Paroles officielles de la chanson «Le Charme De La Tristesse» : Kamelancien

Compositeurs : Zahzah Foued
Chanteurs : Kamelancien
Auteurs : Kamel Houari
Éditeurs : Emi Music Publishing France, Main 2 Maitre, Cassiope
Albums :

Paroles officielles de la chanson "Le Charme De La Tristesse"

Le charme de la tristesse
Savoure, savoure, savoure
Kamelancien c'est du lourd comme Aznavour
C'est pour Yahya, Mamadou et Steeve
C'est pour Oujda, Bamako et Setif
J'viens tout niquer comme les Généraux en Algérie
Ouais la rue me kiffe, elle m'appelle "mon chéri"
J'ai toujours pas d'femme j'fais l'amour à ma feuille
J'aime la misère, tous les jours elle m'accueille
Traîne à Kremlin, traîne a Krinihoud
J'fais toujours l'même chemin j'suis pas radin j'suis pas un lihoud moi
J'aime mes frangins, toujours à jeun, on rêve de compèt' on rêve de cage hein !
Les MC s'la pètent, mais qu'est-ce que tu veux frère,
Mais qu'est-ce tu veux faire, ils ont rien dans la tête
À part des rimes, moi le rap c'est secondaire, la tête sur les épaules et les pieds sur le tèr-tèr
1, Jean 501, une paire de TN, un banlieusard, Kamelancien
J'suis simple comme mon hall, comme mon ghetto
Jamais d'anniversaire, jamais d'gateau
Et l'vieux 'adess dur comme la pierre
Et vive moi l'hass, moi j'kiff la hass
Tu réussis bsahtèk, moi je m'en fous
Bientôt l'rap c'est fini, bientôt je m'enfuis
J'pense au prophète Youssef, et la j'me dit "c'est fou c'que j'suis dans l'zef"
La vie c'est pas dur, c'est l'homme qui rend ouf, la femme qui rend
Ouf, l'argent qui rend ouf
On est pas reconnaissant, vive le Tout-Puissant
J'rappe en même temps j'pense à c'qui nous attend
Tu l'a bien deviné, j'suis un taré
Terré dans mon quartier, j'suis toujours paré
T'as la rage cousine, j'te calcule pas
Ne lui en veut pas, Kamel il est comme ça
J'répond jamais, avant personne me sonnait,
Maintenant un par un, tout l'monde me connaît
Les p'tits jeunes me tchèkent, prennent la confiance, j'résiste, à l'époque c'était direct violence
Lance, Bimbadaboum, toujours timide comme à l'époque des boums
Des fois j'reste chez moi, dehors y a rien a faire, y a rien a voir c'est toujours la même mon frère
On s'regarde vieillir, y a pas plus tard qu'hier, on était une bande de gamins qui attendait l'hiver
Le quartier nous a marqué, rien qu'on s'fait remarquer, si tu tombes j'suis là pour t'remorquer
On s'entraîne, à bas les traîtres! Des baffes dans leurs gueules, c'est comme ça qu'on les traite
J'suis fils aîné de la tristesse, elle m'a élevé, je l'aime, devant le monde entier je l'atteste
EMPF 22150
5
Avec elle j'suis bien, j'm'embrouille jamais
Elle m'a appris à m'relever, m'a appris à ramer
Elle a fait d'moi Kamelancien, un chien d'la rue
Hein rue ! L'égalité, moi j'viens d'la rue
Là ou, les darons galèrent à mort, la où la jalousie passe par les rats morts
Là ou l'Aïyn met fin à des carrières
3, 4 frères pas plus, surveille tes arrières
J'suis foutu dès qu'j'quitte mon quartier plus d'3 jours
J'suis pas bien, j'suis triste, j'attends le retour.

 
 


Facebook