Facebook

 

Paroles de la chanson «T.R.W.» par FAUVE

Vieux Frères - Partie 2
1 0
Chanteurs : FAUVE

Paroles de la chanson «T.R.W.»

J’ai jamais vécu de happy ends ailleurs que dans des salons de massages douteux d’Asie du Sud-Est
J’ai pas besoin de tes faux miracles en plastique
Ni que tu me serves des five-timers romantiques au rabais

Je veux pas de tes mauvaises contrefaçons de sentiments
Il me faut du vrai, du complexe, du diamant 24 carats
Alors, sauf ton respect mets-toi au cul tes scénarios bidons
Ceux qui embarquent la peau avec quand ils prennent feu façon nylon
Façon made in China

Tu peux garder tout ça
Cette fille dans la publicité m’aimera jamais
Même si t’essaies de me la faire à chaque fois
Tori Black non plus me baisera pas
Elle baise plus en dehors des plateaux
Quand elle rentre, elle est fatiguée, elle écrase
C’est normal, c'est pas grave

Et merde,
Amenez-moi de la raide, du rouge, du seroplex ou même les trois
Si ça marche pas,
Je peux encore taper dans le liquide de refroidissement, les escorts girls
J'y lâcherai tout mon compte,
Tout ce qu'il faut tant que tu fermes ta gueule

J’ai pas besoin de mon horoscope
Ni de matériel de bureau nickel
Ni de la vitesse de la lumière
Ni d'une nouvelle voiture plus intelligente que moi
Ni d’une nouvelle conscience
Ni d’un meilleur cerveau
Ni d’un nouveau moi-même (nouveau)

Quand bien même je saurais quoi en foutre
J'ai pas besoin de problèmes de santé
Et encore moins de nouveaux défis
J'ai déjà tout ce qu'il faut, merci
Alors arrête de me parler comme à un abruti
Je veux pas qu'on me serve la purée
Ni qu'on me fasse les lacets

Et puis ton truc c'est mal fait
Tu trouves pas ?
Mais regarde-toi :
Tu fous le bourdon
On a envie de se jeter d'un pont tellement t'es con
Avec tes machines, tes petites machines dans ta tête

Pareil tes traits grossiers, tes faits tranchés, tes choses trop simples pour être honnêtes
Mets tes couilles sur la table, tiens, au moins une fois dans ta vie
Crache la valda, remonte ton froc, t'as la cul qui fuit

Et boucle-la
Ça fait comme un bruit blanc
C'est épuisant bordel
On s’entend plus penser
Faut sucer qui pour que tu nous foutes la paix ?

Au passage tu peux aussi rembarquer tes diagnostics de rebouteux foireux
Par exemple :
Julien n'est pas un « commis démissionnaire »
Ni aucun autre de tes raccourcis
Julien rêve de mer turquoise
De calme et de poésie
Comme beaucoup d’autres
Il n'est pas un schéma, ni un animal,
C'est pas un objet
Julien est complexe
Il se dope gentiment
Va en boîte
Caresse son collègue dont il est amoureux fort dans les cuisines
Julien a besoin de sens profond

Et moi j'ai pas une envie débordante de fumer la gueule de mon voisin
D'ailleurs je crois bien que c'est pareil pour lui
Alors te donne pas de peine
Reprends ta merde, tes dernières haines
Ravale ton venin, tes hantises, tes psychoses

Ça me sert à rien
J'ai pas besoin de nouvelles peurs
Ni de nouveaux cauchemars
Ni de nouvelles tocades
J'ai déjà largement donné
C'est bon là
Et puis tu veux que je mette ça où ?
J'ai pas la place, nulle part…
Mais que dalle je te dis !
Alors remballe, remballe et tire-toi loin d'ici

Tu me feras pas croire que l'autre est un enculé
Puisque l'enculé il est en moi
Et au passage t'as le même chez toi
Donc tu me verras pas sauter sur mes semblables
Et tu mettras jamais derrière un flingue
Ou uniquement (uniquement)
Si t'as des chances de passer devant

Peut-être que la vie est une chienne
C'est vrai qu'on entend ça parfois
En attendant, moi je vois des milliards de choses douces et belles
C'est pas du sable artificiel, c'est du métal très solide comme le parfum des fleurs
Je vivrai pas sous le règne de ta terreur

 
Publié par 276 4 le 25 mai 2015, 19:24.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000