Facebook

 

Paroles de la chanson «Ilmarion» (avec traduction) par Dragonland

Under The Grey Banner
0 0
Chanteurs : Dragonland

Paroles et traduction de «Ilmarion»

["It is said that the most beautiful sunset in the Realms is that viewed from Havenshore, as the fiery sun disc turns the Great Sea into an ocean of molten gold. The fresh breeze of the sea, the gulls calling over windswept dunes of sand and the tranquil comings and goings of an idyllic village; such a place is not an easy one to leave behind, but great is the yearning for adventure in a young heart. Precisely what made the Islander hoist the sails with but a few comrades eludes even me, but after he crossed the borders to our lands, our beloved Val'inthor of many glades, he often spoke of fervent dreams that haunted him every single night.
A dark robed figure, drawing ever nearer for each sweat soaked night and the promilse of grim deeds and opressive tyranny. Though there was also hope in these dreams; a vague and distant voice calling out to him, drawing his gaze towards the east, to the Old World which he had heard so many a story of as a young boy.
The visage called him by a name unknown to him, in a tongue never uttered on the shores of the Great Isle since before the time of the First King; the name was one which would not leave the hearts of men for a thousand years. That name was Ilmarion."]

« Il est dit que l’aube la plus magnifique parmi les royaumes est vu de Havenshore, et que les reflets du soleil transforment la Grande Mer en un océan d’or fondu. La brise fraiche de la mer, les cris des mouettes sur les dunes de sable balayées par le vent et les allées et venues tranquilles d’un village idyllique ; un tel endroit n’est pas facile à laisser derrière, mais grande est la nostalgie d’un jeune cœur pour partir à l’aventure. C’est précisément ce qu’a fait l’insulaire en hissant les voiles avec quelques camarades dont moi, mais après qu’il ait traversé les rivages de nos terres, notre bien-aimée Val’Inthor aux nombreuses clairières, il parlait souvent de rêves ardents qui le hantaient chaque soir.
Une sombre silhouette, s’approchant à chaque nuit et promettait des actes sinistres ainsi qu’une tyrannie oppressante. Il y avait aussi de l’espoir dans ces rêves ; une vague et distante voix l’appelait, l’invitant à se diriger vers l’Est, vers le Vieux Monde où il avait souvent entendu l’histoire d’un jeune homme.
L’être appelait ce jeune homme par un nom inconnu pour lui, dans une langue jamais entendue sur les rivages de la Grande Ile depuis le temps du premier roi ; Le nom était celui qui ne devrait jamais quitter le cœur des hommes durant une centaine d’années. Ce nom était Ilmarion. »

 
Publié par 24423 7 4 3 le 4 mai 2015, 14:52.
 

Chansons similaires

Aucun résultat

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000