Paroles officielles de la chanson «Gavotte Des Batons Blancs» : Fayol Lily

Compositeurs : Jacques Breux
Chanteurs : Fayol Lily
Auteurs : Jean Guigo
Éditeurs : Semi
Albums :

Paroles officielles de la chanson "Gavotte Des Batons Blancs"

La nuit s'étend, l'ombre descend...
C'est pas du tout rassurant (hou hou)
Hou là ! Mon Dieu un cri affreux
Vous fait dresser les cheveux (au secours!)
Un long frisson vous s'coue les nerfs,
Il y a du crime dans l'air,
Il rôd' des ombres d'assassins,
L'étrangleur n'est sûr'ment pas loin...

Refrain :
Mais nous les agents de la circulation,
On entend ça... sans émotion
Les champions du Petit Bâton Blanc
C'est nous les assassins c'est pas pour nous
On peut étriper, incendier ou voler
Notre consign' c'est d'pas bouger !
On fait un effort parc' qu'on est courageux
Pour n'pas voir ça on ferm' les yeux...
Si on s'écoutait bien sûr, on bon dirait...
Mais sans nous, voitures et piétons
Qu'est c' qu'ils feraient ?
Tous s'emmêlerait, se télescoperait,
Vous seriez bien avancés après...Non...
Non, nous les champions du Petit Bâton Blanc
Y n'faut rien voir...ou fair' semblant
Si vous trouvez qu'il y'a trop
D' crim's dans l' quartier...
Adressez-vous au Brigadier.

Hep ! Le vélo ! Hé là ! L'auto...
Alors ! On grill' les signaux !...
Protestations ? Contravention !
Prochain' fois, f'rez attention !
Il fait un froid frigorifiant
A pas mettr' dehors un agent,
Quand on pens' qu'y'en a qui sont d'dans
Et qui boiv'nt des bons grogs bouillant...

Refrain :
Pendant ce temps-là, nous,
Il faut nous prom'ner,
La goutte au nez, ratatinés...
Dans les chaussur's noir's,
Nos tous petits petons
Pauvres mignons ! Font des glaçons !
Et comm' le froid rend les gens d'mauvaise humeur,
Tous les quarts d'heur' un conducteur
Nous trait' de fripouill' de vendu,
D'abruti, de vieux débris... et j'en oublie !
Comme on est très doux, on n'répond rien du tout...
Il faut se méfier, ça part si vite un mauvais coup !
Sur notre cal'pin d'une tremblante main,
On relève le nom du pékin...oui...
Puis on r'met en march' son Petit Bâton Blanc.
En se disant : " Plus que vingt ans "
Et à la retraite on pourra, comm' piétons
Traiter les flics de tous les noms !

 
 


Facebook