Paroles officielles de la chanson «Lapin Carnivore» : James Delleck

Compositeurs : James Delleck
Auteurs : James Delleck
Chanteurs : James Delleck
Arrangeurs : Camille Ballon
Éditeurs : Lili Louise Musique
Albums :

Paroles officielles de la chanson "Lapin Carnivore"

Ma bouche est lissée d’incisives joliment aiguisées
Qui sait de toi ou de moi est le plus déguisé

Imposteur ta posture de vie est carrier
En réponse contre-nature j’suis devenu carnassier

Puisque tu as détaché mes liens d’aliéné
Je vais t’digérer pour mieux te recracher

Je suis pourtant putréfié à l’ADN déformé
Mais tu vas caresser ma fourrure en verre pilé

Mutilé par l’altitude prêt à dévorer les rois
Jouant de la servitude pour approcher mes proies

Avec une douce mâchoire affûtée comme une disqueuse
Et des yeux d’où s’échappe une poésie visqueuse

C’est sans juron que mes crocs ont l’amour cruel
Prompt à pratiquer d’adorables trachéos manuelles

J’aurais pu devenir un jeune cadre qui s’ennuie
Mais maintenant c’est trop tard je suis

Un lapin carnivore
Vous n’être plus dignes d’être les dominants du réel
Depuis que j’ai retrouvé vos sourires dans mes selles
Condamnés sans appels dans une chute sans rappel
Sapiens savoure mes câlins au scalpel

Premier spécimen de la nouvelle espèce
Pestiféré qui dépèce avec politesse

Toutes tes croyances je les mets en pièce
Pendu à ta jugulaire cramponné comme un herpès

Oh tu as mal au cou ça te blesse
Que ce soit à mon tour de tirer sur ta laisse

Docilement mes ancêtres vous ont nourri
C’est sur le champ que tu en paies le prix

N’espère pas clémence tu fais partie de mon festin
Dés lors le moindre lapin vous arrachera les mains

Pas de bimbo ni de fortune pour la roue du destin
Les victimes d’hier deviennent les monstres de demain

Dans mon dédale j’rime moi l’cannibale sans déprime
Qui déballe ses crimes comme une hyène au régime

Sous une pluie qui bruisse le bruit j’en suis le fruit
Tes principes s’enfuient juste je suis

Un lapin carnivore
Vous n’être plus dignes d’être les dominants du réel
Depuis que j’ai retrouvé vos sourires dans mes selles
Condamnés sans appel, dans une chute sans rappel
Sapiens savoure mes câlins au scalpel
X 2

 
 


Facebook