Paroles officielles de la chanson «Le Flingue A Renaud» : Lino

Albums :

Paroles officielles de la chanson "Le Flingue A Renaud"

Souvent, les nerfs parlent plus fort que la raison
J'chante ce millénaire et j'pars en rafale de métaphores sur les ondes
J'suis des coins où les anges disparaissent sous des linceuls
Rien n'change, mes raps sont toujours des caresses, des poings dans la gueule
J'mange le mic', chanson d'paria, la prod' sature
C'est pour les microbes, Marianne en gode ceinture
En live du commissariat, baise la jeunesse comme une femme couguar
Quartier disciplinaire, couleur coke, shit et brown sugar
Les dingues, j'dois soulever ; aux coups durs, j'm'abonne
J'ai retrouvé le flingue à Renaud dans les égouts du top albums
Coincé entre la rage de Trust et la guitare à Brassens
Parce que l'insoumission fait du lap-dance à plein temps
Ça rappe et la peur revient charbonner
Quand j'vois le Printemps arabe et les fleurs que ça a donné (tch tch)
Jusqu'à l'échelle du biz', y'a plus rien d'marquant
Ils m'visent comme si j'avais giflé BHL avec un exemplaire de "Mein Kampf"
À quand l'bordel ? Y a trop d'amour sans vaseline
J'ai la défaite dans l'viseur, planqué dans la tour voisine
Graine de terroriste, j'viens les irriter jusqu'à plus d'heure
J'mets la vérité à poil j'fais des attentats à la pudeur

J'pare-choque l'écran, j'véhicule mes idées sans frein
J'fais des films pour aveugles où on meurt pas à la fin
J'viens pas sauver la veuve, l'orphelin, d'la poudre j'sens l'parfum
J'passe aux aveux sur un gros son, la loi on enfreint
J'pare-choque l'écran, j'véhicule mes idées sans frein
J'fais des films pour aveugles où on meurt pas à la fin
J'viens pas sauver la veuve, l'orphelin, d'la poudre j'sens l'parfum
J'avais du mal à cracher ma frustration, maintenant, j'ai un flingue

J'veux venger mon épiderme loin des MC qui supplient
Ma patate vient d'Gorée en passant par l'Mississippi
Moi, j'ai l'cœur, c'est un moteur d'Panamera
Et j'rejoue la fin d'Scarface à jeun avec de meilleures caméras
De la jungle comme Malcolm, j'repère les fauves déguisés
Ma haine est née sous X, retour aux Pyramides de Gizeh
Les soucis pleuvent, trop d'pression dans la salle
Ils versent l'essence de Guerlain sur l'brasier des tensions raciales
Ça commence à faire loin, j'vois toujours pas la Terre Promise
On est toujours esclaves
Dis-le au monde, j'm'occupe des frères, des homies
Dans mes phases : une France qui s'embrase se dessine
Un troisième doigt pointé, c'est mon blase en langage des signes
J'm'engage du bout des lèvres, ma destinée j'dois piloter
J'suis un leader qui refuse de prendre ses responsabilités
J'ai la sensibilité d'une gâchette, mes blessures ont du style
Les guerriers sûrs sont HS ; le désespoir, c'est un combustible
Ici, les IVG s'font en shootant les cigognes
Vu qu'on préfère les mensonges qui rassurent...
Aux vérités qui cognent
Quand les traders spéculent en s'explosant la cloison nasale
On encule mon intelligence en exposant l'poison d'Chazal

J'pare-choque l'écran, j'véhicule mes idées sans frein
J'fais des films pour aveugles où on meurt pas à la fin
J'viens pas sauver la veuve, l'orphelin, d'la poudre j'sens l'parfum
J'passe aux aveux sur un gros son, la loi on enfreint
J'pare-choque l'écran, j'véhicule mes idées sans frein
J'fais des films pour aveugles où on meurt pas à la fin
J'viens pas sauver la veuve, l'orphelin, d'la poudre j'sens l'parfum
J'avais du mal à cracher ma frustration, maintenant, j'ai un flingue

J'avais rencard avec l'Histoire mais cette pute est pas venue
Donc laisse-moi faire mon réquisitoire à la gloire des avenues
La guerre, c'est un art, et la victoire une science
Si l'Mac, c'est l'Diable, le logo d'Apple, c'est l'fruit défendu d'l'arbre d'la connaissance
Les kalashs aboient leur race, le fourgon passe, autour d'un Bourbon
Ils tracent le nouvel ordre avec l'équerre et l'compas
Les chiens d'la casse entrent tendus, cherchent le Messie
Sache qu'les négros pendus ont tous quelque chose de Tennessee
Des proses, un calibre, t'as besoin d'ennemis comme moi
J'suis pas un rappeur conscient, libre, j'suis raide, j'rappe dans un semi-coma
Qui dit rien consent, regarde nos marques
J'devrais les prévenir, être sincère dans l'faux, c'est être mort pour de vrai
Shoot de près, pas à terre, pas d'blessure superficielle
J'donne la matière pour ma biographie non-officielle
Avec la rue, j'ai des atomes crochus, donc du mal à rester droit
On apprend d'nos défaites et d'nos chutes
La réussite est une pute vertueuse qui baise quand ça lui chante
La vie est une tueuse à la silhouette alléchante (tch tch, tch tch)
Perdu sur l'échiquier, on monte pas au top sans les bases
On peut tout faire avec un chéquier sauf stopper les balles

J'pare-choque l'écran, j'véhicule mes idées sans frein
J'fais des films pour aveugles où on meurt pas à la fin
J'viens pas sauver la veuve, l'orphelin, d'la poudre j'sens l'parfum
J'passe aux aveux sur un gros son, la loi on enfreint
J'pare-choque l'écran, j'véhicule mes idées sans frein
J'fais des films pour aveugles où on meurt pas à la fin
J'viens pas sauver la veuve, l'orphelin, d'la poudre j'sens l'parfum
J'avais du mal à cracher ma frustration, maintenant, j'ai un flingue

Outro

 
 


Facebook