Facebook

 

Paroles de la chanson «Momma's Gotta Die Tonight» (avec traduction) par Body Count

Body Count
0 0
Chanteurs : Body Count
Albums : Body Count

Paroles et traduction de «Momma's Gotta Die Tonight»

Momma's Gotta Die Tonight (Maman doit mourir ce soir)

No, no, no, Mommaaaaa...

Non, non, non, mamaaaaaan...

All my life I loved this girl so much,
all my life I loved her simple touch.
She cared for me and put me on this earth,
oh the pain of just a simple birth.
But now I find that she has left me dumb and blind,
poisoned, twisted and destroyed my mind.
She taught me things that simply were not true,
she taught me hate for race
that's why I hate you !
There's only one way I can make it right,
momma's gotta die tonight.

Toute ma vie j'ai tellement aimé cette fille,
toute ma vie j'ai aimé son moindre contact.
Elle a pris soin de moi et m'a mis au monde,
oh la douleur d'une simple naissance.
Mais maintenant je me rends compte qu'elle m'a laissé bête et aveugle,
a empoisonné, déformé et détruit mon esprit.
Elle m'a enseigné des choses qui n'étaient tout simplement pas vraies,
elle m'a enseigné la haine raciale
c'est pour ça que je te déteste !
Il n'y a qu'un seul moyen de rectifier le tir,
maman doit mourir ce soir.

Momma, momma, I always loved my momma,
I always loved my momma.
I loved the way she hold me,
I loved the way she talked to me.
She used to teach me a lot of things,
she taught me good things, she taught me bad things.
"Don't trust white people, don't trust white people.
Don't trust white people, they're no good, they're no good, they're no good, they're no good.
They're just gonna rip you off, they're just gonna rip you off.
Don't trust' em, don't trust' em."
I said, "Why Momma ?", she said, "I told you don't trust' em they're no good."
I said, "Momma, I thought we were all the same momma, why momma ?". She said, "Don't ask me any questions. Don't you challenge your mutha." Momma.

Maman, maman, j'ai toujours aimé ma maman,
j'ai toujours aimé ma maman.
J'ai aimé la façon qu'elle avait de me prendre dans ses bras,
j'ai aimé la façon dont elle me parlait.
Elle m'apprenait beaucoup de choses,
elle m'a appris de bonnes choses, elle m'a appris de mauvaises choses.
"Ne fais pas confiance aux blancs, ne fais pas confiance aux blancs.
Ne fais pas confiance aux blancs, ils ne sont pas bons, ils ne sont pas bons, ils ne sont pas bons, ils ne sont pas bons.
Ils ne feront rien d'autre que t'arnaquer, ils ne feront rien d'autre que t'arnaquer.
Ne leur fais pas confiance, ne leur fais pas confiance."
J'ai dit, "Pourquoi maman ?", elle a dit, "Je t'ai demandé de ne pas leur faire confiance ils ne sont pas bons".
j'ai dit, "Maman, je croyais que nous étions tous égaux maman, pourquoi maman ?". Elle a dit "Ne pose pas de questions. Ne tiens pas tête à ta mère." Maman.

So one day I found I fell in love
and I brought my girlfriend home
and I introduced her to my mutha and
she smacked me, was a white girl and
I said, "Why momma ? Why momma ? What did I do wrong ?"
You know, I found out my mutha was a evil woman.
She hated Puerto Ricans, Mexicans, Jamaicans,
Indians, Orientals, momma was no good.
I learned to hate my mutha, hate my mutha.
So I got some lighter fluid, from the corner store
and I put it around her bed, and I set her on fire !
Burn momma, burn momma, burn momma, burn bitch burn, burn, burrrrrn. Ha, ha, ha. Burn you racist bitch !
Ha, ha, ha.
But she wasn't quite dead. She jumped up from the bed and I grabbed my Louisville Slugger that she had bought me for my twelfth birthday and I came up behind her end I hit her, I hit her, I hit her twice. Ha, ha, ha.
Now she was out.

