Paroles officielles de la chanson «En Cet Hiver De 1915, Il Vous Aimait Très Fort» : Francois Hadji Lazaro

Albums :

Paroles officielles de la chanson "En Cet Hiver De 1915, Il Vous Aimait Très Fort"

C'est arrivé au milieu des plaines
Ils ont tiré sans discontinuer
Lui, il a pris un éclat dès les premières salves
Il est retombé dans la tranchée
Oui madame, je sais qu'on a du vous prévenir
Le courrier de l'état major a dû vous prévenir
Moi madame, j'étais comme son frère à ce martyr.
Alors il fallait bien que je vous écrive
J'aurais tellement voulu qu'il survive
Il m'avait dit qu'il vous aimait très fort
Que ça serait vous de la vie à la mort
Que vous étiez belle, qu'il vous aimerait toujours
Que c'était une grande histoire d'amour
En cet hiver de 1915
Peut-être la guerre va s'arrêter
Il serait retourné, alors, dans votre village
Pour fêter l'arrêt de ce drame carnassier
Mais il n'en sera rien, il n'est plus avec nous
Vous ne mettrez pas de bébé sur ses genoux
Il avait pourtant l'air si doux
Mme, Mme surtout ne pleurez pas
Il vous regarde depuis l'haut de là
Il m'a dit qu'il vous aimait très fort
Que ça serait vous de la vie à la mort
Que vous étiez belle, qu'il vous aimerait toujours
Que c'était une grande histoire d'amour
Vous avez sans doute, maintenant, reçu ma missive
Depuis, les combats ont redoublé
Je ne sais ce que vous en dit la presse
De toutes façons les dés sont jetés
Pour ma part, ça y'est, je ne suis plus
Le coup de baïonnette que j'ai reçu
M'a fait rejoindre votre aimé dans les nues
J'espère que des guerres, il n'y en aura plus
Il est donc inutile de répondre à mon message
On vous regarde depuis les nuages Madame
Il est donc inutile de répondre à mon message
On vous regarde depuis les nuages

 
 


Facebook