Paroles officielles de la chanson «Parlons D'amour» : Empati

Compositeurs : Jean Sully Ledermann
Chanteurs : Empati
Auteurs : Olivier Geai
Éditeurs : Lalouline Editions
Albums :

Paroles officielles de la chanson "Parlons D'amour"

Savoir aimer n’est pas la chose la plus aisée, faire tomber les barrières, comme on ce délaisse d’un sac de pierre.
Accepter de s’exprimer pour se livrer, en souhaitant qu’en face, la compréhension soit vrai, et censé.
Comprendre que l’amour ce n’est pas la petite maison dans la prairie, mais plutôt une quête, qui peut si on le veux, nous donner du bonheur à l’infini.
Je ne parle pas de la vadrouille au resto, ni même des moments ou l’on pose pour la photo, mais plutôt du temps passé à s’écouter, à se comprendre, afin d’engendrer une véritable complicité.
Aimer le sentiment qui a le don de nous faire se surpasser, mais également, celui de nous faire tellement douter.
Suis-je prêt à arrêter mes escapades, pour gravir l’échelon supérieur de l’escalade.
Suis-je prêt à tout donner, sans aucunes arrières pensées.
Suis-je prêt à m’abandonner, suis-je prêt ?
On a tous en nous le pouvoir de se laisser aller, encore faut il laisser nos cœurs agir avec humilité.
On parle beaucoup des relations des grands parents, qui restaient ensemble 57 ans.
Mais notre génération c’est plutôt se quitter, puis se mépriser, à la première entaille au règlement.
On relativise cela en disant ce protéger, puis, une fois s’être écartés, on revient afin de ce partager l’immobilier.
Deuxième couplet, besoin de parler de moi, c’est délicat mais finalement ça va de soi.
Au début casse gueule, je me rend compte que la rencontrer, je l’ai toujours rêvé.
Ce sentiment que j’ai longtemps ignorer, le mot engagement étant pour moi synonyme de flippant, j’ai profité me suis amusé pendant des années, sans forcément la nier, mais je n’avais jamais essayer de la rechercher.
Je sais bien que l’amour est revenu maintenant dans mon parcourt, et cela, malgré un long détour.
Qu’il faudra parfois que je me colle des pansements désangoissants.
Qu’il faudra ce battre contre les désagréments, avec pour seul attrait celui d’être rassurant.
Aimer je l’ai compris aujourd’hui, c’est accepter tout ce partage, cette complémentarité.
Faire attention à l’autre avec pour seule raison, laisser aller nos émotions.
Accepter le pardon, en lieu et place de l’abandon.
Se donner à l’autre, avec pour envie, celui de lui amener sur un plateau, le paradis.
Cette nuit j’ai fais un rêve... Celui de t’avoir enfin trouvé.
Était-ce juste un rêve ?

 
 


Facebook