Paroles officielles de la chanson «Vilaine (La)» : Théodore Botrel

Compositeurs : Eugène Feautrier
Auteurs : Théodore Botrel
Chanteurs : Théodore Botrel
Éditeurs : Editions Fortin
Albums :

Paroles officielles de la chanson "Vilaine (La)"

D’après les anciens Ecrits,
C’est au temps où, dans Paris,
La Duchesse Anne était Reine
Qu’un soir d’Automne éploré
Naquit auprès de Vitré
La Vilaine.
Il faut en faire l’aveu :
Elle était bossue un peu
Et boîtait à faire peine ;
Il suffisait de cela
Pour que chacun l’appelât :
"La Vilaine"" !

Or, un jour que dans les prés
La fille aux cheveux dorés
Cueillait l'humble marjolaine,
L'héritier du vieux Manoir
Frôla, sans même la voir,
La Vilaine !
Mais depuis ce maudit jour
La pauvresse aima d'amour
Le fils de la châtelaine ;
Et, rôdant aux alentours,
Depuis lors on vit toujours
La Vilaine !

Et quand le Seigneur hautain
Partit en guerre, un matin,
Pour agrandir son Domaine,
Auprès de son destrier
II vit, tendant l'étrier,
La Vilaine !
Bravant le sort hasardeux
L'Adoré pique des deux,
Suivi de son capitaine ;
Et l'on vit, près des chevaux,
Courant par monts et par vaux,
La Vilaine !

Près des coursiers haletants
La pauvre alla bien longtemps
Jusqu'aux collines du Maine ;
S'écria, morte à moitié :
"Seigneur ! prenez en pitié
La Vilaine"!
Et l'ingrat, riant bien fort,
Jette une des pièces d'or
Dont son escarcelle est pleine ;
Puis il disparaît soudain
Laissant au bord du chemin
La Vilaine !

L'enfant, voyant son amour
Disparaître sans retour,
Sanglotait à perdre haleine
Tant, que son cœur se fendit...
Et c'est ainsi que partit
La Vilaine !
Aux lieux où l'enfant pleura
Une source se montra
Dont elle fut la marraine :
La rivière qui coula
Depuis ce jour s'appela
"La Vilaine"'.

 
 


Facebook