Facebook

 

Paroles de la chanson «Te Promettre La Lune» (avec traduction) par Debout Sur Le Zinc

Les Promesses (2006)
0 0
Chanteurs : Debout Sur Le Zinc
Albums : Les Promesses

Paroles et traduction de «Te Promettre La Lune»

Te Promettre La Lune (Te promettre la lune)

Le début de la chanson peut prêter à confusion. On ne comprend pas immédiatement à qui s'adresse le chanteur, ce n'est qu'après le premier refrain que nous apparaît son identité.
Je n'ai rien à t'offrir; tu n'es pas encore né(e)
Les premiers couplets semblent alors plus clairs. Cet homme appréhende l'arrivée de son premier enfant. Il l'aime d'emblée et aimerait pouvoir tout lui donner. Il sait, cependant, que ce qu'il aimerait lui offrir a déjà été pris et que le monde autour est loin d'être paisible. De plus, malgré tous ses efforts, comment pourrait-il offrir quoi que soit à un être qui n'existe qu'à l'état de pensée. En attendant, de peur de ne plus être à l'écoute, de se voir changé ou de ne plus trouver les mots le jour venu, il s'adresse à lui. Il imagine cet enfant et ce qu'il pourrait bien lui raconter; il lui parlera de sa vie, ainsi, il tentera de lui apprendre la vie et ses tourments. Il lui parlera également de sa mère et de la manière incompréhensible par laquelle elle l'est devenue.
Pourtant, il a beau rêver cet enfant que ce dernier n'en est pas moins absent. Il ne veut plus se contenter de l‘inventer.
Rêver ne vaut pas vivre, tu n'es pas encore né(e)
Tout est prêt, sa future chambre et son père l'attendent, en attendant de lui qu'il comble un certain vide. Il sera bientôt là…
Je sais... que tu me viens déjà

J'aimerais tant te promettre la lune.
J'aimerais tant te promettre la lune.

Je ne connais rien
Je ne connais rien
De toi, de nos chemins.
De toi, de nos chemins.
Je te parle comme ça;
Je te parle comme ça;
Par peur d'être sourd,
Par peur d'être sourd,
Muet, quand mon tour viendra...
Muet, quand mon tour viendra...

Comme je t'imagine,
Comme je t'imagine,
En jupe ou en jean,
En jupe ou en jean,
Te jetant dans mes bras.
Te jetant dans mes bras.
Se dessinent au loin
Se dessinent au loin
Les nuits qui n'en finissent pas...
Les nuits qui n'en finissent pas...

J'aimerais tant te promettre la lune
J'aimerais tant te promettre la lune
Mais la lune est déjà prise,
Mais la lune est déjà prise,
Livrer pour toi les clés de la fortune
Livrer pour toi les clés de la fortune
Dans un monde un peu paisible.
Dans un monde un peu paisible.

Et si je me fatigue
Et si je me fatigue
À trop vouloir gagner,
À trop vouloir gagner,
Je n'ai rien à t'offrir;
Je n'ai rien à t'offrir;
Tu n'es pas encore né(e).
Tu n'es pas encore né(e).

Je te parlerais de ma vie
Je te parlerais de ma vie
Comme elle peut faire envie
Comme elle peut faire envie
Et décevoir souvent.
Et décevoir souvent.
Comment s'enchaînent
Comment s'enchaînent
Les joies les douleurs, tout l'temps.
Les joies les douleurs, tout l'temps.

Je te parlerais de celle
Je te parlerais de celle
Qui m'a pris sous son aile
Qui m'a pris sous son aile
Sans que je sache comment,
Sans que je sache comment,
Celle que tu appelleras
Celle que tu appelleras
Un jour ou l'autre Maman.
Un jour ou l'autre Maman.

J'aimerais tant te promettre la lune
J'aimerais tant te promettre la lune
Mais la lune est déjà prise,
Mais la lune est déjà prise,
Livrer pour toi les clés de la fortune
Livrer pour toi les clés de la fortune
Dans un monde un peu paisible.
Dans un monde un peu paisible.

Mais les hommes se fatiguent
Mais les hommes se fatiguent
À trop vouloir gagner.
À trop vouloir gagner.
Rêver ne vaux pas vivre,
Rêver ne vaux pas vivre,
Tu n'es pas encore né(e).
Tu n'es pas encore né(e).

Mais rien de tout cela
Mais rien de tout cela
Dans la chambre du bas
Dans la chambre du bas
Où résonne à peine
Où résonne à peine
Le bruit de mes pas,
Le bruit de mes pas,
Juste une frise au mur
Juste une frise au mur
Et un mobile qui ne tourne pas.
Et un mobile qui ne tourne pas.

Et j'évoque malgré moi
Et j'évoque malgré moi
Le vide d'ici-bas,
Le vide d'ici-bas,
Tout ce qui sans toi ne m'intéresse pas.
Tout ce qui sans toi ne m'intéresse pas.
Je soigne mes blessures,
Je soigne mes blessures,
Je sais... que tu me viens déjà.
Je sais... que tu me viens déjà.

J'aimerais tant te promettre la lune
J'aimerais tant te promettre la lune
Mais la lune est déjà prise,
Mais la lune est déjà prise,
Livrer pour toi les clés de la fortune
Livrer pour toi les clés de la fortune
Dans un monde un peu paisible.
Dans un monde un peu paisible.

J'aimerais tant te promettre la lune...
J'aimerais tant te promettre la lune...

 
Publié par 6175 5 3 2 le 19 février 2009, 22:32.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000