Paroles officielles de la chanson «Vendôme Gardenal Snack» : Hubert-Félix Thiefaine

Albums :

Paroles officielles de la chanson "Vendôme Gardenal Snack"

Tu traînes dans mes nuits comme on traîne à la messe
Quand on n'a plus la foi et qu'on ne le sais pas
Quand on traîne à genoux aux pieds d'une prêtresse
A résoudre une énigme qui n'existe pas
Et tu lèves les yeux quand passent les cigognes
Qui vendent la tendresse le soir au marché noir
Dans la rue des travelos t'as rencontré guignol
Qui s'était déguisé en poète illusoire
Je t'autorise à me jeter
Je t'autorise à me jeter

Tu traînes ton ennui dans les rues de l'errance
Et tu serres les poings au fond de mes envies
Quand la ville dégueule son trop-plein d'impuissance
Et nous jette trois sous d'espoir et d'infini
Je laisse derrière toi des mégots de Boyards
Le cri d'une chanson et des bouteilles vides
Au hasard de ma route entre deux quais de gare
Je ne fais que passer, je n'aurai pas de rides
Je t'autorise à me jeter
Je t'autorise à me jeter

Du fond de ton exil tu vois des processions
De chiens à demi fous qu'on relègue à la mort
Tu vois des cathédrales qui affichent mon nom
Pour un dernier concert à l'envers du décor
Tu vois des échafauds qui tranchent l'innocence
Et répandent la vie à trois mètres sous terre
Où l'on voudrait aller quand on a joué sa chance
Et qu'on reste KO la gueule au fond d'un verre
Je t'autorise à me jeter
Je t'autorise à me jeter

 
 


Facebook