Paroles officielles de la chanson «Les Marcheuses De La Nuit» : Gatha

Chanteurs : Gatha
Compositeurs : Agathe Issartier
Auteurs : Agathe Issartier
Arrangeurs : Jean Thevenin, David Sztanke
Éditeurs : Universal Music Publishing
Albums :

Paroles officielles de la chanson "Les Marcheuses De La Nuit"

Je l'aime à tort et travers l'espoir du nous
Dans cette immense cacophonie les rires sont doux
Les crins d'amour de mon Gustave ne suffisent plus
A remplir l'air de toutes ces vibrations tendues.
J'irai dénicher les parfums d'or au cou des sautes
Pour te prouver que je ne suis pas faite pour un autre.
Les sirènes d'Ulysse hurlent et je succombe,
En vérité je n'aurai rien vu du monde.

Nous somme les marcheuses de la nuit
Nous sommes les heureuses qui sous la pluie,
Courent et lavent les peurs comme on sourit,
Si frêles dans la ville à éviter les ennuis

Je l'aime à tort et à travers l'espoir du vous.
Dans cette immense cacophonie, elle t'appelle « mon lou ».
Je suis blindée comme cette porte l'autre fois,
Que tu voulais tant faire sauter pour voir mes joies.
Je croyais mon cœur inapte à battre des records
Et mes yeux dans les tiens soumettront les remords
A vouloir dénouer les histoires en ronde,
Qu'aurons-nous vu de la beauté du monde.

Nous somme les marcheuses de la nuit,
Nous sommes les heureuses qui sous la pluie,
Courent et lavent les peurs comme on sourit,
Si frêles dans la ville à éviter les ennuis

Ne me touche pas, je vais me noyer dans le lagon des illusions,
Ne me touche pas, je suis si lassée de cette tonne de doutes incessants de frissons
Avec moi, jouer à « touché coulé »
Te laisser toujours gagner pour mieux me relever.
Ne me touche pas, mon amour je parais bien plus forte que ce que tu crois vraiment.

Nous somme les marcheuses de la nuit,
Nous sommes les heureuses qui sous la pluie,
Courent et lavent les peurs comme on sourit,
Si frêles dans la ville à éviter les ennuis.
AHAHAHAHAHAHHA

Et la fraîcheur perdue du bon temps est combattre.
Vas-tu me dessiner les instants suspendus
Je suis pas une de ces sirènes à qui tu succombes à vendre du bluff aux Ulysses / de la
Poudre aux yeux jusqu'à leur tombe.
La solitude n'offre rien de bon quand elle perdure.
Ho ho ho la solitaire se mure dans son bonheur protecteur /
Ho ho ho rejoindras tu les rivages de nos demeure

 
 


Facebook