Paroles officielles de la chanson «Tiroir-Caisse» : Oxmo Puccino

Chanteurs : Oxmo Puccino
Compositeurs : Julien Taberlet
Auteurs : Julien Taberlet
Éditeurs : Warner Chappell Music France
Albums :

Paroles officielles de la chanson "Tiroir-Caisse"

Tu t'cherches des raisons complexes
En vrai tu sais pourquoi on t'blesse
Aucune exception c'est la règle du tiroir-caisse, tiroir-caisse yes

Enlève mon poster de chez oit
Fils de pute je suis ton supérieur
Je vais te botter ton postérieur
Je vais te boucher ton trou de mémoire
Y'a que les amis qui me demandent
Qu'est-ce que tu peux faire pour moi
Souhaiter vouloir, aussi faut-il y croire

Enlève mon poster de chez oit
Fils de pute je suis ton supérieur
Je vais te botter ton postérieur
Je vais te boucher ton trou de mémoire
Y'a que les amis qui me demandent
Qu'est-ce que tu peux faire pour moi
Souhaiter vouloir, aussi faut-il y croire

Si on se serre tous les coudes on passe pas le couloir
Laisse-moi jobber, rejoins le clan des commères
Ouais c'est toi le best, reste assis traite la terre de faux frères
Avec ta sale équipe qui file des high kick au lieu des coups de pouce
Je dois me lever tôt, vas te laver aux bains douches tracer
Au lieu de chercher des fautifs, et des motifs
4 albums on devient de moins en moins émotif
La haine envers ceux qui s'énervent contre les gens qui taffent dur
Aux hypocrites, je préfère les crapules
Lis ton script, si l'ambiance de révolte est électrique
C'est que dans mes veines circulent 1000 volts

Tu t'cherches des raisons complexes
En vrai tu sais pourquoi on t'blesse
Aucune exception c'est la règle du tiroir-caisse, tiroir-caisse yes

Enlève mon poster de chez oit
Fils de pute je suis ton supérieur
Je vais te botter ton postérieur
Je vais te boucher ton trou de mémoire
Y'a que les amis qui me demandent
Qu'est-ce que tu peux faire pour moi
Souhaiter vouloir, aussi faut-il y croire

Enlève mon poster de chez oit
Fils de pute je suis ton supérieur
Je vais te botter ton postérieur
Je vais te boucher ton trou de mémoire
Y'a que les amis qui me demandent
Qu'est-ce que tu peux faire pour moi
Souhaiter vouloir, aussi faut-il y croire

Trop de gueules à nourrir, plus de bouches à coudre
Tu me voyais mourir, mes lèvres crachent la foudre
T'as entendu que j'étais fini, je suis le seul à décider
Te force pas à me féliciter j'aurai des choses à raconter
Tant qu'on trouve des gens pour comploter, des cases à compléter,
Des cônes pour flotter, des connes à peloter,
Une expérience qui fait sangloter,
Un discours, une corpulence enveloppée.
Aucune revanche à prendre, récupérer son dû
Les gens les impôts, te tombent dessus
Deux ranchs à revendre
Auteur interprète compo polyvalent
Le plaisir monte mon engin jamais mollit va lent
D'où je puise cette énergie ?
Dans les rayons de l'oseille
Trois crayons sous la colère de poséidon

Tu t'cherches des raisons complexes
En vrai tu sais pourquoi on t'blesse
Aucune exception c'est la règle du tiroir-caisse, tiroir-caisse yes

Enlève mon poster de chez oit
Fils de pute je suis ton supérieur
Je vais te botter ton postérieur
Je vais te boucher ton trou de mémoire
Y'a que les amis qui me demandent
Qu'est-ce que tu peux faire pour moi
Souhaiter vouloir, aussi faut-il y croire

Enlève mon poster de chez oit
Fils de pute je suis ton supérieur
Je vais te botter ton postérieur
Je vais te boucher ton trou de mémoire
Y'a que les amis qui me demandent
Qu'est-ce que tu peux faire pour moi
Souhaiter vouloir, aussi faut-il y croire

Apprends qu'il y a pas de fric ici
Un riche pour mille fauchés
Les gens disent que t'as touché,
Quelqu'un veut t'amocher !
Le rap français un village avec un triste clocher
Dix ans que j'avance la nuit pied au plancher
J'ai voulu quitter ce biz mais cette zik je l'aime
On meurt du succès, tout ce que ça ramène
Renoi fais gaffe, devant chez toi balaye
On te répond si t'appelle à l'aide
Trop de rimes pour my man "mam eight"
Souvenez-vous que c'est mon année
Je vous l'ai dit c'est le règne d'adaye
Yeah 2007, le début du bénéfice

 
 


Facebook