Paroles officielles de la chanson «Le Malvenu» : Weepers Circus

Albums :

Paroles officielles de la chanson "Le Malvenu"

L'irrecevable :
Je m'élève en la petite mort,
Et donc, la bordure et le corps,
J'ouvre ta plus belle et cruelle danse,
La pointure et l'humeur, et j'encense.
Je m'élève en l'esprit petit,
Et donc, menue, la vertu polie,
J'ouvre la très haute et raide lecture,
Le regard gras, enluminures.
Je m'élève en la garde devenue,
Et donc, une larme toute nue,
J'ouvre le jardin et la courbe ventrue,
La fleur pâle, sombre et jolie tenue.
Je m'élève en la ligne lisse,
Et donc, sèche, puis bave et glisse,
J'ouvre la fondante fissure,
Le vit, sans refus, honore la souillure.
La Supplication :
Et j'ensaigne, oui, je saigne, j'abandonne,
Et je meurs, et je pleure, et j'ordonne.
La Rédemption :
Je m'entends dire, je m'écoute mourir,
Je la vois venir, la très saine lumière,
Je la vois punir ma saison dernière.

 
 


Facebook