Facebook

 

Paroles de la chanson «June and the Laconic Solstice» (avec traduction) par Benighted

Carnivore Sublime
0 0
Chanteurs : Benighted

Paroles et traduction de «June and the Laconic Solstice»

Juin et le Solstice Laconique

The worlds close, cold and threatening
They left me no way out, no door anywhere
Just these big white walls and their majesty
Dripping with anger and hostility
They rise in the rigidity of the accuser
The steams of your stench hidden behind

Les mondes se referment, froids et menaçants
Ils ne me laissent pas d'issue, aucune porte,
Juste ces grands murs blanc et leur splendeur ruisselants de colère et d'hostilité.
Ils s'élèvent dans la raideur de l'accusateur.

Your emanations contaminate my senses
And enjoy what remains of my damaged soul
Suspended over the fascinating space under my feet
Waiting for the time I fall

Tes émanations contaminent mes sens,
Et profitent de ce qu'il reste de mon âme endommagée.
Suspendu au-dessus de ce fascinant espace sous mes pieds,
Attendant le moment où je tombe.

My throat hurts as I scream with all my guts but no sound goes out
I feel my veins beat on my temples and their rhythm resounds in my head
The spotless white of the walls blinds me
And crosses my eyelids

Ma gorge me fait mal car je crie de toutes mes forces, mais aucun son ne vient,
Je sens mes veines battre contre mes tempes et leur rythme résonne dans ma tête,
Le blanc parfait des murs m'aveugle,
Et traverse mes paupières.

Time has come to see the end
Time has come to tame the whispers beyond the walls

Le temps est venu de voir la fin,
Le temps est venu d'apprivoiser les murmures derrière les murs.

The question's why the consolation
The question's why divine redemption
My acts cannot be forgiven,
Forgotten with neuroleptics absolution

La question est pourquoi la consolation ?
La question est pourquoi la rédemption divine ?
Mes actes ne peuvent pas être pardonnés ni oubliés avec une absolution de neuroleptiques...

These relentless images in my head
Of a magnificent and so familiar red
This silence I like rocks my grief in these last years
No word, no shout, just the silence
I'd like to meet the child I was, tell him "I'm sorry for your loss"

Ces continuelles images dans ma tête,
D'un magnifique rouge si familier,
Ce silence que j'aime berce ma peine de ces dernières années.
Aucun mot, aucun cri, juste le silence.
Je voudrais rencontrer l'enfant que j'étais, et lui dire "Je suis désolé pour ta perte."

(En français dans la chanson)
J'ai dans ma cave, 3 jolis crapauds mesdames,
J'ai dans ma cave, 3 jolis crapauds.
Crapaud saute, saute, saute, saute,
Crapaud saute, l'un par-dessus l'autre.

_________________________________________________

Explication :

June and the Laconic Solstice est la chanson qui clôt l'album, elle raconte que le psychotique que l'on suit depuis le début de l'album fini par être enfermé dans un hôpital psychiatrique où il pense constamment à sa peine impardonnable et inoubliable entre les murs immaculés de l'hôpital, et sous la paralysie physique des neuroleptiques.
L'individu souffre en fait d'une psychose nommée troubles borderline (ou état-limite), qui peut se caractériser par une peur de l'abandon. Ici, cette pathologie est carrément poussée à l'extrême, car l'individu tue son ex-institutrice pour ensuite pleurer sur son corps car elle lui manque (voir la chanson "Defiled Purity"), mais il tue également sa femme tombée enceinte par accident, de peur qu'elle s'en aille ("Carnivore Sublime").
La comptine à la fin de la chanson suivie du cri est à mon avis un procédé pour mettre en parallèle l'innocence de l'enfance que l'individu avait avec en même temps un cri de souffrance qui va représenter le reste de sa vie torturée.
Quand au titre de la chanson assez étrange, Juin se trouvant dans le solstice d'été (21 Juin), je pense qu'il représente la brièveté que l'individu ait connu de ce solstice avant d'être interné.

P.S : On notera sur cette dernière piste la prestation vocale de Michael Kern, chanteur du groupe suisse Carnal Decay.

 
Publié par 3911 5 2 1 le 20 juillet 2014, 04:22.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000