Alors un jour, je me suis rendu compte que j'étais tombé amoureux
et j'ai ramené ma petite amie à la maison
et l'ai présentée à ma mère et
elle m'a giflé, c'était une fille blanche et
j'ai dit, "Pourquoi maman ? Pourquoi maman ? Qu'est-ce que j'ai fait de mal ?"
Tu sais, j'ai découvert que ma mère était une personne mauvaise.
Elle haïssait les Portoricains, Mexicains, Jamaïcains,
Indiens, Orientaux, maman n'était pas gentille.
J'ai appris à détester ma mère, détester ma mère.
Alors je me suis procuré de l'essence à la boutique du coin
et j'en ai aspergé autour de son lit, et j'y ai mis le feu !
Ha, ha, ha.
Brûle maman, brûle maman, brûle maman, brûle salope brûle, brûle, brrrrrûle. Ha, ha, ha. Brûle salope raciste !
Ha, ha, ha.
Mais elle n'était pas tout à fait morte. Elle a sauté du lit et j'ai saisi la batte de baseball de Louisville qu'elle m'avait acheté pour mon douzième anniversaire et je me suis dressé derrière elle et je l'ai frappé, je l'ai frappé, je l'ai frappé deux fois. Ha, ha, ha.
Là elle était éteinte.

I went into the kitchen
and I got that handy carving knife
that we only use on special occasions like
bullshit Thanksgiving, and I took her and I laid her ol' fucked up corpse on the floor and I cut her in little bitty pieces. Cut off her arms, her feet, her neck, and I put her into little green hefty bags and I put her into my car my car and I said, "Momma, we're goin' on a vacation, a permanent vacation bitch."
I took some of her around the world to Arizona, New York, Chicago, Atlanta, Miami, Oakland. Ha, ha, ha, yo, you wanna go to Connecticut, bitch. Ohio, Detroit, Texas, L.A.
Who's laughin' now momma, who's laughin' now bitch, who's laughin' now.
Ha, ha, ha, ha.

Je suis allé dans la cuisine
et j'ai attrapé ce pratique couteau à découper que nous utilisions seulement lors de grandes occasions comme cette connerie de Thanksgiving, et je l'ai attrapé et ai posé son vieux cadavre foutu sur le sol, et l'ai découpé en petits morceaux. Ai coupé ses bras, ses pieds, son cou, et l'ai mise dans ma voiture et j'ai dit "Maman, nous allons partir en vacances, des vacances permanentes salope."
J'ai déposé un peu d'elle partout dans le monde, en Arizona, à New York, Chicago, Atlanta, Miami, Oakland. Ha, ha, ha, yo, tu veux aller dans le Connecticut, salope. Ohio, Detroit, Texas, L.A.
Qui s'marre maintenant maman, qui s'marre maintenant salope, qui s'marre maintenant.
Ha, ha, ha, ha?

So if you got a mutha or a grandmutha or a father who wants to carry on the same racist bullshit that's fucked this world up from day one, you can either look' em in the face and tell' em to suck your dick or do like Body Count does.

Alors si vous avez une mère, une grand-mère ou un père qui veut perpétuer la même connerie raciste qui a pourri ce monde depuis la nuit des temps, vous pouvez soit les regarder dans les yeux et leur dire de vous sucer la bite ou faites comme Body Count.

All my life I loved this girl so much,
all my life I loved her simple touch.
She cared for me and put me on this earth,
oh the pain of just a simple birth.
But now I find that she has left me dumb and blind,
poisoned, twisted and destroyed my mind.
She taught me things that simply were not true,
she taught me hate for race
that's why I hate you !
There's only one way I can make it right,
momma's gotta die tonight.

Toute ma vie j'ai tellement aimé cette fille,
toute ma vie j'ai aimé son moindre contact.
Elle a pris soin de moi et m'a mis au monde,
oh la douleur d'une simple naissance.
Mais maintenant je me rends compte qu'elle m'a laissé bête et aveugle,
a empoisonné, déformé et détruit mon esprit.
Elle m'a enseigné des choses qui n'étaient tout simplement pas vraies,
elle m'a enseigné la haine raciale
c'est pour ça que je te déteste !
Il n'y a qu'un seul moyen de rectifier le tir,
maman doit mourir ce soir.

Body Count est à ma connaissance le premier groupe de l'histoire du hardcore à s'opposer au racisme. Et pas cette version faussée du racisme selon laquelle seules quelques ethnies seraient touchées par ce fléau. J'adhère totalement au message véhiculé violemment à travers cette chanson, selon lequel on ne doit pas tolérer des vices inhumains en les masquant derrière cette notion d'esprit de famille, sinon on ne parvient qu'à développer un communautarisme malsain particulièrement propice à la formation massive de psychopathes. Et l'agressivité omniprésente dans cette chanson n'est que le reflet de ce qu'a pu engendrer le racisme, parfois il faut combattre le mal par le mal.

 
Publié par 8865 5 3 2 le 12 septembre 2012, 10:24.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000