Facebook

 

Paroles de la chanson «Creepy Crawl» (avec traduction) par Superjoint Ritual

Use Once and Destroy
0 0
Chanteurs : Superjoint Ritual

Paroles et traduction de «Creepy Crawl»

Creepy Crawl (Bestiole Rampante)

Countless hours, turning into, countless days
A doubtful outlook...

Les innombrables heures, deviennent, d'innombrables journées
Une perspective pleine de doute

Digging from my grave, that's my home actually
Sick and angry for no reason at all
Falling into Manson's thrall...

Je creuse depuis ma tombe, qui est ma maison en fait
Malade et en colère sans la moindre raison
Je tombe sous le pouvoir de Manson

Charlie's stare will draw you in
A god reborn? A total clown?
Now the truth...a five-six joke?
Or was he the one?
I can't change the exposed truth
God is gone, and never will, never was, never has been

Le regard de Charlie t'attirera
Un dieu qui renaît? Un clown total?
Maintenant la vérité...une blague de cinq à six?
Ou était-il l'élu?
Je ne peux pas changer la vérité exposée
Dieu est parti, et ne fut jamais, ne sera jamais, n'a jamais été

Thoughts prevoke, a disgusting sight
If this is real? Or a chemical life?

Ces pensées préviennent, une vision dégoûtante
Si ceci est réel? Ou une vie chimique?

Digging from my grave, that's my home actually
Sick and angry for no reason at all
Falling into Manson's thrall...

Je creuse depuis ma tombe, qui est ma maison en fait
Malade et en colère sans la moindre raison
Je tombe sous le pouvoir de Manson

Charlie's stare will draw you in
A god reborn? A total clown?
Now the truth...a five-six joke?
Or was he the one?
I can't change the exposed truth
God is gone, and never will, never was, never has been

Le regard de Charlie t'attirera
Un dieu qui renaît? Un clown total?
Maintenant la vérité...une blague de cinq à six?
Ou était-il l'élu?
Je ne peux pas changer la vérité exposée
Dieu est parti, et ne fut jamais, ne sera jamais, n'a jamais été

Charles Manson est un criminel américain. Leader d'une communauté appelée « la famille » en pleine période hippie à la fin des années 1960, il s'est rendu célèbre par une série d'assassinats dans la région de Los Angeles en 1969.
Il fonde une communauté hippie dont il devient le leader charismatique, en se présentant comme une réincarnation du Christ, ce qui est repris dans cette chanson dans la question Un dieu qui renaît? Cette communauté, qui finit par s'appeler « la Famille », s'établit dans divers ranchs abandonnés de Death Valley, une région aride située à la frontière de la Californie et du Nevada. "La Famille" y vit de vols et de trafic de drogue. A partir d'une interprétation très personnelle de la Bible et de l'album blanc des Beatles, Charles Manson prophétise une guerre apocalyptique entre les Noirs et les Blancs, théorie par laquelle il tentera de justifier ses meurtres en 1969. Il a été condamné à perpétuité suite à ses meurtres estimé entre 9 et 35, puisqu'il est impossible de démêler lesquels sont de lui ou de ses adeptes. Le 11 avril 2012, pour la douzième fois consécutive, sa demande de mise en liberté conditionnelle est rejetée par l'administration pénitentiaire de Californie.

Bien que cette chanson exprime à plusieurs reprises des interrogations et même de la tentation pour ce tueur en série, la conclusion ne laisse aucun doute sur le positionnement du groupe à ce sujet : Dieu est parti, et ne fut jamais, ne sera jamais, n'a jamais été, reléguant Charles Manson à son rôle de gourou dérangé et meurtrier.

 
Publié par 8865 5 3 2 le 26 septembre 2012, 15:57.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000