Paroles officielles de la chanson «Le Jardin» : James Delleck

Compositeurs : James Delleck
Auteurs : James Delleck
Chanteurs : James Delleck
Arrangeurs : Azul
Éditeurs : Lili Louise Musique
Albums :

Paroles officielles de la chanson "Le Jardin"

Il y flotte toujours un glacial vent d’hiver
Où croupit la pisse des bergers sans muselière
Quelques crevasses ressortent dans la lumière
Ses frontières s’étendent comme l’injustice d’un cancer

Il y pousse des tulipes mellifères
Et de jolies jolies roses trémières
Les ronces sont ornées de couronnes dentaires
Dans le jardin d’Hitler

C’est le royaume des vers de terre
Des larmes d’enfants et de leur mère
Une pépinière de pus calcaire
Dans le jardin d’Hitler

Plutôt paisible je l’confère
Arrosé d’une haine urinaire
Les étoiles elles sont sous la terre
Dans le jardin d’Hitler

Du chiendent à l’odeur de chaire
Ondule dans des orifices oculaires
Putréfiés sous une lune aurifère
Dans le jardin d’Hitler

Même les insectes préfèrent s’épanouir en lisière
Evitant les fleurs de l’aride litière
Bien derrière le lit de la petite rivière
Là où sont emprisonnées tant de prières

Certes d’un style un peu militaire
Les bourgeons y croisent quelques maxillaires
Le pollen sent le gaz et l’éther
Dans le jardin d’Hitler

Des cris remontent comme des lianes de lierre
Chuchotés pour passer les millénaires
Acides comme du liquide biliaire
Dans le jardin d’Hitler

Quelle connerie de retourner poussière
Le pire c’est que dans l’ombre d’hier
Des senteurs me semblent aujourd’hui aujourd’hui si familières

Peut-être que l’Aryen n’est pas qu’en arrière
Et que le putain d’temps n’a pas tout recouvert

 
 


Facebook