Facebook

 

Paroles de la chanson «Unohduksen Lapsi» (avec traduction) par Moonsorrow

Kivenkantaja (2003)
0 0
Chanteurs : Moonsorrow
Albums : Kivenkantaja

Paroles et traduction de «Unohduksen Lapsi»

Unohduksen Lapsi (Enfant de l'Oubli)

"Un aigle solitaire", "L'être ailé", "L'être à la vue perçante"
Dans la mythologie germanique, il est question de Celui Qui Voit, l'aigle perché au sommet d'Yggdrasil nommé Vedrfölnir. Il est chargé de surveiller Asgard contre une éventuelle attaque des Géants de Jötunheim et attaquer Nidhögg (et se disputer avec, accessoirement), le serpent qui ronge la troisième racine de l'Arbre.

"Les loups de la maison funeste"
Certainement les loups qui dévoreront le soleil et la lune lors du Ragnarök. . (Fenrir et Managarm ( ? ), me semble-t-il) Ou alors les loups d'Odin, Geri et Freki, chargés, parfois d'assister les Valkyries en tuant les guerriers indignes d'aller au Valhalla, les envoyant ainsi droit dans l'enfer de Hel.

"Pour faire face à ce qui pourrait être la fin. "
Référence au Ragnarök ? (traduction : Le Crépuscule des Dieux)

[Toute correction, commentaire supplémentaire, etc sera bienvenu. : )]

Katkennut terä kädessäni,
Une épée brisée dans ma main,
Verivana rinnallani.
Une trace de sang sur mon torse.
Vain tyhjä huotra maahan tallattuna
Un simple fourreau vide, traîné sur le sol,
Seuraa kun lähden taas.
Me suivra tandis que je pars à nouveau.

On vihollinen kaadettu,
L'ennemi a été tué,
Voittamaton voitettu.
L'invincible vaincu.
Veistettyä lihaani pelko jäytää.
Une peur ronge ma solide chair.

Tuo viima hyytävä
Le vent glacial
Nimeäni kuljettaa.
Porte mon nom au loin.
Punainen veri piirtää
Le sang, si rouge, dessine
Merkin maahan routaiseen.
Une trace sur le sol gelé.

Vuoren rinnettä
Et le frimas grimpe
Huurre kapuaa.
Le long de la montagne.
Kuin hetkeään odottaen
Comme s'il attendait son moment,
Laelle kotka vain jää.
Un aigle solitaire patiente.

Taas vaihtaa tuuli suuntaa,
Le vent change à nouveau,
Se vainajia syleilee ja kivet murentaa.
Enlaçant ce qui est mort et érodant ce qui est fait de pierre.

On metsä autio
Les bois sont silencieux
Ja pilvet paenneet.
Et les nuages ont disparu.
Katson henki höyryten
A travers la fumée de mon souffle,
Kun kaikki hiljalleen jäätyy.
Tout ce que je vois se change en glace.

Vain viima hyytävä
Juste le vent glacial
Nimeäni kuljettaa.
Qui porte mon nom au loin.
Lopulta tiedän sen
Et soudain je prends conscience
Mitä tulin täyttämään.
De ce qui m'appartient ici.

Vuoren rinnettä
Et le ciel étrangle
Taivas kuristaa.
Le flanc de la montagne.
Pelotta tarkkailee hän
Sans aucune peur dans les yeux,
Jonka siivet vielä kantavat.
L'être ailé observe.

Yksin tuulta vastassa
Maintenant seul contre le vent,
Seisoo orpo taistojen.
L'orphelin du champ de bataille se tient debout.
Siintää metsä keihäiden
La forêt de lances grandit
Rannassa taivaan punaisen.
Sur la rive rouge du ciel.

Se raivo lailla ukkosen
Cette rage, égale à un orage,
Silpoo rivit nöyrtyvien.
Déchire les modestes rangs.
Sudet talosta kuoleman
Les loups de la maison funeste
Suovat henkäyksen viimeisen.
Accordent maintenant le souffle final.

Yksin tuulta vastassa
Maintenant seul contre le vent,
On lapsi tuon teurastuksen.
L'enfant de l'hécatombe se tient debout.

Ei vanhus sano sanaakaan,
Non, le vieil homme ne dit rien
Vain haaskalinnut taivaalla tarinansa tuntevat.
Et seuls les vautours pourraient raconter son histoire.

Multaan hautaan kappaleet
Dans la terre sont enterrés
Raudan väsymättömän.
Les tessons de l'infatigable fer.
Matkan lopussa ei jäljelle jää mitään.
A la fin du voyage, plus rien ne reste.

Vielä viima hyytävä
Le vent glacial
Lauluani kuljettaa.
Porte toujours mon nom au loin.
Merkki routaisessa maassa
La trace sur le sol gelé
Aikaan katoaa.
S'effacera dans le temps.

Vuoren rinnettä
Et le frimas grimpe
Huurre kapuaa.
Le long de la montagne.
Kuin hetkeään odottaen
Comme s'il attendait son moment,
Laelle kotka vain jää.
Un aigle solitaire patiente.

Siivet revitty mutta kynnet valmiina
Les ailes sont déchirées, mais les serfs sont prêts
Loppunsa kohtaamaan.
Pour faire face à ce qui pourrait être la fin.

Sodan maailmaa
Une pénombre étrangle
Pimeys kuristaa.
Le monde de la guerre.
Pelotta tarkkailee hän
Sans aucune peur dans les yeux,
Jonka silmät vielä näkevät.
L'être à la vue perçante observe.

 
Publié par 6793 6 4 2 le 10 janvier 2009, 19:39.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000