Paroles officielles de la chanson «Ma Solitude» : Kendji Girac

Albums :

Paroles officielles de la chanson "Ma Solitude"

On dit des mots qu’on ne pense pas
A trop crier on reste sans voix
La vie nous sépare, le temps ne répare pas
Les cœurs en éclats, les cœurs en éclats
On s’fait du mal, parfois sans vouloir
On s’retrouve seuls dans un long couloir
On prie pour remonter le temps
Juste une seconde avant
De détruire tout espoir

Ce soir
Ma solitude et moi
On n’parle que de toi
On attend tous les deux
Que tu reviennes
Quand il n’y a que tes yeux
Qui me retiennent
Ce soir
Ma solitude et moi
C’est fou comme on a froid
J’me nourris de silence
Et tout me pèse
Je sauve les apparences
Mais rien n’m’apaise

Quand les sanglots ont tué la joie
Quand on s’est pardonné trop de fois
On rêve, on s’dessine un présent
Un peu plus beau qu’avant
Pour aller vivre où l’amour et roi

Ce soir
Ma solitude et moi
On n’parle que de toi
On attend tous les deux
Que tu reviennes
Quand il n’y a que tes yeux
Qui me retiennent
Ce soir
Ma solitude et moi
C’est fou comme on a froid
J’me nourris de silence
Et tout me pèse
Je sauve les apparences
Mais rien n’m’apaise

Quand les sanglots ont tué la joie
Quand on s’est pardonné trop de fois
On rêve, on s’dessine un présent
Un peu plus beau qu’avant
Pour aller vivre où l’amour et roi

Ce soir
Ma solitude et moi
On n’parle que de toi
On attend tous les deux
Que tu reviennes
Quand il n’y a que tes yeux
Qui me retiennent
Ce soir
Ma solitude et moi
C’est fou comme on a froid
J’me nourris de silence
Et tout me pèse
Je sauve les apparences
Mais rien n’m’apaise

Ce n’est pas ta main dans mes cheveux
C’est juste le vent capricieux
Qui souffle sur nos souvenirs
Et qui me vole à ton sourire
Ce n’est pas toi derrière la porte
C’est juste le vent qui t’emporte
Le silence ne sait pas mentir …

Ce soir
Ma solitude et moi
On n’parle que de toi
On attend tous les deux
Que tu reviennes
Quand il n’y a que tes yeux
Qui me retiennent
Ce soir
Ma solitude et moi
C’est fou comme on a froid
J’me nourris de silence
Et tout me pèse
Je sauve les apparences
Mais rien n’m’apaise

 
 


Facebook