Facebook

 

Paroles de la chanson «Société Tu M'auras Pas» (avec traduction) par Renaud

Amoureux De Paname (1975)
0 0
Chanteurs : Renaud

Paroles et traduction de «Société Tu M'auras Pas»

Société Tu M'auras Pas ()

Dans cette chanson, on l'aura bien compris, Renaud s'en prend à la Société. Il critique, il l'accuse, il la prend comme ennemi bien réelle, et il dit qu'elle ne l'auras pas, lui, elle ne le fera pas taire, et il continuera à se battre jusqu'à ce que la bataille soit gagnée.
Examinons plus en détail les paroles...

Premier couplet, il parle de ceux qui, avant lui, on fait ce qu'il fait aujourd'hui. Antoine, Bob Dylan, qui ont accusé la société, qui se sont battu, dans leurs paroles, contre ce avec quoi ils étaient en désaccord. "On les a récupéré", car la société, la médiatisation, toutes ces choses ont pris le coeur de leurs chansons pour les offrir à la population qui fait la société, ils on été dépouillés, détournés ; leurs combats a perdu tout l'intérêt qu'il avait dès le moment où ils sont eux-même devenus partie intégrante de la société qu'ils méprisaient. Mais Renaud, personne ne le récupèrera ; il sera celui par qui tout se terminera.
Dans le deuxième couplet, il raconte ce qu'il a vu, dans sa vie, ce que la société faisait naître chez les gens ; la peur, le doute, constamment, et les flics, partout ; ces agents de la société, ces mercenaires. Le troisième couplet, dans la continuité, dénonce ce que fait la société contre le peuple qui la sert ; et l'absurdité de celle-ci qui, alors qu'elle doit servir le peuple, le brime, l'oppresse.
Dans le dernier couplet, il dit clairement que la vérité vaincra, que la bataille sera remportée contre la société, un jour. Pour l'instant il n'a que ces mots qu'il crache comme du venin sur tous ceux qui l'écoute ; car chacun est représentant de la société.

Evidemment, aujourd'hui, on peut voir ce qu'est devenu celui qui chantait : "société, tu m'auras pas" ; il passe à la radio, à la télé, dans les journaux ; dans les tops...
Il a été récupéré, et il l'a bien profond. La société a encore gagné.

Y'a eu Antoine avant moi,
Y'a eu Antoine avant moi,
Y'a eu Dylan avant lui,
Y'a eu Dylan avant lui,
Après moi qui viendra ?
Après moi qui viendra ?
Après moi c'est pas fini.
Après moi c'est pas fini.
On les a récupérés,
On les a récupérés,
Oui mais moi on m'aura pas ;
Oui mais moi on m'aura pas ;
Je tirerai le premier,
Je tirerai le premier,
Et j'viserai au bon endroit.
Et j'viserai au bon endroit.

(refrain : )
(refrain : )
J'ai chanté dix fois, cent fois,
J'ai chanté dix fois, cent fois,
J'ai hurlé pendant des mois,
J'ai hurlé pendant des mois,
J'ai crié sur tous les toits,
J'ai crié sur tous les toits,
Ce que je pensais de toi ;
Ce que je pensais de toi ;
Société, société,
Société, société,
Tu m'auras pas.
Tu m'auras pas.

J'ai marché sur bien des routes,
J'ai marché sur bien des routes,
J'ai connu bien des pat'lins ;
J'ai connu bien des pat'lins ;
Partout on vit dans le doute,
Partout on vit dans le doute,
Partout on attend la fin.
Partout on attend la fin.
J'ai vu occuper ma ville
J'ai vu occuper ma ville
Par des cons en uniformes
Par des cons en uniformes
Qu'étaient pas vraiment virils,
Qu'étaient pas vraiment virils,
Mais qui s'prenaient pour des hommes.
Mais qui s'prenaient pour des hommes.

(refrain)
(refrain)

J'ai vu pousser des barricades,
J'ai vu pousser des barricades,
J'ai vu pleurer mes copains,
J'ai vu pleurer mes copains,
J'ai entendu les grenades
J'ai entendu les grenades
Tonner au petit matin.
Tonner au petit matin.
J'ai vu ce que tu faisais
J'ai vu ce que tu faisais
Du peuple qui vit pour toi,
Du peuple qui vit pour toi,
J'ai connu l'absurdité
J'ai connu l'absurdité
De ta morale et de tes lois.
De ta morale et de tes lois.

(refrain)
(refrain)

Demain, prends garde à ta peau,
Demain, prends garde à ta peau,
À ton fric, à ton boulot,
À ton fric, à ton boulot,
Car la vérité vaincra,
Car la vérité vaincra,
La Commune refleurira.
La Commune refleurira.
Mais en attendant, je chante,
Mais en attendant, je chante,
Et je te crache à la gueule
Et je te crache à la gueule
Cette petite chanson méchante
Cette petite chanson méchante
Que t'écoutes dans ton fauteuil.
Que t'écoutes dans ton fauteuil.

(refrain)
(refrain)

 
Publié par 12656 7 4 4 le 28 février 2009, 14:24.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000