Paroles officielles de la chanson «Retour» : Vald

Compositeurs : Robin Sandor Waiss
Chanteurs : Vald
Auteurs : Valentin Le Du
Éditeurs : Wati B Editions, Suther Kane Films, Mezoued Records
Albums :

Paroles officielles de la chanson "Retour"

C’est l'retour de Stallone, bastos et sueur à l’honneur
Et j’ai du teu-shi marron, des allures de glandeur
La musique, c’est paro, cerveau dans un grinder
Levis et ch’mise à carreaux, des allures de franges

Tous les jours, c’est Halloween, j’suis Myers et j’suis franc-jeu
Si ta grande gueule parle au FISC, tu vas finir barre au cli-toris, et je suis gentil, oui, cordial et puis courtois ; j’ai la panoplie
J'dors pas, je sais pourquoi, c’est qu'j’ai pas vos fi-nances.
J’peux pas m'toucher toute la journée, j’entends glousser ta clique ?
J'mets ton corps dans d'l’acide et puis j’observe mousser ta vie
Tu peux douter, ma biche, tout, tout, tout n’est qu’magie
Sauf l’hépatite. Je secoue, les platines mouillent et puis je fourre les papilles
Tout est gratis. C’est l'retour du Boogie-boug et d'la rime
Comme si j’étais déjà parti. J'vous dis : j'bousille tout, c’est ma ligne
De conduite. Je reviens comme Schoomy sur les chapeaux d'roue
Sur les champs, dans les chattes soumises et les charts pourris
Télécharge ! J’vous dis : j’ai des charges horribles et c’est pas
Qu'j’oublie mais, des fois, j'souris comme Ray Charles
J’savais pas qu’à chaque cachet y’avait la moitié pour l’Etat
Ok, j'suis busy, sur un freezbee, dans une piscine, j’ai d'la bibine Bi
Bi-bi-bi-bi-biatch, c'que j'poursuis n’est pas trivial. C’est
L'retour d'jeux mots pourris pour les rookies s'croyant doués sous weed
Bande de pédés, vous êtes mous, émotifs, doux et dociles !

C’est l’retour, c’est l'retour, c’est l’retour du retour du retour

Du retour du retour du retour du retour du retour du retour du retour…

- « Vous n’en avez pas assez d’écraser chaque année la rentrée littéraire ?
- Non
- C’est tout c’que ça vous inspire ?
- Non, j’accepte cette domination avec calme
- Et détermination ?
- Non, non, pas besoin d’être très déterminé… j’accepte ma supériorité avec calme… »

T’enchaînes les verres, sans, t’es limité ; tu comprends rien car t’es limité
Street clip : budget limité ; tu suces ou tu fais qu’imiter ?
Hey, tu restes entière quand tu t'fais limer ? C’est l’idée, mais la vérité
T’adores le rap, tu connais many men, many zgeg de many gwer
Ces deps me surnomment "Eminem", c’est débile, j’ai pas l’pedigree
J’suis en Teddy, ouais, j'l’ai gardé du clip "Shoote un ministre", hey !
Que des bouses infinies. Tout pour la playlist ou des pénis
Vous faites la guerre, mais vous êtes plein d’affinités
J’veux plus rien entendre, tu fais pas d'biz quand tu fais l’aumône
Lèche pas d'bites pour les phéromones, wesh mamie, t’as les fers en l’air !
J'paye l’addition sans dire un mot, d'jà qu'j'paye le grec au prix du homard
La nuitée m'transforme en pyromane, ressens ma flamme étinceler en toi
Je n'sais que dalle, je nie en balle, d'vant sa chatte, je m’y engage
Dans la flasque, que du dix ans d’âge, j'vous chie d'ssus, et j'vous l'dis en face, hey !

Je vous chie d'ssus et j'vous l'dis en face

 
 


Facebook