Facebook

 

Paroles de la chanson «Sous les Arcades» par FAUVE

Vieux Frères - Partie 2
0 0
Chanteurs : FAUVE

Paroles de la chanson «Sous les Arcades»

Dans la dernière leçon, nous avons, si non étudier, du moins défini
Ce qu'on entends par relation ordres sur un ensemble
Je dis défini, si non étudier, parce que nous n'avons pas tout dis, loin de là.

Face au miroir
Je craque une allumette
J’invoque le feu
Je fais tourner mes mantras à voix basse
Je les égrène comme un chapelet
Bientôt, va falloir montrer les dents
Et rentrer dans l'arène sous les strobes et le bastringue

Le stress me tourne autour
Façon vautour, j'en mène pas large
Mais je sais que t'es avec moi
Que tu peux faire jaillir l'orage de tes doigts
En ce qui me concerne, je serai pas en reste
J'aurai le chrome dans ma main droite même si au début je tremblerai peut-être

Allez ! Écrase ta sèche dans un verre plein
Avale ton mélange d'une traite pour le coup de fouet !
Défait tes mains et serre-moi contre toi
On va rejoindre les autres
On va reprendre notre place dans cette colonne
Dans ce cortège des bras cassés, des lâches-rien
Auquel on appartient

Plus que quelques secondes et on va pouvoir
A nouveau envoyer nos coups de chien
Regarder la folie reprendre ses droits
Danser comme des pantins
Tanguer de bâbord à tribord
Et chanter tous ensemble ce refrain à la façon d'un chant de marin

(Refrain)
Que la fièvre marche avec nous
Sous les arcades et sous les coups
Fleur au fusil, sourire en coin
Tête en avant, oublie tout
Lâche les chevaux, rends-les fous
Attrape la fureur à pleines mains

Que la fièvre marche avec nous
Sous les arcades et sous les coups
Pied au plancher, amour au poing
Tête en avant, oublie tout
Lâche les chevaux rends-les fous
Attrape le tonnerre à pleines mains

Les yeux rivés au plafond, j'entends le vent mauvais dehors
Qui se remet à hurler sur les avenues et les boulevards
Avec la rage d'un ex-taulard qui ferait le tapin
Je me raconte des histoires étranges
Et puis j'essaie de penser à rien

La panique me serre les rouleaux, façon virago
Mais je sais que tu seras jamais loin
Toujours dans le coin de mon œil
Dans mon champ de vision
Toi qui peux cogner si fort
Quant à moi je te laisserai pas tout porter
T'inquiètes, j'essaierai de faire en sorte que l'air dans mes poumons soit brûlant

Allez ! Passe-toi de l'eau sur le visage
Mets-toi quelques gentilles claques
Fais craquer tes phalanges
Et serre-moi contre toi
On va retrouver les gars
On va reprendre notre place dans cette colonne
Dans ce cortège des bras cassés, des lâches-rien
Auquel on appartient

Plus que quelques secondes
Et on pourra encore une fois
Jouer aux indiens sur un champ de mine
Hurler à la Lune
Danser comme des pantins
Tanguer de bâbord à tribord
Et chanter tous ensemble ce refrain à la façon d'un chant de marin

(Refrain)
Que la fièvre marche avec nous
Sous les arcades et sous les coups
Fleur au fusil, sourire en coin
Tête en avant, oublie tout
Lâche les chevaux, rends-les fous
Attrape la fureur à pleines mains

Que la fièvre marche avec nous
Sous les arcades et sous les coups
Pied au plancher, amour au poing
Tête en avant, oublie tout
Lâche les chevaux rends-les fous
Attrape le tonnerre à pleines mains

Sur les sentiers tortueux
J'avance aux côtés de ma ferveur fidèle compagnon de voyage
Face au vacarme j'ai mes rituels étranges
J'ai les mains au fond de mon blouson
Dans lesquelles j'ai placé mes fétiches que je fais s'entrechoquer

L'angoisse me file la courante, c'est pas gagné
Mais je sais que t'es là
Toujours à ma portée comme je suis à la tienne
Tu le sais, je tiens mes promesses, je mens rarement
J'ai des cartes plein les manches (plein les manches)
Et tous mes talismans

Allez ! Allez ! Avale tes pilules
Descends, rejoins-moi dans la rue
Que je te serre contre moi
On va rattraper les autres
On va rattraper le train
On va reprendre notre place dans cette colonne
Dans ce cortège des bras cassés des lâches-rien
Auquel on appartient

On a des heures devant nous pour buter la nuit
Boire, fumer, s'abîmer la santé
Se dire de belles choses et fantasmer
Profiter du temps qui passe
Danser comme des pantins
Tanguer de bâbord à tribord
Et chanter tous ensemble ce refrain
A la façon d'un chant de marin

(Refrain)
Que la fièvre marche avec nous
Sous les arcades et sous les coups
Fleur au fusil, sourire en coin
Tête en avant, oublie tout
Lâche les chevaux, rends-les fous
Attrape la fureur à pleines mains

Que la fièvre marche avec nous
Sous les arcades et sous les coups
Pied au plancher, amour au poing
Tête en avant, oublie tout
Lâche les chevaux rends-les fous
Attrape le tonnerre à pleines mains

 
Publié par 276 4 le 25 mai 2015, 20:12.
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000