Paroles officielles de la chanson «Mandarinade» : Maurice Chevalier

Compositeurs : Henri Betti
Auteurs : Pierre Gilbert, Maurice Chevalier
Chanteurs : Maurice Chevalier
Éditeurs : Beuscher Arpege
Albums :

Paroles officielles de la chanson "Mandarinade"

MANDARINADE

Là-bas, tout au fond de la Chine
Vivait un puissant mandarin
En compagnie d' sa mandarine
Chinoise garantie bon teint
Le mandarin austère et grave
Avait pour nom Kéktufoula
Sa femme s'appelait Fleur-de-Nave
C'est pas courant mais c'est chinois

Ming et Ming et Bong
Ana Wong Ana King-Kong
Ming et Ming et Bong
Ana Wong Ana Ping-Pong

Un jour, il partit en voyage
En laissant sa femme au logis
Et la belle au cœur très volage
S'amouracha d'un de ses coolies
C'était un Nippon fort bel homme
Malgré son p'tit air effacé
Il portait un nom à la gomme
Yamamoto Kakapoté

Ming et Ming et Bong
Ana Wong Ana King-Kong
Ming et Ming et Bong
Ana Wong Ana Ping-Pong

Bien qu'il fut coolie agricole
Il n'avait rien d'un va-nu-pieds
Car il sortait d'une grande école
L'école des Nippons déchaussés
Un soir, au jardin, sous les branches
La mandarine se donna
Le Nippon s'en paya une tranche
Bien sûr, c'est jaune et ça n' sait pas !

Ming et Ming et Bong
Ana Wong Ana King-Kong
Ming et Ming et Bong
Ana Wong Ana Ping-Pong

Au bout de neuf mois, elle fut mère
D'un amour de poupon nippon
Mais le père s'était fait la paire
L' coolie avait fait ses paqu’sons
Et quand, de retour de voyage,
Le mandarin vit le lardon
Il s'écria, bouillant de rage
Je suis un mandarin citron !

Ming et Ming et Bong
Ana Wong Ana King-Kong
Ming et Ming et Bong
Ana Wong Ana Ping-Pong

Hélas le pauvre homme, ô supplice
Fut si frappé par ce coup là
Qu’il en attrapa la jaunisse
Seulement chez lui, ça se voyait pas
En effet soit dit sans malice
C’était vraiment du superflu
On peut se passer de la jaunisse
Quand on est chinois et cocu !

Ming et Ming et Bong
Ana Wong Ana King-Kong
Ming et Ming et Bong
Ana Wong Ana Ping-Pong

Et voila l’histoire est finie
Et le pauvre Kéktufoula
Après une lente agonie
A rendu son âme à Bouddha
La mortalité se devine
C’est que, lorsqu’on est mandarin
Faut surveiller sa mandarine
Sans quoi l’on y trouve des pépins.

Ming et Ming et Bong
Ana Wong Ana King-Kong
Ming et Ming et Bong
Ana Wong Ana Ping-Pong

 
 


Facebook