Paroles officielles de la chanson «Cartes Sous L'coude» : Vald

Compositeurs : Robin Sandor Waiss
Chanteurs : Vald
Auteurs : Valentin Le Du
Éditeurs : Wati B Editions, Suther Kane Films, Mezoued Records
Albums :

Paroles officielles de la chanson "Cartes Sous L'coude"

J’m’en bats les couilles, j’ai d’autres cartes sous l’coude
On m’regarde de travers attendant qu’j’fasse un faux pas
Mais nan, je n'lécherai que dalle pour m’faire d’nouveaux copains
Ce soir, je coupe à rien, y’a d’jà trop d’merde dans l’Coca
C’est adorable, dès qu’j’ouvre un œil, y’a l’tard-pé qui m’fait "coucou"
Ces 'tasses-pé' osent croire qu'j’suis chtarbé parce que j’rappe pas comme un zoulou
Ok, j’cours vite, ces zombies sont prêts à tout
Ça fait la cour pour quatre balles, fait l’amour sous rapta
Croit qu’faire la dif', c’est faire d’la maille
Faire d’la maille, faire d’la merde mais faire d’la maille
Seul Dieu peut les juger, ouais, l’procès va être hardcore à négocier
(J’ai des dossiers) J’ai plus tendance à morfler pour mes torts plutôt
Qu’torcher l’cul d’l’autre et clamer l’forfait morveux
Moi, j’m’en bats les couilles, j’ai d’autres cartes sous l’coude
On passe nos vies pourchassés par les people
Du popers dans la pipe, et puis t’oublies que les dés sont pipés
Pépère, à l’épicerie, l’caissier m’épie, croit qu’j’pé-ta plein d’peanuts

Or, j’m’en bats les couilles, j’ai d’autres cartes sous l’coude
Elle m’dit : "C’est naze, ton proverbe veut rien dire, chouchou"
J’lui dis : "C’est ça, c’est comme ton amour pour l’flouze"
Elle m’dit : "V.A., faut bien qu’j’me poupoune et qu’j’me r’fasse faire les gougoutes"
Or, j’m’en bats les couilles, j’ai d’autres cartes sous l’coude
Elle m’dit : "C’est naze, ton proverbe veut rien dire, chouchou"
J’lui dis : "C’est ça, c’est comme ton amour pour l’flouze"
Elle m’dit : "V.A., faut bien qu’j’me poupoune et qu’j’me r’fasse faire les gougoutes"

Ouais, j’m’en bats les couilles, j’ai d’autres cartes au cas où qu’on m’démarre
Autour, y’a d’drôles de dames et d’autres drôles de bail
Donc à quoi m’sert de prier Notre Dame ? Mon cœur, j’ai colmaté
J’serai plus jamais l’bon gars d’autrefois mais
Ma foi, j’m’en bats les couilles, j’ai d’autres cartes en fouille
Ambiance de G.A.V. quand j’arrive en interview
On m’dit : "C’est courant pour un 'losse-bo' d’jouer les voyous"
J’dis : "C’est courant pour un journaliste de s’noyer dans ses boyaux"
Fais attention, j’ai conscience lorsque j’consomme que j’consolide mon cancer
J’vais faire concis pour les conseils, je m’considère comme cafard
J’me casse la fraise pour pas cher, tant qu’à canner
J’dis : "Qu’à c'la n’tienne, j’irai l'faire sans aucun crédit"

Ouais, j’m'en bats les couilles, j’ai d’autres cartes sous l’coude
J’ai de l’imagination, les autres ont du tulle gras
Sullyvan, c’est un esprit sain dans un pull "Drogue"
(Sullyvan, c’est un esprit sain dans un pull "Drogue")

Or, j’m’en bats les couilles, j’ai d’autres cartes sous l’coude
Elle m’dit : "C’est naze, ton proverbe veut rien dire, chouchou"
J’lui dis : "C’est ça, c’est comme ton amour pour l’flouze"
Elle m’dit : "V.A., faut bien qu’j’me poupoune et qu’j’me r’fasse faire les gougoutes"
Or, j’m’en bats les couilles, j’ai d’autres cartes sous l’coude
Elle m’dit : "C’est naze, ton proverbe veut rien dire, chouchou"
J’lui dis : "C’est ça, c’est comme ton amour pour l’flouze"
Elle m’dit : "V.A., faut bien qu’j’me poupoune et qu’j’me r’fasse faire les gougoutes"

Allez, je bouge de là, je suis galant
Pour pas foutre le feu, je moonwalk machinalement
Tous ces pantins font de la Pop à chier
Même pire, ils péra comme des brosses à chiottes
Je te dis : "Ça m’dérange assez, frère, faudrait leur chlasser l’aorte"
C’est là que le videur s’active, m’empêche de ti-sor avant
L’entracte, alors je tire, cet enfoiré pisse v’là le sang
J’enfourche ma motocyclette surnommée "Le Tricératops"
Derrière, les keufs s’écrient : "Mais, surtout, visez la tempe !"
Au bout d’un coin de rue, je les ai semé
Ce n’est qu’à ce moment que j’ai crevé
Le seum est en moi, ça, le clochard l’a bien vu
Il me souhaite la bienvenue
Sur son sommier en carton, j’ai sommeil
Mais je trace, on sait tous que si je m’endors, il va me siffler de l’oseille
Donc j’opère en scred, esquive ses lamentations
J’avance comme un passant qu’aurait rien vu, l’ambiance est glaçante
"Salut !" dit Samantha, "Pour quarante balles, j’la mange !"
Qu’ce soit l’rap de merde, le clochard ou les putes, tous veulent mon cash

Or, j’m’en bats les couilles, j’ai d’autres cartes sous l’coude
Elle m’dit : "C’est naze, ton proverbe veut rien dire, chouchou"
J’lui dis : "C’est ça, c’est comme ton amour pour l’flouze"
Elle m’dit : "V.A., faut bien qu’j’me poupoune et qu’j’me r’fasse faire les gougoutes"
Or, j’m’en bats les couilles, j’ai d’autres cartes sous l’coude
Elle m’dit : "C’est naze, ton proverbe veut rien dire, chouchou"
J’lui dis : "C’est ça, c’est comme ton amour pour l’flouze"
Elle m’dit : "V.A., faut bien qu’j’me poupoune et qu’j’me r’fasse faire les gougoutes"

 
 


Facebook