conte de fée (x2)

Though time be fleet, and I and thou
Bien que le temps nous place, toi et moi,
Are half a life asunder,
A une moitié de vie d'écart

Thy loving smile will surely hail
Ton sourire tant aimé accueillera sûrement
The love-gift of a fairy-tale
L'affectueux présent d'un conte de fée (x2)

-----------------

Ce texte est le poéme d'introduction de "De l'autre coté du miroir" (Trough the mirror), la suite des aventures d'Alice au pays des merveilles, du (génial) Lewis Carol (Charle Lutwidge Dogdson).

C'est un hommage plein d'amour pour l'enfance et qui fait référence aux nombreuses histoires, toujours improvisées, que racontait Carol à ses innombrables Amis-Enfants.
En effet ce professeur de mathématique, bègue, d'un ennui extrême et auteur par ailleurs de traité scientifique assez complexes et fastidieux ne se déplaçait jamais sans des jouets dans les poches et était capable de conter sans bafouiller des histoires merveilleuses.

Le ton nostalgique de la musique montre bien la mélancolie qu'il ressent face à ces enfants qu'il fréquentait et toute la tendresse qu'il ressentait pour eux.

Ça peut paraître présomptueux mais je trouve qu'Omnia est capable de sublimer les poèmes qu'ils reprennent et de leurs donner une dimension supplémentaire et de les rendre touchants.
J'ai écouté un grand expert de poésie lire ce texte, grandiloquent, la voix plein de trémolo, en respectant à la lettre les règles de la prosodie et rendre ce texte pourtant bouleversant d'une platitude incroyable.

Si ce titre vous plait sachez qu'Omnia a mis en musique d'autre texte : The Raven d'Edgard Allan Poe, The witche's Brew de Shakespeare et Scarborough Fair d'un auteur inconnu.

Si vous souhaitez me contacté afin de me signaler une erreur de traduction, une meilleur traduction, une faute d'orthographe (il doit y en avoir plein) ou tout simplement que je vous traduise une chansons n'hésitez pas contactez moi via le site.

 
Publié par 11321 7 4 4 le 28 novembre 2008, 17:32.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000