Facebook

 

Paroles de la chanson «The Archetypes» (avec traduction) par Marina & The Diamonds

Marina & The Diamonds
1 0
Chanteurs : Marina & The Diamonds

Paroles et traduction de «The Archetypes»

Housewife, Beauty Queen, Homewrecker, Idle Teen
The ugly years of being a fool, ain't youth meant to be beautiful?

Femme au foyer, reine de beauté, briseuse de ménages, idole des jeunes
Les laides années à être idiote, la jeunesse n'est pas destinée à être belle?

Queen of no identity
I always feel like someone else
A living myth

Reine des sans identités
Je me suis toujours sentie comme quelqu'un d'autre
Un mythe vivant

I grew up in a lie
I can be anyone (Anyone)
A study in identity & illusion
An Ode to Cindy (Anyone)
A living film
A real fake
And you will never know, and you will never know
Love

J'ai grandi dans un mensonge
Je peux être n'importe qui (n'importe qui)
Une étude de l'identité et de l'illusion
Une ode à Cindy* (n'importe qui)
Un film vivant
Un vrai faux
Et vous ne connaîtrez jamais, et vous ne connaîtrez jamais
L'amour

Electra Heart, are you for... real?
Electra Heart, es-tu... réelle?

"Through others, we become ourselves" - The Archetypes
"Grâces aux autres, nous devenons nous-mêmes" - Les archétypes

___________

Interprétation

Ceci est ce que l'ont peut entendre dans la vidéo "The Archetypes" de Marina & The Diamonds. Cette vidéo, ainsi que d'autres (11 au total) gravitent autour de son album Electra Heart.

Il s'agit d'une sorte de dialogue entre une voix robotisée et une voix humaine, la personnification d'Electra Heart.

Marina semble raconter qu'Electra Heart n'a pas d'identité, que c'est tout à la fois. Elle explique que c'est une étude complète "(...) de l'identité et de l'illusion, une ode à Cindy, un film vivant, un vrai faux"

La question du robot demandant si Electra Heart est bien réelle montre qu'Electra ne sait pas ce qu'elle est, peut-être tout et rien à la fois, tout le monde et personne, un vrai faux.

Elle termine en disant que l'identité de quelqu'un se crée à travers les autres.

*C'est un référence au poème "Cindy" de Tim Labbe racontant l'histoire d'une jeune fille de quinze ans partant à la conquête du Texas, des rêves plein la tête. La fin du poème raconte comme Cindy n'est plus que l'ombre d'elle même après avoir été défigurée, sali, paralysée à jamais. La très mauvaise expérience d'une jeunesse naïve.

 
Publié par 6580 5 3 2 le 20 mai 2015, 23:31.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000