Paroles officielles de la chanson «Lecon De Piano (La)» : Dalbret

Compositeurs : Vincent Scotto
Chanteurs : Dalbret
Auteurs : Gitral Emile
Éditeurs : Editions Fortin
Albums :

Paroles officielles de la chanson "Lecon De Piano (La)"

Un‘ joli’ blondinette
Prenait sa leçon d’piano,
Sa main vive et fluette
S’exerçait avec brio,
Ell’ faisait la coquette
Car l’professeur, bon garçon,
D’amour lui parlait sans façon

R : Oh ! Monsieur, disait la fillette,
Vos discours me tournent la tête,
Je n’sais plus c’que j’fais, j’tap’ tout à côté
La, la, la, la, la, j’sens l’roug’ me monter,
Au milieu de la ritournelle
Il prit un bécot à la belle
Qui s’sentit courir un frisson dans l’dos
Fa fa mi, mi mi ré, ré ré do.

Pour lui tourner la page
L'professeur s'approche un peu
A tel point qu'son visage
Frôlait ses jolis cheveux,
Sa main, vraiment peu sage,
Donnant des explications
Faisait tout's sort's d'explorations

R : Oh! Monsieur, disait la fillette
Votre main par trop indiscrète
Me gêne et m'entrav' dans tous mes mouv'ments,
La, la, la, la, la, r'tirez la viv'ment
Que fait's vous avec votr' baguette ?
Finissez Monsieur, ou j'arrête
Vous m'battez la m'sure à p'tits coups dans l’dos
Fa fa mi, mi mi ré, ré ré do.

L’jeune homm' par maladresse
Fait tomber la partition,
Aussitôt il s'empresse
D'réparer cette distraction
Et bien vite il se baisse
Prenant plaisir avec soin
(Variante) S'attardant avec grand soin
A fur’ter dans les plus p'tits coins.

R: Oh! Monsieur, disait la fillette,
Si maman voyait c'que vous faites,
La v'là justement qui vient par ici
La, la, la, la, la, dit l'jeune homm' saisi
Nous v'nons d'travailler l'ouverture
Avec ardeur je vous assure.
Oh! oui, dit la p'tit', t'es v’nu' bien trop tôt
Fa fa mi, mi mi ré, ré ré do.

Ils étaient du même âge,
Leur gentil roman d'amour
Finit par un mariage
Comme on en voit tous les jours,
L'soir d'l’entré' en ménage
Dans leur beau p'tit nid discret
D’lamour ell' connut le secret

R : Oh ! Monsieur, disait la fillette,
Quel charmant professeur vous êtes,
Quel jeu séduisant, quel joli doigté,
Ce s’rait bien dommag' de vous arrêter,
Mais j'connais déjà cett' romance
V’là trois fois qu'on la recommence,
N'vous attardez pas, allez droit au but,
Fa fa mi, mi mi ré, ré ré ut.

Variante du 2ème Refrain :
Oh ! Monsieur, disait la fillette,
Votre main est bien indiscrète,
N’vous appuyez pas sur moi constamnent
La la la la la, vous m’gênez vraiment
Dans votre poch’ quequ’ chos’ m’inquiète
Ce n’est sûr’ment pas votr’ baguette
Quand vous vous penchez j’sens qu’c’est rud’ment gros
Fa fa mi, mi mi ré, ré ré do.

Variante du 4ème Refrain :
Oh ! Monsieur, disait la fillette,
Quel charmant professeur vous êtes,
Quand j’étais élèv’ j’ai toujours rêvé,
De jouer un morceau qui soit très rel’vé,
C’est la fin surtout qui m’boul’verse,
Voulez-vous r’commencer la tierce
Vous, vous f’rez : mi, mi, moi je f’rai : do, do,
Fa fa mi, mi mi ré, ré ré do.

 
 


Facebook