Facebook

 

Paroles de la chanson «Le Fardeau» (avec traduction) par Keny Arkana

Entre Ciment Et Belle étoile (2006)
1 0
Chanteurs : Keny Arkana
Voir tous les clips Keny Arkana

Paroles et traduction de «Le Fardeau»

Cette chanson raconte l'histoire d'une personne accro à l'héroïne, et qui part, peu à peu, loin de son "fardeau".

Encore un putain d'matin où j'me lève en manque,
Encore une putain d'journée,une putain d'bataille qui commence,
Et merde j'me suis encore endormi dehors,
J'me rappelle pas d'la veille,juste quelques flashs c'est l'horreur,
J'tremble, j'ai froid, putain il m'faut ma dose
J'ai rien sur moi,
Faut qu'j'rentre à l'hotel prendre le matos,
J'ai des crampes et du mal à marcher,
Les gens m'regardent bizarre et osent même pas m'toucher,
Mais, j'les enmerdes moi,
J'les détestes autant qu'ils me haient,
Ouais, j'les enmerdes moi,
Comme ce putain d'monde,
Cette putain d'vie dont j'ai perdu l'goùt,
Où y'a qu'ma came au fond qui vaut l'coup,

Affalée sur l'lit,
Direct est la montée,
L'produit circule en moi et j'rentre dans mon univers,
Dans ce monde si dur où l'évasion oblige,
La réalité trop oppressante alors j'ai choisi,
De m'tuer à p'tit feu,
T'façon j'dois rien à personnes nan,
Et c'est c'que j'ai trouvé d'mieux,
J'l'avoue enfant j'croyais un peu à l'avenir,
J'étais peut-être trop rêveuse,
Quand ma vie m'a fait devenir
Cette junk que les gens craignent,
Mon mal être entraine vers le fond
Chaque jours c'est la même rengaine,
Ouais j'ai renoncé à me battre,
Mon vice si obscure, entre rue, HP et post-cure,
Subutex, rhypnol,codéine, tranxen, scenan
Mais l'summum c'est mon héroïne,
J'ai l'impression d'toucher la mort
Mais elle veut pas m'laisser rentrer,
Elle m'laisse toujours dehors...

(Refrain)x2
J'aimerais m'envoler, et quitter mon fardeau,
J'touche la mort mais,
Elle refuse d'm'ouvrir son rideau

Non rien m'retiens à la vie,
A part tous mes rêves brisés,
Et puis j'déteste les gens à force d'être méprisée,
D'être jugée, même parfois battue,
L'être humain m'a tant déçu
Même en dieu j'y crois plus,
J'm'auto-détruis, ça r'garde que moi
Même si c'est gore et même dans la rue
J'ai l'impression d'être juste un décor,
Cercle vicieux, seule au milieu d'mes tourments
J'en ai marre de penser
J'en ai marre, tout l'temps,
Toujours les mêmes souvenirs qui me hantent,
Et violent, et pire qu'si dans l'coeur une lame me rentrait,
Tu sais c'est ceux qui m'ont drogué en premier dans l'centre,
De mon adolescence mouvementée,
Neuroleptiques en abondance,
Si jeune, enfermée tu sais c'était soit vengeance,
Soit auto-destruction,
J'ai pris l'deuxième ticket,
Aucun n'était gagnant,
Trop tard, le serpent m'a piqué.

(Refrain)x2
J'me sens m'envoler et quitter mon fardeau,
J'touches la mort et elle referme son rideau...

 
Publié par 1453 5 2 le 3 janvier 2013, 11:05.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000